Bilans Saison 2021
Dossier

Bilans Saison 2021

Bilan 2021 - Esteban Ocon, patience et danse hongroise

Esteban Ocon a vécu une deuxième saison très irrégulière avec Alpine, mais ponctuée d'une victoire inoubliable.

Bilan 2021 - Esteban Ocon, patience et danse hongroise

Ces bilans 2021 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Le bilan 2021 d'Esteban Ocon est indissociable de son coup d'éclat du mois d'août, sur le Hungaroring. Jusque-là, le Français livrait d'ailleurs une saison mitigée, très irrégulière, mais la chance qui lui avait si souvent fait défaut depuis ses débuts en Formule 1 s'est présentée à lui un dimanche après-midi de Grand Prix de Hongrie. Et il l'a saisie.

Pour un pilote de milieu de grille, seules des circonstances favorables peuvent donner une chance de victoire. Encore faut-il être en mesure de les exploiter, et c'est ce qu'a fait Esteban Ocon à Budapest à la perfection. Personne ne pourra lui enlever cette première victoire en Formule 1, personne ne pourra lui enlever d'avoir apporté à la France son deuxième succès en moins d'un an alors que le pays, avant l'exploit de Pierre Gasly à Monza en 2020, avait attendu ça pendant plus de 24 ans !

Le Grand Prix de Hongrie est le phare qui brille de mille feux dans une saison en clair-obscur pour Esteban Ocon et Alpine. Il est aussi l'événement qui a mis en lumière l'esprit d'équipe frappant qui anime la structure d'Enstone et auquel a fortement adhéré et contribué Fernando Alonso. En retenant aussi longtemps que possible Lewis Hamilton en piste à Budapest, le double Champion du monde savait qu'il faisait le jeu de son jeune coéquipier pour lui donner une chance de victoire. Et plus tard dans la saison, le retour d'ascenseur a aussi été observé.

Ainsi, les doutes sur une cohabitation possible sans étincelles entre les deux hommes ont été dissipés. Ils existaient non seulement en raison du passif de Fernando Alonso dans d'autres écuries, mais aussi à cause de celui d'Esteban Ocon, au cœur d'une rivalité parfois bouillante avec Sergio Pérez chez Force India. Et c'est tant mieux pour Alpine, car il fallait bien ça pour exploiter au maximum un package décevant et une monoplace qui a accroché la cinquième place du championnat constructeurs sans forcément occuper intrinsèquement cette position dans la hiérarchie. La force du collectif.

Fernando Alonso et Esteban Ocon lors de la victoire à Budapest.

Fernando Alonso et Esteban Ocon lors de la victoire à Budapest.

Pour Esteban Ocon, la saison a globalement débuté du bon pied, en se montrant à son avantage face à un Fernando Alonso qui avait besoin de temps pour reprendre ses marques. Mais au début de l'été, les doutes ont surgi, faisant craindre de voir le pilote tricolore revivre les mêmes difficultés que quelques mois plus tôt face à Daniel Ricciardo. Le triomphe hongrois a-t-il fait office de déclic ?

La deuxième partie de saison a elle aussi eu sa part de délicatesse, mais les quatre derniers Grands Prix sont venus embellir le bilan final avec des performances convaincantes : une cinquième place à Losail puis une quatrième à Djeddah après avoir perdu le podium pour un dixième de seconde face à Valtteri Bottas.

À l'arrivée, Esteban Ocon a fait jeu égal avec son illustre coéquipier. Certes, au championnat il a terminé juste derrière lui, au 11e rang, lui rendant sept points. Mais il a "scoré" à 12 reprises et l'Espagnol par 13 fois, tandis qu'en qualifications, l'équilibre est parfait avec un 11-11 dans l'exercice du tour rapide.

La saison 2021 aura peut-être un caractère déterminant dans le sens où Esteban Ocon a prouvé qu'il pouvait collaborer intelligemment avec Fernando Alonso, sans laisser la lumière se concentrer uniquement sur l'Espagnol et, surtout, sans laisser l'équipe se détourner de lui pour privilégier le feedback du plus capé. Ainsi, le pilote français a fait preuve de patience, sachant que le niveau d'Alpine ne lui permettrait pas beaucoup plus cette année mais espérant de plus belles choses l'an prochain.

Du tournant réglementaire 2022 et du travail de l'écurie française pour s'y adapter dépend l'avenir d'Esteban Ocon. Surtout, quelle sera la dynamique avec Fernando Alonso en 2022 ? Le niveau de compétitivité de la future monoplace l'influencera inévitablement…

partages
commentaires
Pato O'Ward se donne deux ans pour arriver en F1
Article précédent

Pato O'Ward se donne deux ans pour arriver en F1

Article suivant

Leclerc : Le pilotage dans les virages lents changera en 2022

Leclerc : Le pilotage dans les virages lents changera en 2022
Charger les commentaires