Bilan mi-saison - Caterham

Pour Caterham, 2014 devait être la saison

Pour Caterham, 2014 devait être la saison. Sur une pente ascendante de la saison 2010 à la mi-saison 2012 mais incapable de rejoindre le milieu de tableau, l'équipe anglo-malaisienne avait volontairement tiré un trait sur 2013 pour mieux profiter de la nouvelle réglementation technique de 2014. Tony Fernandes, propriétaire de l'écurie, s'était montré très clair au mois de janvier : sans progrès notables, il quitterait la Formule 1.

Or, progrès notables il n'y eut pas, bien au contraire. Pour la première fois de son existence, Caterham a conçu la F1 la plus lente du plateau. En début de saison, les performances de Kamui Kobayashi permettaient encore aux verts de devancer Marussia en qualifications, comme cela a été le cas lors de trois des quatre premiers Grands Prix, même si l'équipe rivale conserve l'avantage lorsque l'on observe l'écart moyen.

L'écart s'est accentué à partir de l'Espagne, avec un retard moyen de 0,644 seconde de la première Caterham sur la première Marussia. Les qualifications du Grand Prix de Grande-Bretagne, où les Caterham accusaient huit secondes de retard sur les Marussia, n'ont même pas été prises en compte dans ce chiffre. Certes, Kobayashi est souvent parvenu à devancer Max Chilton, mais Jules Bianchi demeure hors de portée des Verts. Quant à Marcus Ericsson, il occupe très fréquemment la position de lanterne rouge.

C'est exactement pareil en course, où les duels entre Kobayashi et Chilton se jouent souvent à quelques secondes près, mais tournent toujours à l'avantage du Japonais. Le Grand Prix de Monaco a été un énorme coup au moral porté à Caterham, lorsque Marussia a marqué deux points grâce à Bianchi, tandis qu'Ericsson et Kobayashi échouaient hors des points. Certes, le Japonais aurait pu rivaliser avec son rival français si ce dernier n'avait pas endommagé sa CT05 en le dépassant, mais le mal est fait pour Caterham, qui semble bien parti pour finir à la onzième place du championnat des constructeurs et pour perdre une trentaine de millions d'euros en primes après deux saisons en-dehors du top 10.

Tony Fernandes avait prévu de quitter la Formule 1 avant même que Marussia ne marque des points, mais le désastre monégasque a probablement précipité sa décision. Fernandes et son bras droit d'affaires Kamarudin Meranun ont ainsi vendu l'écurie à un consortium originaire de Suisse et du Moyen-Orient. Exit Cyril Abiteboul, team principal de retour chez Renault Sport illico : Christijan Albers fait son arrivée comme directeur d'équipe, avec Colin Kolles dans le rôle de conseiller et Manfredi Ravetto au poste de directeur adjoint.

Les premières décisions du nouveau trio à la tête de l'équipe sont déjà controversées : dans le but de réduire la masse salariale, Caterham a licencié plus de quarante employés dont Graham Watson, team manager, Jody Egginton et Gerry Hughes, deux des chefs du département technique, ainsi qu'Alexander Rossi, pilote de réserve. Mécontent, le personnel en question va porter l'affaire devant la justice pour licenciement abusif, tandis que Caterham F1 va riposter au tribunal en demandant des dommages et intérêts pour la mauvaise image donnée de l'équipe dans cette affaire. Dans une situation financière délicate, l'équipe n'avait pas besoin de cela, d'autant qu'elle a perdu ses deux principaux sponsors, liés à Fernandes, lors de la vente de l'écurie, à savoir General Electric et Airbus/EADS.

L'avenir est sombre pour Caterham, qui va avoir besoin d'un miracle pour récupérer une place dans le top 10 des constructeurs ; que Sauber n'ait toujours pas inscrit le moindre point paraît déjà incroyable. Entre les longs mois à venir au tribunal et le possible remplacement de Kobayashi par Carlos Sainz Jr, l'instabilité règle au sein d'une équipe qui, à ses débuts, avait fait sa force de son duo de vainqueurs en Grand Prix. Les prochains mois pourraient déterminer la présence de Caterham en Formule 1 en 2015.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Christijan Albers , Carlos Sainz , Kamui Kobayashi , Colin Kolles , Max Chilton , Alexander Rossi , Marcus Ericsson , Jules Bianchi
Équipes Sauber
Type d'article Actualités