Aston Martin et Vettel : "Nous n'avons pas de plan B"

Les dirigeants d'Aston Martin F1 s'étonnent des rumeurs ciblant l'avenir de Sebastian Vettel dans l'écurie.

Aston Martin et Vettel : "Nous n'avons pas de plan B"

Aston Martin peine à comprendre les doutes qui entourent l'avenir de Sebastian Vettel, assurant qu'aucun autre scénario n'est envisagé à part celui de poursuivre la collaboration avec le quadruple Champion du monde. Les deux parties sont en discussions pour prolonger le contrat pluriannuel signé au début de la saison, incluant la négociation de certaines options de part et d'autre, ce qui explique l'absence d'annonce officielle à ce jour.

Le temps pris pour formaliser cette entente et assurer totalement la présence de Vettel en vert pour la saison 2022 n'a pas manqué de faire naître certaines rumeurs au cours des dernières semaines. Aston Martin a même dû démentir la semaine dernière avoir fait une offre à Fernando Alonso.

En marge du Grand Prix d'Italie, ce week-end à Monza, Otmar Szafnauer a répété que le dossier Vettel n'était absolument pas source d'inquiétude et qu'il n'existait aucune autre option sur la table.

"C'est absolument et à 100% n'importe quoi", répond le directeur d'Aston Martin pour tordre le cou aux rumeurs. "Nous n'avons pas de plan B. Il n'a pas de plan B. Il n'y a absolument aucune friction. Vous pouvez lui demander, et je suis convaincu qu'il dira qu'il adore être ici. Il s'agit juste de régler certains détails."

"C'était un contrat pluriannuel mais il y a des options des deux côtés. Quand il y a des options de chaque côté, il y a alors des détails à négocier dans une fenêtre de temps. C'est exactement ce qui se passe actuellement. Nous sommes juste en train d'avoir des discussions détaillées menant au moment où l'option expire. Donc je pense qu'avant que cela n'arrive, nous annoncerons quelque chose."

Otmar Szafnauer espère d'ailleurs que la prolongation du contrat de Vettel sera annoncée avant le Grand Prix de Russie, qui aura lieu dans deux semaines à Sotchi. Par ailleurs, il assure qu'aucun autre pilote n'a été contacté.

"S'il y avait le moindre doute dans notre esprit, alors nous aurions eu des discussions en juillet, quand tout le monde a commencé à se dire 'Oh, est-ce que je devrais aller chez Williams ou chez Alfa Romeo ?'. Mais nous ne l'avons pas fait", conclut-il.

Lire aussi :

partages
commentaires
Mercedes prêt à sacrifier le MGU-H pour attirer Volkswagen

Article précédent

Mercedes prêt à sacrifier le MGU-H pour attirer Volkswagen

Article suivant

La grille de départ du GP d'Italie

La grille de départ du GP d'Italie
Charger les commentaires