Aston Martin espère que son résultat "fera taire" les accusations

N'ayant pas du tout goûté les conclusions de l'enquête menée par Pirelli après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, Aston Martin estime avoir répondu de la meilleure façon possible lors du Grand Prix de France : en piste !

Aston Martin espère que son résultat "fera taire" les accusations

Malgré une séance de qualifications difficile, qui a même vu Lance Stroll se faire éliminer dès la Q1, Aston Martin est parvenu à placer ses deux monoplaces dans les points à l'issue du Grand Prix de France. Neuvième et dixième, Sebastian Vettel et son coéquipier ont inscrit trois points venus récompenser une stratégie payante. Avec en toile de fond une autre satisfaction pour les dirigeants de l'écurie, puisque les relais pneumatiques ont été particulièrement allongés. De quoi mettre fin aux critiques et aux suspicions découlant du Grand Prix d'Azerbaïdjan, espère Otmar Szafnauer.

Après les défaillances de pneus à Bakou, Pirelli avait pointé du doigt les "conditions de roulage" de ses gommes puis clairement affirmé qu'Aston Martin et Red Bull roulaient en Azerbaïdjan avec des pressions inférieures à celles imposées au départ, tout en respectant la réglementation. Une remarque qui a passablement agacé l'écurie britannique, tandis que de nouvelles mesures ont été introduites au Castellet, parmi lesquelles un rehaussement des pressions minimales par Pirelli et un renforcement des contrôles par la FIA.

Lire aussi :

Sur le Circuit Paul Ricard dimanche, Vettel et Stroll ont tous deux effectué de très longs relais avec le pneu dur, ce qui a largement contribué à leur remontée dans le top 10. Surtout, malgré cette stratégie, Aston Martin n'a pas vraiment souffert de la forte dégradation des enveloppes qui a touché la majeure partie du plateau. La meilleure des réponses possibles ?

"C'est frustrant", a rappelé Otmar Szafnauer, directeur de l'écurie, en évoquant les conclusions de Pirelli après Bakou. "Surtout quand on sait exactement ce que l'on fait, que l'on est bien dans le cadre réglementaire, et que d'autres qui ne savent pas ce que l'on fait accusent. Espérons que cela les fera taire, mais je peux vous dire que nous n'avons jamais rien fait de mal. Nous avons toujours suivi les prescriptions de la FIA et de Pirelli, et nous continuerons à le faire."

Il faut se tourner vers certaines autres équipes, qui ont régressé à cause de la directive technique.

Otmar Szafnauer, directeur d'Aston Martin

En France, Vettel et Stroll ont respectivement parcouru 37 et 34 tours lors de leur premier relais en pneus durs, c'est-à-dire avec une monoplace chargée en essence. L'AMR21 a parfaitement tenu ses gommes et conservé ses qualités dans le domaine malgré des pressions plus élevées.

"Nous pouvons faire en sorte que ça fonctionne", souligne Szafnauer. "Comme vous l'avez vu, la directive technique concernant les pneus est sortie, nous avons dû changer nos façons de travailler, et ça n'a pas eu d'incidence sur notre stratégie ou quoi que ce soit, ce qui vous montre que nous suivions de toute manière les prescriptions. Il faut juste savoir ce que l'on fait. Nous travaillons encore dans le cadre de tous les paramètres. Il suffit d'être un peu intelligent pour savoir comment utiliser le pneu. Il faut se tourner vers certaines autres équipes, qui ont régressé à cause de la directive technique."

"De là où nous nous sommes qualifiés, je pense que nous avons bien géré les choses pour placer les deux pilotes dans les points, et c'était ce que nous espérions. Peut-être que Seb aurait pu terminer un peu plus haut, car c'était très serré à la fin. Mais on prend, on va se ressaisir et mieux se qualifier lors du prochain Grand Prix."

Aston Martin continue d'apporter des évolutions à sa monoplace 2021 et il se pourrait même qu'un nouveau package fasse son apparition dès le week-end prochain lors du Grand Prix de Styrie. "Il y a quelques nouvelles pièces ici [en France], et quelques-unes qui arrivent en Autriche, espérons pour la première course", confirme Szafnauer. "Il faut voir à quelle vitesse ça peut se faire. Elles étaient pour la deuxième course en Autriche, ce qui sera quand même probablement le cas."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Bottas ne pense pas être allé trop loin avec son message radio

Article précédent

Bottas ne pense pas être allé trop loin avec son message radio

Article suivant

Norris va "discuter" avec un Ricciardo "agressif"

Norris va "discuter" avec un Ricciardo "agressif"
Charger les commentaires