Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
47 jours
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
54 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
68 jours
C
Grand Prix de Chine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
82 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
96 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
103 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
117 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
131 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
138 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
152 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
173 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
215 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
222 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
243 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
257 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
271 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
278 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
292 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
306 jours
Bilans Saison 2019
Dossier

Bilans Saison 2019

Bilan 2019 - Pérez, l'assurance tous risques

partages
commentaires
Bilan 2019 - Pérez, l'assurance tous risques
Par :
29 déc. 2019 à 17:50

Assez discret au volant d'une Racing Point délicate à piloter, Sergio Pérez a pourtant produit une saison excellente en ne laissant que peu de points en route.

Avec un rachat en milieu d'année 2018 d'une structure qui peinait déjà largement sur le plan financier, il y avait très peu de chance de voir une RP19, dont le travail de conception a forcément été impacté par les difficultés, dans la lignée des monoplaces des saisons précédentes, en tout cas en termes de résultats. Sur le plan châssis, la voiture 2019 était sans doute plus une évolution qu'une véritable nouvelle F1 mais Sergio Pérez a prouvé qu'elle était tout de même capable d'inscrire régulièrement de gros points.

Lire aussi :

Après deux années aux côtés d'un pilote jeune, en progression constante et désireux de s'imposer, Esteban Ocon, le Mexicain sortait malmené en qualifications tout en ayant encore la plupart du temps démontré sa capacité à tirer parti des courses pour inscrire plus de points. Face à Lance Stroll, dont l'exercice du tour chronométré n'a jamais été un point fort, le match interne du samedi a tourné à la déculottée : 18 séances sur les 20 comparables ont vu Pérez faire mieux, et même atteindre à quatre reprises la Q3 quand le Canadien comptait 14 éliminations dès la Q1, chiffre le plus important pour un pilote hors Williams. Une comparaison sans appel dont on ne sait pas très bien si elle est flatteuse pour Pérez ou très inquiétante pour Stroll ; sans doute un peu des deux.

En course, les choses ont été à peine plus équilibrées. Sur les 17 épreuves comparables, 14 ont tourné à l'avantage de Pérez. Le Mexicain s'est notamment illustré en étant à quatre reprises le meilleur pilote derrière les écuries du top 3 (Azerbaïdjan, Belgique, Mexique, Abu Dhabi), plutôt sur des tracés favorisant les qualités naturelles et héréditaires des monoplaces conçues à Silverstone, à savoir la faible traînée. Sa prestation la plus impressionnante est certainement sa course à domicile où il s'est adjugé la septième position en résistant pendant 12 tours à Ricciardo, mais Monza a également été une belle copie rendue par le natif de Guadalajara.  

On peine à trouver beaucoup de situations dans lesquelles Pérez n'a pas maximisé son total de points inscrits. Un niveau de performance tel qu'il pouvait presque à lui seul constituer une garantie pour parvenir à placer Racing Point dans le top 5. Ça n'a pas été le cas, la faute à une fin de saison assez compliquée quand Renault et surtout Toro Rosso inscrivaient de gros points. Paradoxalement, c'est lors d'une épreuve où il aurait eu matière à rééditer une prestation telle que celles qui lui ont offert certains de ses podiums avec Force India, en Allemagne, qu'il a commis sa plus grosse erreur de l'année, dès les premiers tours, s'éliminant seul d'un GP que Stroll allait terminer en quatrième place.

Une erreur notable dans une saison globalement très bonne qui démontre à quel point, en dépit d'un total de points qui est le plus faible pour lui depuis 2013, Pérez est désormais, à 29 ans, un pilote de course expérimenté et efficace, globalement capable de rester en dehors des problèmes et de composer avec une voiture dont le niveau n'est pas excellent au sein d'un milieu de peloton où la hiérarchie fluctue et les luttes sont âpres. Sa dixième place au classement général, à deux petites longueurs de Ricciardo, en témoigne et le fait qu'il soit l'un des rares à être engagé après 2020 est une bonne nouvelle pour Racing Point qui aura, en plus de la stabilité, un point de référence parmi les meilleurs du plateau.

Bilan de Racing Point en 2019

Bilan de Racing Point en 2019

 
Article suivant
Les réalisateurs TV de la F1 "ne font pas du très bon travail"

Article précédent

Les réalisateurs TV de la F1 "ne font pas du très bon travail"

Article suivant

Michael Schumacher : six ans après l'accident, un silence assourdissant

Michael Schumacher : six ans après l'accident, un silence assourdissant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sergio Pérez Boutique
Équipes Racing Point
Auteur Fabien Gaillard