Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
18 Heures
:
33 Minutes
:
55 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
14 jours
Bilans Saison 2018
Dossier

Bilans Saison 2018

Bilan 2018 - Grosjean a surmonté sa série noire

partages
commentaires
Bilan 2018 - Grosjean a surmonté sa série noire
Par :
28 déc. 2018 à 13:00

Si Romain Grosjean n'a conclu la saison 2018 de Formule 1 qu'au 14e rang, il a su faire preuve de ténacité dans l'adversité pour surmonter une situation particulièrement difficile.

Circuit Paul Ricard, le 24 juin 2018. Romain Grosjean vient de conclure son premier Grand Prix à domicile à la 11e place, pénalisé pour avoir tassé son compatriote Esteban Ocon au départ, ce après un accident survenu la veille en qualifications.

À ce stade de la saison, Grosjean est l'un des deux seuls pilotes à ne pas avoir marqué le moindre point, une situation qui pèse clairement sur ses épaules au vu de son agacement à l'issue de la course. D'autant que Günther Steiner, directeur de Haas, commence à lui mettre la pression publiquement pour qu'il se ressaisisse : Kevin Magnussen, l'autre pilote de l'écurie américaine, a déjà 27 unités à son actif...

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18

Cinq mois plus tard, Romain Grosjean a engrangé 37 points (plus que Magnussen sur la même période), à tel point que sa place chez Haas n'est clairement plus remise en cause.

Revers à répétition

Revenons toutefois au début de la saison. Après des essais hivernaux prometteurs, Haas frappe un grand coup à Melbourne avec sa VF-18. À la surprise générale, Kevin Magnussen et Romain Grosjean se qualifient sixième et septième ! Les deux hommes prennent même l'avantage sur les Red Bull en début de course, si bien qu'ils évoluent dans le top 5 jusqu'à leur premier arrêt au stand... où ils sont contraints à l'abandon par des roues mal serrées ! Une véritable opportunité manquée pour Haas.

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, sort de sa voiture et abandonne

Or, tandis que Magnussen est ensuite entré dans le top 10 à plusieurs reprises, Grosjean ne peut pas en dire autant. Le Franco-Suisse a été victime de la perte d'un déflecteur à Bahreïn, s'est classé 17e en Chine, et occupait la sixième place à Bakou lorsqu'il a percuté le mur sous Safety Car – une faute forcément évitable, qui lui a valu de nombreux quolibets : son ingénieur Gary Gannon a lancé à la radio, juste après l'impact, "je crois qu'Ericsson nous a percutés", un commentaire que beaucoup ont interprété comme émanant de Grosjean lui-même.

Les mésaventures ont continué à Barcelone, où le pilote Haas a perdu le contrôle de sa monoplace dans le virage 3 dès le premier tour, provoquant un carambolage avec Pierre Gasly et Nico Hülkenberg. Quinzième à Monaco au volant d'une VF-18 peu compétitive en Principauté, Grosjean a percuté une marmotte en essais libres à Montréal avant d'être trahi par son moteur au début des qualifications. S'ensuivit ce week-end fatidique en France.

Le Red Bull Ring, un tournant

Inutile de préciser, donc, que le Grand Prix d'Autriche a eu l'effet d'une véritable bouffée d'air frais pour Grosjean, qui a profité des abandons devant lui pour accrocher la quatrième place (juste devant Magnussen) et marquer 12 points particulièrement précieux.

Romain Grosjean, Haas F1 Team, fête sa quatrième place

La course de Silverstone s'est achevée dans un accrochage peut-être évitable avec Carlos Sainz, mais la sixième place à Hockenheim et le dixième rang au Hungaroring ont confirmé un regain de forme indéniable.

Regain de forme qui devait encore se concrétiser en qualifications. Avant la trêve estivale, sur les séances auxquelles tous deux ont participé, Magnussen infligeait un 7-3 à son coéquipier ; par la suite, Grosjean s'est avéré intraitable dans cet exercice, n'étant battu qu'en Russie sur les neuf derniers Grands Prix de la saison. Le reste du temps, il était toujours au moins trois dixièmes plus rapide dans la dernière phase qualificative où se trouvaient les deux Haas.

Une nouvelle course solide à Spa-Francorchamps a permis au Champion GP2 2011 de finir septième, avant qu'il ne soit disqualifié de sa sixième place à Monza pour fond plat non conforme. Singapour et Sotchi n'ont pas donné de résultats probants, pas plus qu'un Grand Prix du Mexique où le niveau de performance de la Haas était catastrophique, sans oublier la course sur le Circuit des Amériques, où Grosjean a provoqué un accrochage avec Leclerc au premier tour. Des collisions au départ, il y en a eu d'autres au Brésil et à Abu Dhabi, où un aileron avant légèrement endommagé n'a pas empêché le natif de Genève de marquer des points. Il avait également obtenu la huitième place à Suzuka.

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18

Gare aux pénalités !

Dans l'absolu, la 14e place du championnat peut être considérée comme assez mal payée pour Grosjean, quant on se rappelle qu'il occupait cette même position en 2014… avec seulement huit points au volant de la rétive Lotus E22, contre 37 cette année ! La campagne 2018 qu'il a réalisée ne restera peut-être pas dans les mémoires, mais il est néanmoins parvenu à surmonter sa série noire "à la Djokovic" et abordera la prochaine saison sur une bonne lancée.

Il sera quand même important de réduire le nombre d'incidents, car les 12 points sur la licence, synonymes de suspension d'une course, n'étaient pas loin à l'automne. Grosjean abordera 2019 avec sept unités à son compteur et devra ainsi éviter d'en recevoir cinq lors du premier quart de la saison...

Le bilan de Haas

 

 
Article suivant
Ricciardo revient sur son bilan comptable contre Verstappen

Article précédent

Ricciardo revient sur son bilan comptable contre Verstappen

Article suivant

La F1 envisage un profond changement des pénalités sur la grille

La F1 envisage un profond changement des pénalités sur la grille
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel