Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Les astuces techniques vues lors des essais F1 de Bahreïn

Retour sur les éléments techniques intéressants vus lors des essais hivernaux 2023 de F1 à Bahreïn.

Aileron arrière de la Ferrari SF-23

Photo de: Giorgio Piola

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Éminent expert technique de Formule 1, Giorgio Piola suit les Grands Prix depuis les années 1960. Sur Motorsport.com, ses analyses et illustrations se penchent sur toutes les nouveautés aperçues en F1 au fil des Grands Prix.

Haas est l'une des trois équipes, avec Red Bull Racing et Mercedes, à avoir monté une ailette sur le quart arrière intérieur de la plaque d'extrémité de l'aileron avant.

Aileron avant de la Haas VF-23

Aileron avant de la Haas VF-23

Dans ce cas, l'ailette Haas possède également une fente pour épouser celles situées en dessous, entre les éléments de l'aileron avant.


Aston Martin AMR 23, detail front wing

Aston Martin AMR 23, detail front wing

Photo by: Giorgio Piola

Aston Martin AMR 23, detail front wing

Aston Martin AMR 23, detail front wing

Photo by: Giorgio Piola

Nous continuons avec le coin intérieur arrière de la plaque d'extrémité de l'aileron avant, mais cette fois sur l'Aston Martin AMR23, où nous constatons que le flap le plus à l'arrière n'est pas complètement fixé, avec une petite encoche qui a également été retirée de l'élément situé devant.

Aston cherche clairement à améliorer l'écartement du flux vers les pneus (outwash) généré par la section arrière de la plaque d'extrémité et des éléments de l'aileron, de la même manière que Mercedes l'a fait avec ses designs, cette année et l'année dernière.

Pour aider à préserver la rigidité de cette section, Aston utilise des inserts métalliques, au lieu de fibre de carbone, l'élément arrière étant éloigné du corps principal de la plaque d'extrémité.


La Red Bull RB19

La Red Bull RB19

La largeur du nez de la Red Bull RB19 a augmenté à l'extrémité, avec une prise d'air NACA utilisée pour le refroidissement cette saison, plutôt que l'entrée ovale employée l'an dernier.

Vous remarquerez également que Red Bull a monté une ailette sur le coin arrière inférieur de la plaque d'extrémité de l'aileron avant afin d'améliorer l'effet outwash.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Comme beaucoup d'autres équipes, Red Bull a appliqué de la peinture flow-viz sur sa voiture lors des essais de pré-saison afin d'évaluer si la carrosserie atteignait ses objectifs, d'un point de vue aérodynamique.

Lire aussi :

Sur la première image (ci-dessus), nous voyons la voiture sortant du garage, avec la peinture qui vient d'être appliquée.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

Si l'on passe aux photos de la voiture en piste, on peut voir comment le flux d'air a créé une représentation visuelle dans la peinture huileuse.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Max Verstappen, Red Bull Racing RB19

Red Bull a adopté une approche plus ciblée de l'application du système de visualisation du flux d'air sur l'arrière de la rampe du ponton, car une fois de plus, l'écurie cherchait une confirmation visuelle de la performance du flux d'air.


Plaque d'extrémité de la Mercedes W14

Plaque d'extrémité de la Mercedes W14

Mercedes dispose également d'ailettes montées dans le coin inférieur intérieur arrière de la plaque d'extrémité, afin de générer de l'outwash, après avoir trouvé un moyen de contourner les changements apportés par la FIA au règlement dans cette zone pour 2023.

Notez également les trois autocollants à damier fixés sur la partie supérieure de la plaque d'extrémité, qui servent de points de référence pour la caméra haute vitesse qui les filme depuis le nez.

Ces images seront examinées pour voir dans quelle mesure la plaque d'extrémité fléchit sous la contrainte, afin de vérifier la conformité et de voir également s'il reste de la marge pour intégrer une flexion supplémentaire.


Avant de la Ferrari SF-23

Avant de la Ferrari SF-23

La suspension avant de Ferrari est un peu plus inclinée pour des raisons d'aérodynamisme, à l'instar de certaines écuries rivales, mais pour maintenir le châssis aussi haut que possible par ailleurs, l'écurie a créé une section en forme de "quille" où est fiché le bras arrière du triangle inférieur.


Plancher de l'AlphaTauri AT04

Plancher de l'AlphaTauri AT04

Un gros plan sur le plancher de l'AlphaTauri AT04 nous donne une bonne vue de la nouvelle ailette de bord, qui reprend une partie de l'ADN du design de McLaren la saison dernière, et qui figure également sur la MCL60.

L'ailette est surélevée par rapport au niveau du plancher et présente un certain nombre d'éléments de déviation du flux pour aider à concentrer le flux d'air lorsqu'il émerge de sous le plancher.

Cela permet de réduire les effets néfastes des turbulences créées par le pneu avant, qui pourraient sinon être absorbées par le plancher et nuire à ses performances aérodynamiques.


Red Bull Racing RB19, front brake

Red Bull Racing RB19, front brake

Photo by: Giorgio Piola

Red Bull RB18 front brake comparison

Red Bull RB18 front brake comparison

Photo by: Giorgio Piola

Red Bull a apporté des modifications aux conduits internes des freins pour 2023, en développant la solution de carénage utilisée la saison dernière qui enferme le disque (à droite).

C'est une solution que beaucoup d'autres équipes utilisent également. Et alors que Red Bull a fait des progrès considérables au cours de l'année 2022, avec différentes formes et revêtements utilisés, la structure a estimé qu'il y avait davantage de bénéfices à en tirer et a décidé de retravailler le design.

En outre, nous savons que Pirelli a modifié le pneu avant, ce qui peut également jouer un rôle dans ces modifications, qui visent à créer le meilleur ensemble de conditions thermiques entre le système de freinage, la jante et le pneu afin d'améliorer les performances.


Alpine A523 rear wing detail

Arrière de l'Alpine A523

Alpine a apporté des changements significatifs à l'arrière de sa voiture avant cette saison, le passage à une suspension arrière à poussoir ayant un effet sur les choix en matière de configuration et d'aérodynamisme.

Cet angle nous permet de voir certains détails de la suspension montés au sommet de la structure d'impact et à l'intérieur de la sortie de refroidissement arrière, tout en offrant une vue généreuse de la disposition du beam wing (l'aileron inférieur) biplan et des coins du diffuseur.

Notez également les bandes thermiques fixées sur le support de l'aileron arrière qui permettent à l'équipe de surveiller les températures dans cette région.


Ferrari SF-23 brake detail

Détails des freins de la Ferrari SF-23

La Ferrari SF-23 a également été équipée d'une solution que de nombreux rivaux avaient déjà adoptée en 2022. Le disque de frein dispose désormais de sa propre enveloppe à l'intérieur du tambour principal afin de mieux contrôler le passage de la chaleur et du flux d'air autour de l'ensemble.


Alfa Romeo C43 detail

Détails des pontons de l'Alfa Romeo

L'Alfa Romeo C43 sans le ponton et le capot moteur en place n'illustre pas seulement le travail effectué pour intégrer les éléments internes – tels que les radiateurs, les refroidisseurs et l'électronique – c'est aussi une leçon visuelle qui montre que les équipes "n'emballent" pas les composants comme elles l'auraient fait par le passé.

Le vide que l'on peut voir derrière les radiateurs est davantage lié au rejet de la chaleur, au flux d'air et, peut-être plus important encore, à la capacité de façonner la carrosserie extérieure pour des raisons aérodynamiques.


Lewis Hamilton, Mercedes-AMG

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG

Cette photo de la Mercedes W14 nous permet de mieux apprécier plusieurs aspects du design de la voiture, notamment le pincement de la carrosserie au niveau de la suspension avant, qui permet de diriger le flux d'air vers les surfaces situées à l'arrière, ainsi que l'entrée plus carrée du ponton.

Cette section avant du ponton se fond désormais dans la carrosserie plus large et inclinée de l'ensemble, tandis que le capot moteur en forme d'étagère, complété par une gouttière, est une caractéristique que Mercedes a accentuée pour 2023.

Il est intéressant de noter que la quantité de lignes de découpe dans la carrosserie de la W14 suggère un haut niveau de modularité, ce qui signifie que tout changement éventuel sera relativement facile à réaliser.


Ferrari SF-23 rear wing

Aileron arrière de la Ferrari SF-23

Ferrari a présenté un nouveau design d'aileron arrière lors du troisième jour des tests, avec plusieurs changements – y compris un niveau d'appui différent. Mais le développement le plus évident est le passage à un pilier unique depuis un système à double pilier.

La nouvelle version a deux effets secondaires, puisque le pilier unique a un col de cygne qui se connecte au pod du DRS, tandis qu'une structure circulaire est nécessaire à sa base pour envelopper l'échappement afin de se connecter à la structure d'impact.

Les deux solutions doivent faire l'objet de compromis, non seulement en termes d'impact aérodynamique, mais aussi en termes de poids et de gestion des charges associées.

Un certain nombre d'autocollants carrés à damier ont été placés sur l'aileron et sont suivis par une caméra orientée vers l'arrière afin que l'équipe puisse déterminer si l'aileron se comporte dans les limites des tolérances du point de vue de la flexion.

Il est également intéressant de voir apparaître sur ce design une solution que nous avons vue sur l'Alfa Romeo la saison dernière, avec un pivot en forme de larme utilisé pour le flap amovible (entouré en jaune, avec la version plate en médaillon). Bien que minime, ce dispositif présente évidemment quelques avantages aérodynamiques, notamment celui de repousser différemment le flux d'air local sur la surface.


Red Bull Racing RB19 brake detail

Détails des freins de la Red Bull RB19

Un coup d'œil sous le tambour de frein avant de la Red Bull RB19 révèle certains des changements apportés par l'équipe en vue de 2023. Vous pouvez également voir la ouate fibreuse placée dans l'assemblage pour contribuer à la gestion de la chaleur.

Il s'agit d'une tactique que Red Bull a utilisée au début de la saison dernière avant de trouver la forme finale du système de freinage, après de nombreuses modifications de la forme du carénage du disque ainsi que des revêtements appliqués sur celui-ci et sur d'autres composants de freinage, tels que les étriers.


Alfa Romeo C43 rear detail

Alfa Romeo C43 rear detail

Photo by: Alfa Romeo

The rear wing and suspension of an Alfa Romeo C43 in the team's garage

The rear wing and suspension of an Alfa Romeo C43 in the team's garage

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

L'arrière de l'Alfa Romeo C43 retiré de la voiture nous permet de voir de nombreux éléments, tels que le beam wing et l'aileron arrière, la structure d'impact très étroite, la suspension arrière (les bras et certains éléments intérieurs) et les écopes de frein arrière, y compris les ailettes associées.

L'image de droite montre également l'arrière de la C43, mais cette fois avec les tambours de frein retirés, ce qui révèle les conduits qui entourent l'étrier et s'étendent à l'arrière de l'assemblage où se trouve une ouverture.

Vous pouvez également voir le carénage qui entoure le disque de frein et aide à contrôler le transfert de chaleur entre le disque, la jante et le pneu.


A team member at work on the brakes of a Williams FW45

A team member at work on the brakes of a Williams FW45

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

Alex Albon, Williams FW45

Alex Albon, Williams FW45

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

L'assemblage des conduits de frein avant de la Williams FW45 sans le tambour nous montre que l'équipe a adopté un carénage de disque de frein dont le design est similaire à celui utilisé par Red Bull en 2022, puisqu'il est aligné avec l'étrier en dessous.

Williams a également testé une configuration d'aileron arrière à faible appui lors de la dernière journée, cochant ainsi une autre case de son programme.

Le design général de l'aileron est similaire à celui de la configuration à fort appui, mais le plan principal et le volet supérieur occupent moins d'espace dans la zone autorisée.


Esteban Ocon, Alpine A523

Esteban Ocon, Alpine A523

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

Esteban Ocon, Alpine A523, rear wing detail

Esteban Ocon, Alpine A523, rear wing detail

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

Alpine a également testé un aileron arrière à faible appui lors de la dernière journée d'essais, avec une configuration similaire à ce que nous avons vu pendant le reste des essais (image de droite), mais en se concentrant sur la réduction de la corde de l'aileron dans la partie extérieure pour aider à réduire la traînée, tout en maintenant la charge dans la section centrale.


The nose of the RB19

Le nez de la Red Bull RB19

La nouvelle prise d'air NACA de la Red Bull RB19 est garnie de mailles, afin qu'il soit difficile pour les débris de se loger dans les conduits internes et de nuire à l'effet de refroidissement souhaité.

Notez également que la section avant du nez a des lignes de découpe indiquant qu'il s'agit d'un panneau cosmétique amovible, permettant à l'équipe d'accéder à la structure interne, qui peut être un endroit où l'équipe abrite le lest, tout comme son équipe sœur, AlphaTauri, l'a fait la saison dernière.

Red Bull Racing RB19, rear wing detail

Aileron arrière de la Red Bull RB19

L'aileron arrière de la RB19 reprend le même ADN que celui de la saison dernière, mais une caractéristique intéressante est le pivot extérieur qui relie la section statique et le flap DRS mobile.

Il est destiné à empêcher le flap de tourner trop loin au-delà de sa position de repos prévue lorsque le volet DRS se ferme après utilisation, tandis que la section extérieure de ces deux éléments semble également avoir été renforcée, probablement en réponse aux problèmes auxquels l'équipe a été confrontée ces dernières années.


Mercedes W14, floor detail

Détails du plancher de la Mercedes W14

Une rangée de mini-générateurs de vortex se trouve sur la partie avant du plancher de la Mercedes W14, ainsi que deux autres de plus grande taille, les designers cherchant à améliorer le flux d'air provenant du dessous de la voiture.

Derrière cela, nous trouvons l'ailette de bord, qui a été enroulée dans la section la plus avancée et qui a également sa propre virure pour influer sur le comportement du flux d'air.

Mercedes W14, steering wheel back

Le volant de Lewis Hamilton, Mercedes W14

Une vue arrière du volant de Lewis Hamilton confirme qu'il est resté fidèle à la disposition de ces dernières années, avec les palettes de changement de vitesse fines en haut et la palette d'embrayage en forme de béquille en bas du volant. Notez qu'il utilise également un fourreau pour les doigts à l'extrémité de la palette afin de faciliter la modulation de l'embrayage.

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Plus de chicane à Barcelone !
Article suivant Ferrari assure que la FIA a accepté son design d'aileron avant

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse