Bilans Saison 2021
Dossier

Bilans Saison 2021

Bilan 2021 - La F1 n'est pas (encore) le paradis pour Yuki Tsunoda

Les débuts de Yuki Tsunoda en Formule 1 ont été compliqués. Mais comment aurait-il pu en être autrement ?

Bilan 2021 - La F1 n'est pas (encore) le paradis pour Yuki Tsunoda

"It's fucking paradise, like, traffic paradise!" Si Yuki Tsunoda s'est fait remarquer lors de sa première saison en Formule 1, c'est notamment pour son impétuosité à la radio, comme lorsqu'il a lancé cette exclamation devenue célèbre en rencontrant trop de trafic à son goût à Imola. Ce Japonais de 21 ans, avec sa petite taille, sa politesse et sa gentillesse, opère une véritable transformation lorsqu'il est au volant. Cependant, pour l'instant, cela ne se traduit pas en résultats probants.

L'ascension éclair des formules de promotion par Tsunoda avait entraîné des attentes élevées au sein du public, probablement à tort. Champion de F4 Japon en 2018, le pilote nippon n'avait pas démérité pour sa première campagne sur le Vieux Continent en prenant la neuvième place de FIA F3 avec la modeste écurie Jenzer Motorsport, avant d'impressionner en montant d'emblée sur le podium final de la FIA F2 chez Carlin.

Il n'empêche que Tsunoda manquait cruellement d'expérience au moment de rejoindre la catégorie reine du sport automobile, avec seulement deux saisons en Europe et autant à un niveau supérieur à la Formule 4. Chez Red Bull, personne ne s'attendait qu'il soit au niveau de Pierre Gasly. Le directeur de la Scuderia AlphaTauri, Franz Tost, s'attendait à ce que Tsunoda "apprenne beaucoup de Pierre dans tous les domaines", ajoutant que "bien sûr, il aura quelques accidents". Accidents dont n'avait pas peur le principal intéressé, estimant que les erreurs étaient inévitables.

En effet, il y en a eu quelques-unes. Le Japonais a percuté le mur à Imola, au Paul Ricard et au Hungaroring, mais à sa décharge, ces accidents se sont tous produits en essais, libres ou qualificatifs. En course, il y a certes eu un tête-à-queue qui lui a fait perdre les points à Imola, et l'implication malheureuse dans un carambolage au départ à Mexico, mais Tsunoda s'est montré plutôt fiable. Il faut dire que Red Bull a mis les points sur les i, demandant à son poulain de se calmer quand il avait tendance à perdre son sang-froid à la radio.

Yuki Tsunoda, AlphaTauri AT02

Yuki Tsunoda a cherché la limite à Imola, et l'a parfois dépassée

Là où le bât blesse, c'est évidemment le rapport de force avec Gasly. Ce dernier était bien parti pour infliger un 22-0 à son coéquipier en qualifications, mais Tsunoda a sauvé l'honneur à Abu Dhabi. Globalement, il y a eu des progrès en deuxième moitié de saison, puisque le débutant, habituellement relégué à plus d'une demi-seconde de son chef de file en moyenne, avait réduit l'écart à deux dixièmes et demi au Qatar puis trois dixièmes à Djeddah, avant sa performance lors du dernier Grand Prix. Il faudra toutefois confirmer l'an prochain.

Quant aux courses, Tsunoda les a principalement passées à batailler avec des monoplaces inférieures – il a parcouru plus de 58% des tours cette saison entre la 13e et la 20e place. Cependant, au milieu de nombreuses courses anonymes, il y a eu des coups d'éclat : le pilote AlphaTauri a su tirer son épingle du jeu pour finir septième puis sixième lors de courses mouvementées à Bakou et en Hongrie.

Toutefois, c'est surtout sa prestation à Abu Dhabi qui sort du lot. Déjà impressionnant en qualifications, Tsunoda a réalisé une course d'excellente facture aux avant-postes. Résistant à la Mercedes de Valtteri Bottas pendant plus de 22 tours en début d'épreuve, le rookie n'a rien lâché et lui a même chipé la quatrième place dans la dernière boucle grâce à un beau freinage tardif qui a manifestement pris le Finlandais par surprise. C'est ça que l'on voulait voir de Tsunoda, et malgré cette première saison en demi-teinte, son potentiel toujours évident laisse imaginer que de telles performances vont se reproduire plus souvent en 2022. C'est en tout cas ce qu'on lui souhaite, car Red Bull, qui lui apporte pour l'heure un soutien indéfectible, n'est pas toujours tendre avec ses poulains…

partages
commentaires
Ben Sulayem : "Hamilton n'est pas 100% prêt à répondre"
Article précédent

Ben Sulayem : "Hamilton n'est pas 100% prêt à répondre"

Article suivant

Russell se remémore sa rencontre avec le "super-héros" Hamilton

Russell se remémore sa rencontre avec le "super-héros" Hamilton
Charger les commentaires