Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
47 jours
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
54 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
68 jours
C
Grand Prix de Chine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
82 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
96 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
103 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
117 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
131 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
138 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
152 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
173 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
215 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
222 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
243 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
257 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
271 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
278 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
292 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
306 jours
Bilans Saison 2019
Dossier

Bilans Saison 2019

Bilan 2019 - Magnussen, assagi anonyme ?

partages
commentaires
Bilan 2019 - Magnussen, assagi anonyme ?
Par :
23 déc. 2019 à 16:45

Dans la grande inconstance des saisons de Haas, Kevin Magnussen semble peut-être l'élément le plus stable du cocktail, ce qui n'est pourtant pas suffisant pour dire qu'il a fait une bonne saison, à tout le moins discrète.

Depuis quelques années, parler de Magnussen c'est souvent se remémorer des épisodes de pilotage durs, âpres, parfois bien inutilement au-delà de la limite. Mais pas cette saison, non. Le pilote Haas a été plutôt sage en la matière, ou n'a en tout cas pas montré plus d'agressivité au volant que certains de ses homologues pourtant portés aux nues. En réalité, il ne se sera quasiment jamais fait remarquer, en bien ou en mal, ce qui rend sa saison compliquée à juger.

Lire aussi :

Autre complexité : le pilotage de la monoplace la plus mystérieuse du plateau, la VF-19, dont le niveau intrinsèque semblerait suffisant pour jouer le top 5 du classement constructeurs mais qui, en raison d'une gestion des pneus catastrophique, n'exploite pas son plein potentiel. Et quand il s'agit de la développer, pour essayer justement d'améliorer sa fenêtre de fonctionnement, l'écurie se trompe mais poursuit suffisamment longtemps dans son erreur pour qu'il faille en revenir à la version de Melbourne afin d'y voir plus clair. Sans que cela ne change fondamentalement les choses, d'ailleurs, car d'autres paramètres (externes ou internes) viennent alors jouer contre elle.

Et pour finir, le seul adversaire vraiment comparable au Danois, son équipier Romain Grosjean, a vécu une saison de hauts et de bas teintée par un manque de réussite certain, qui finit de brouiller le véritable niveau de la saison réalisée par Magnussen. Pour reprendre les chiffres du duel, le #20 a démontré, comme l'an passé, qu'il était supérieur en qualification avec un 13-7 sur les séances comparables. L'écart moyen est cependant de moins d'un dixième de seconde. Aussi, Magnussen a manqué de belles opportunités de bien partir sur la grille en s'accidentant au Canada et au Japon. Sans doute, dans l'exercice, sa performance la plus aboutie fut Monaco, avec une sixième place au terme de la séance, malheureusement gâchée le lendemain.

Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-19

En course justement, il est étonnant de constater que quand la comparaison a été possible et malgré une fiabilité plus défaillante pour le Français, Grosjean a bien souvent terminé devant Magnussen (8 fois contre 5). Mais, et c'est sans doute là la force du pilote au numéro 20, il a pu mieux profiter des moments forts de la Haas, inscrivant 20 points sur un total de quatre top 10, soit plus des deux tiers du total de l'écurie. En Australie, il termine sixième quand Grosjean est victime d'un problème au stand. En Espagne, la touchette de la fin de course avec son équipier ne porte pas à conséquence pour lui (septième) alors que le #8 manque de glisser hors des points. En Allemagne il finit huitième, sur les talons de Grosjean, alors qu'il était parti six places derrière. En Russie, enfin, il manque l'opportunité d'une meilleure place en ne respectant par les consignes après avoir coupé le premier virage mais ramène tout de même deux unités ; Grosjean, lui, est pris dans un accrochage dont il n'est pas responsable dès le premier tour.

Lire aussi :

Globalement, le mélange de ces éléments rend bien illisible la saison de Magnussen, au sein d'une structure qui a fait de l'irrégularité sa marque de fabrique. Même s'il est sans doute, en performance pure sur l'ensemble d'un week-end, légèrement en dessous de Grosjean, le Danois affiche une constance qui lui a offert l'opportunité de bien figurer quand cela comptait, sans trop perdre pied quand le bateau coulait. Mais rien de tout cela n'est suffisant pour faire sortir de l'anonymat une saison qui apparaît presque fade et qui ""brille"" finalement par l'absence de mauvais coup et, peut-être, par une discrétion face aux difficultés que n'a pas eu, la plupart du temps, Grosjean. 

Ces bilans 2019 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Bilan de Haas en 2019

Bilan de Haas en 2019

 

Article suivant
Horner : Les promesses moteur sont enfin tenues avec Honda

Article précédent

Horner : Les promesses moteur sont enfin tenues avec Honda

Article suivant

Votez - Quels sont vos moments marquants de 2019 ?

Votez - Quels sont vos moments marquants de 2019 ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Fabien Gaillard