Bilan mi-saison : Marussia chamboule le fond de grille

Capable de décrocher la dixième place au nez et à la barbe de Caterham la saison dernière, Marussia a débuté l’année 2014 avec la ferme intention de conforter cette position

Capable de décrocher la dixième place au nez et à la barbe de Caterham la saison dernière, Marussia a débuté l’année 2014 avec la ferme intention de conforter cette position. Mais malgré un des budgets les moins élevés de la grille, l’écurie russe ne manquait pas d’ambition, avec la volonté de pouvoir regarder un peu plus vers le haut.

Sur le plan technique, Marussia comptait sur sa toute première collaboration avec Ferrari, après quatre années de partenariat avec Cosworth et son vieillissant V8. Un choix sensé et prudent, qui s’est avéré efficace. Si le bloc italien n’est pas le plus performant des trois V6 Turbo, il a au moins le mérite de se montrer fiable. Voilà qui a permis à l’écurie d’enchaîner de nombreux kilomètres d’essais dès les premiers tests hivernaux, tout en pouvant s’appuyer sur un châssis mieux né que les précédents.

Monaco, comme une victoire

Dès les premières courses, Jules Bianchi a démontré le potentiel de la MR03 en s’approchant régulièrement de la Q2. Dans ses pas, Max Chilton se met au diapason et prouve sans doute que l’équipe a bien fait de miser sur la stabilité de son line-up. A force d’ambition, Marussia a réalisé le gros coup de cette première partie de saison à l’arrière de la grille : à Monaco, profitant de circonstances favorables et d’un grand nombre d’abandons, Bianchi a offert les tout premiers points de sa courte histoire en Formule 1 à son équipe. Un résultat célébré comme il se doit, et qui a également chamboulé le paysage des « petites équipes ».

Avec ces deux points, Marussia s’est en effet emparé de la neuvième place du championnat, au nez et à la barbe d’une équipe Sauber devenue l’ombre d’elle-même. Ces points marqués ont également largement contribué au séisme vécu par Caterham, qui a changé de mains suite aux efforts jamais récompensés de son ancien propriétaire, Tony Fernandes.

Il est trop tôt pour dire si ces 2 points seront décisifs et suffisants pour faire un break définitif sur Caterham - voire Sauber -, mais tout le laisse présager. Malgré tout, Marussia doit continuer à s’affirmer, alors que le développement de la monoplace est forcément limité par le petit budget de l’équipe. Qu’importe, l’équipe menée par John Booth semble plus que jamais sur la bonne voie pour continuer sa progression. Quelle que soit la suite, 2014 devrait rester une année charnière, dans le bon sens du terme. Reste à transformer l’essai.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Max Chilton , John Booth , Jules Bianchi
Équipes Sauber , Ferrari
Type d'article Actualités