Aston Martin se défend d'avoir une voiture inspirée par Mercedes

Si la Racing Point RP20 était ouvertement inspirée de la Mercedes W10, Aston Martin affirme avoir conçu sa nouvelle monoplace avec indépendance.

Aston Martin se défend d'avoir une voiture inspirée par Mercedes

C'était probablement la polémique de la saison 2020 : la légalité de la Racing Point RP20, ouvertement inspirée de la Mercedes W10 de 2019, avait été remise en question, et la similitude entre les écopes de frein des deux monoplaces (conçues par Racing Point avec les données de Mercedes) avait d'ailleurs valu une amende de 400'000 € et un retrait de 15 points à l'écurie… lequel lui avait coûté la troisième place du championnat des constructeurs.

Lire aussi :

Gel des châssis oblige, la philosophie adoptée par la structure de Silverstone persiste sur l'AMR21, mais lorsqu'il est demandé au directeur technique Andrew Green si l'écurie rebaptisée Aston Martin s'est éloignée de la Mercedes cette année, ce dernier répond : "Évidemment, nous n'avons aucune idée de ce que fait Mercedes, le concept de notre voiture est 100% Aston Martin, et la direction initiale a été établie il y a près de deux ans désormais. Cela paraît loin, et nous avons énormément appris depuis lors. C'était un challenge pour le groupe, et je pense que nous avons fait du vraiment bon travail."

"Mais l'an dernier, nous avons aussi commis quelques erreurs. Et je pense que nous apprenons vraiment de ces erreurs. Nous nous sommes efforcés de les corriger pour la voiture 2021, ce qui nous donne beaucoup d'optimisme pour la performance de la voiture à l'avenir. Dans l'ensemble, nous sommes satisfaits de la décision prise il y a deux ans. Et je pense que nous continuons de construire là-dessus. Je pense qu'il reste beaucoup de performance à trouver dans la voiture 2021, notre plus grand challenge est d'essayer de la libérer dans le temps qui nous reste, qui est relativement limité."

Green se montre clair sur le fait que des leçons ont été tirées de la saga des écopes de frein, maintenant que la réglementation est clarifiée : "C'était une période difficile l'an dernier, en effet. Je pense que nous avons mis cela derrière nous. Désormais, les règles sont très claires sur comment et où nous pouvons opérer. Nous soutenons ces règles et sommes satisfaits de la réglementation telle qu'elle est écrite. Nous ne sommes pas du tout inquiets de la manière dont nous avons développé la voiture cet hiver. Bref, aucun problème."

L'un des principaux aspects de la conception de l'AMR21 a finalement été de composer avec l'ajustement de la réglementation pour 2021, visant à réduire l'appui aérodynamique, notamment en réduisant la surface du fond plat devant les pneus arrière. "C'était un grand challenge, principalement à cause de la tardiveté du changement", reconnaît Green. "Il a été difficile de récupérer le terrain perdu. Je ne pense pas que nous soyons au niveau où nous voudrions être. Mais tout est relatif, je pense, donc nous attendons de voir, nous sommes satisfaits de ce que nous avons fait jusqu'à présent. Il en reste davantage à faire. Mais je pense que nous nous sommes donné des bases solides à partir desquelles travailler."

Pourtant, ces nouvelles règles techniques ont initialement été source d'inquiétude chez Aston Martin. "Nous avions déjà décidé de modifier la suspension et la boîte de vitesses 2020 avant le changement de réglementation [au niveau du fond plat]. Nous étions donc inquiets de potentiellement aller dans la mauvaise direction, mais il a vite été apparent que c'était plutôt complémentaire, cela n'a donc pas été un problème", conclut Green.

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Haas adopte les couleurs de la Russie pour sa VF-21
Article précédent

Haas adopte les couleurs de la Russie pour sa VF-21

Article suivant

Williams conserve Jack Aitken comme pilote de réserve

Williams conserve Jack Aitken comme pilote de réserve
Charger les commentaires