Bilans Saison 2021
Dossier

Bilans Saison 2021

Bilan 2021 - Lando Norris, symbole de l'essor de McLaren

McLaren poursuit sa montée en puissance dans la hiérarchie de la Formule 1. Lando Norris en est le symbole.

Bilan 2021 - Lando Norris, symbole de l'essor de McLaren

Dans la Formule 1 des cinq dernières années, il y a deux arcs de rédemption : ceux des divorcés, Honda et McLaren. Tandis que le motoriste japonais a fini par maîtriser la technologie turbo hybride pour remporter le titre mondial des pilotes avant son départ quelque peu précipité de la Formule 1, la légendaire écurie britannique poursuit sa remontée vers les avant-postes, même si elle a perdu son duel avec Ferrari pour la troisième place du championnat des constructeurs.

McLaren n'avait marqué que 30 points lors de son ultime saison avec Honda en 2017, le total est cette année de 275, et si Daniel Ricciardo a signé la première victoire de l'équipe depuis 2012, ces résultats sont principalement à mettre à l'actif de Lando Norris. Ce dernier a donné le ton avec un début de saison phénoménal : neuf arrivées dans le top 5 lors des dix premières courses, la seule exception étant un Grand Prix d'Espagne où, une fois n'est pas coutume, il a été dominé par son nouveau coéquipier. Norris a alors signé trois podiums à Imola, à Monaco et au Red Bull Ring – à la régulière dans deux cas sur trois – si bien qu'il occupait après ces dix manches la troisième place du championnat avec 113 points au compteur, devant Valtteri Bottas et Sergio Pérez.

Valtteri Bottas, Mercedes W12, Lando Norris, McLaren MCL35M, Max Verstappen, Red Bull Racing RB16B, et Sergio Perez, Red Bull Racing RB16B, entrent en collisions

Lando Norris victime du strike de Valtteri Bottas au départ du Grand Prix de Hongrie

Cela n'a pas duré, Norris n'inscrivant que 47 unités supplémentaires lors des 12 courses suivantes, mais les circonstances ne lui ont pas été favorables. L'envol remarquable qui a propulsé le Britannique de la sixième à la troisième place au départ du Grand Prix de Hongrie n'a pas été récompensé, puisqu'il a été victime d'un carambolage provoqué par Valtteri Bottas. À Spa-Francorchamps, Norris a eu un violent accident dans le Raidillon en Q3 alors qu'il était le plus rapide en Q1 et en Q2 ; on sait ce qui s'est passé le lendemain…

Auteur d'une pole position magistrale à Sotchi, le pilote McLaren était bien parti pour s'imposer jusqu'à l'averse qui a tout chamboulé dans les derniers tours de course ; il s'est entêté à ne pas rentrer au stand et a dégringolé au classement. Pénalité moteur à Mexico, touchette avec Sainz au départ à São Paulo, drapeau rouge malvenu à Djeddah, crevaisons lentes au Qatar et à Abu Dhabi : autant de facteurs qui ont handicapé Norris en cette deuxième partie d'année, où le seul temps fort aura été sa deuxième place entérinant le doublé McLaren au Grand Prix d'Italie. D'où cette chute au sixième rang du championnat. "Il y a tellement de choses qui font que c'est beaucoup plus difficile à encaisser. Mais je pense que je suis quand même très content de ce que j'ai fait. J'ai encore des choses à améliorer, mais je suis heureux, c'est tout de même ma saison la plus réussie", estime l'intéressé.

Le deuxième Lando Norris, McLaren, fête avec son équipe dans le parc fermé

Lando Norris acclamé par ses collègues après le doublé McLaren à Monza

Le rapport de force avec Ricciardo est d'ailleurs clairement à l'avantage de l'Anglais avec un score de 15-7 en qualifications et une avance moyenne de 0"234 lors des séances représentatives sur le sec. En course également, Norris avait généralement l'avantage. Certes, c'est son coéquipier qui a signé le coup d'éclat de l'année à Monza, mais le rythme de Norris n'était pas nettement inférieur dans ce Grand Prix.

Ainsi s'achève la troisième campagne en Formule 1 de Lando Norris avec une progression toujours aussi nette, qui va de pair avec celle de son écurie. L'an prochain, Ricciardo devrait lui donner davantage de fil à retordre après ce qui s'est apparenté à une longue phase d'adaptation pour l'Australien, que Norris est loin d'enterrer : "Je sais qu'il est toujours Daniel. Une fois qu'il aura tout mis bout à bout, j'espère que je serai encore plus rapide que lui. Je sais que ça ne va pas être simple parce que c'est un très, très bon pilote."

Reste à savoir comment la vie privée de Norris influencera ses performances en piste : après avoir passé des années à dire qu'il ne pourrait être aussi heureux à Monaco qu'en Angleterre, ce protégé de l'écurie depuis 2017 a finalement pris la décision d'emménager en Principauté, pour des raisons dont il ne cache pas qu'elles sont en partie financières. Celui qui habitait à quelques kilomètres du McLaren Technology Centre affirme qu'il va continuer à s'y rendre aussi régulièrement. Dont acte.

partages
commentaires
Le titre de Piastri a surpassé les attentes de Prema
Article précédent

Le titre de Piastri a surpassé les attentes de Prema

Article suivant

Schumacher et Giovinazzi pilotes de réserve Ferrari en 2022

Schumacher et Giovinazzi pilotes de réserve Ferrari en 2022
Charger les commentaires