Barcelone accueillera F1 et MotoGP jusqu'en 2026

Le Circuit de Barcelona-Catalunya a annoncé avoir prolongé ses contrats d'organisation des Grands Prix d'Espagne F1 et de Catalogne MotoGP jusqu'en 2026.

Barcelone accueillera F1 et MotoGP jusqu'en 2026

Barcelone restera une destination de choix pour les sports mécaniques majeurs jusqu'en 2026. En effet, le tracé de Montmeló a annoncé ce vendredi matin que les Championnats du monde de Formule 1 et de MotoGP continueraient de s'y rendre au moins jusqu'en 2026.

Côté F1, cette prolongation intervient alors que l'avenir du Grand Prix d'Espagne semblait très incertain il y a encore quelques mois. En effet, l'épreuve paraissait destinée à disparaître du calendrier pour 2020 mais la pandémie de COVID-19, qui avait alors obligé la discipline à se tourner vers des destinations plus inattendues pour garnir un calendrier remanié, avait contre toute attente replacé Barcelone sur l'échiquier et lui avait offert une chance de s'y maintenir.

En 2021, rebelote : le contrat a de nouveau été prolongé d'une année, afin d'assurer une place mais également d'avoir suffisamment de temps pour finaliser un accord à plus long terme. C'est désormais chose faite et le circuit qui figure au calendrier de la Formule 1 depuis 1991 sans discontinuer sera présent pour les cinq prochaines saisons, au minimum.

Il est à noter que le communiqué précise que "des améliorations seront apportées à la piste et aux installations avant la course du 22 mai 2022, notamment des mises à niveau et des améliorations en vue des ambitieux plans de durabilité du circuit". Cette année, déjà, la F1 courait sur une version revue où le virage 10 avait été rapproché de sa mouture précédente.

"Nous sommes ravis d'annoncer cet accord avec le Circuit de Barcelona-Catalunya", a déclaré Stefano Domenicali, le PDG de la F1. "Je souhaite remercier le promoteur et les autorités pour leur enthousiasme et leur engagement à maintenir la Formule 1 à Barcelone, avec les améliorations qui seront apportées à la piste et aux infrastructures, en poursuivant notre longue histoire commune. Les écuries et pilotes sont toujours impatients de courir sur ce circuit et de visiter Barcelone, et les fans espagnols continueront de voir de près leurs héros nationaux, Fernando Alonso et Carlos Sainz."

Quant à Roger Torrent, président du circuit et par ailleurs ministre catalan des Affaires et du Travail, il a précisé : "Nous nous réjouissons du renouvellement de ce contrat, qui inclut une clause d'engagement mutuel pour nous aider à faire du Circuit de Barcelona-Catalunya un modèle et une référence mondiale écologique pour ce type d'installations. Nous voulons que le circuit devienne un emblème de la transformation verte et de l'adaptation des infrastructures aux exigences de l'urgence climatique."

Barcelone en alternance en MotoGP

Côté MotoGP, la donne est légèrement différente car il est indiqué dans le communiqué qu'un Grand Prix sera organisé en 2022 puis que Barcelone accueillera "au moins deux autres épreuves" entre 2023 et 2026. Au-delà de la saison à venir, une alternance sera mise en place "avec d'autres sites de la péninsule ibérique", précise ensuite le communiqué.

"Ce renouvellement de contrat avec le Circuit de Barcelona-Catalunya pour cinq saisons supplémentaires est, sans aucun doute, une nouvelle fantastique pour le MotoGP", a déclaré Carmelo Ezpeleta, PDG de Dorna Sports. "Le spectaculaire circuit catalan a été lié au MotoGP depuis les débuts de la Dorna et a été un élément clé du calendrier chaque saison. Cet important accord prolongeant la collaboration jusqu'en 2026 démontre, une fois de plus, l'engagement du promoteur envers notre championnat."

Comme nous l'évoquions le mois dernier, l'alternance entre circuits espagnols est un projet du MotoGP qui a été contrarié par la pandémie de COVID. Ainsi, les quatre pistes qui coexistent depuis de nombreuses saisons au calendrier – à savoir Jerez, Barcelone, Aragón et Valence – seront à nouveau présentes en 2022, mais devraient commencer à accueillir la discipline en alternance à compter de 2023.

Cette politique s'inscrit dans un contexte de forte demande d'intégration au calendrier de la part de divers pays intéressés, avec les arrivées de la Finlande et l'Indonésie prévues l'an prochain puis de la Hongrie en 2023.

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Red Bull : Mercedes ne profite plus d'une vitesse de pointe "anormale"
Article précédent

Red Bull : Mercedes ne profite plus d'une vitesse de pointe "anormale"

Article suivant

Alonso : "Schumacher faisait de la magie, parfois"

Alonso : "Schumacher faisait de la magie, parfois"
Charger les commentaires