Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Avertissements : Räikkönen content que la FIA "se soit réveillée"

partages
commentaires
Avertissements : Räikkönen content que la FIA "se soit réveillée"
Par :
8 sept. 2019 à 11:22

Kimi Räikkönen voit d'un bon œil le fait que le directeur de course Michael Masi ait choisi de redonner de l'importance au drapeau noir et blanc.

Kimi Räikkönen soutient l'utilisation du drapeau noir et blanc destiné à adresser des avertissements en Formule 1 et se dit satisfait du fait que la FIA "se soit réveillée" concernant son existence.

La notion d'attitude antisportive a été réintroduite par le nouveau directeur de course Michael Masi, qui a la lourde tâche d'entrer dans les chaussures de Charlie Whiting tout en apposant sa propre patte sur la vision de la course. À l'occasion du Grand Prix de Belgique, c'est pour Pierre Gasly que fut agité le drapeau noir et blanc sur ce qui fut considéré comme un mouvement de défense peu désirable dans un zone de freinage.

La drapeau n'avait guère fait partie de panoplie habituelle employée par les commissaires sportifs depuis une bonne décennie et le dernier pilote a avoir reçu un tel avertissement lors d'un Grand Prix avait été Lewis Hamilton, à l'occasion du Grand Prix de Malaisie 2010. Masi voit cet outil comme un moyen utile d'avertir les pilotes du fait qu'ils sont dans le collimateur des commissaires pour leur comportement, de manière plus publique que via un message radio adressé par les teams après que ceux-ci aient eux-mêmes été verbalement avertis par le directeur de course.

Lire aussi :

"Nous avions cela quand on courait en karting", se souvient Räikkönen. "C'est quelque chose de normal mais ça n'a jamais été employé en F1 pour une raison étrange. Le drapeau a été pensé pour cela : ils se sont maintenant réveillés sur le fait qu'ils avaient ce drapeau !"

"Je pense que c'est bien, car dans beaucoup de cas, c'est dingue de donner une pénalité d'emblée, car c'est la seule chose qu'ils peuvent faire avec leurs règles. Mais il y a aussi les drapeaux et il est certain que ça réveille les gens. Si par la suite on fait encore quelque chose [de mal], alors c'est mérité. Tu as été averti une première fois et si tu recommences, tu prends la pénalité. Le drapeau est probablement là depuis une centaine d'années ! On verra comment ça marche."

Räikkönen ne pense pas que la réintroduction du drapeau puisse encourager les pilotes à essayer de jouer avec le feu et se dire qu'ils disposent d'une "première chance" avant de réellement se faire pénaliser. "Cela dépend de ce que tu fais. Il y a des petites choses avec lesquelles tu peux t'en sortir une centaine de fois, et d'autres pour lesquelles tu prends une pénalité dès le premier coup. Si tu te comportes de manière complètement stupide, alors évidemment, tu ne vas pas recevoir le drapeau : tu vas prendre la pénalité. Mais pour les petites choses, il est là."

Valtteri Bottas soutient lui aussi le retour du drapeau noir et blanc et estime que cela permet à la FIA de disposer d'une autre option pour avertir les pilotes. "J'accueille ça positivement", se félicite le pilote Mercedes. "Peut-être que cela donne un petit peu de flexibilité. Parfois, les pénalités semblent un peu soudaines, voire même parfois inattendues. Je pense donc que c'est une bonne chose. Nous aimons tous faire la course âprement et ne pas être trop régulés par les pénalités. Peut-être donc que cela peut donner un peu de marge."

Striscione a supporto di Kimi Raikkonen, Ferrari

 

Article suivant
Stratégies - Un arrêt pour les leaders et un "show Verstappen" ?

Article précédent

Stratégies - Un arrêt pour les leaders et un "show Verstappen" ?

Article suivant

Hamilton : Le tacle de Verstappen sur Rosberg à "mourir de rire"

Hamilton : Le tacle de Verstappen sur Rosberg à "mourir de rire"
Charger les commentaires