Bilan mi-saison : McLaren, ambition ou transition ?

2014 s’est présentée à McLaren comme une éclaircie, après une saison 2013 terriblement décevante, vierge de toute victoire et de tout podium

2014 s’est présentée à McLaren comme une éclaircie, après une saison 2013 terriblement décevante, vierge de toute victoire et de tout podium. En interne, l’intersaison a été mouvementée à Woking avec le retour de Ron Dennis aux manettes du McLaren Group, l’éviction de Martin Whitmarsh, et la nomination d’Éric Boullier à la tête du département compétition.

Clairement, l’écurie britannique a amorcé sa mue, une réorganisation complète qui doit la mener jusqu’à l’arrivée de Honda comme partenaire moteur privilégié et exclusif dès 2015. Cependant, les ambitions affichées étaient élevées et il était hors de question de voir 2014 comme une saison de transition. Ce qu’elle semble pourtant bien être devenue…

Le renouveau des « Gris » semblait pourtant acté dès Melbourne. Après des essais hivernaux concluants et encourageants, Kevin Magnussen démontrait d’entrée que son team avait fait le bon choix en le titularisant à la place de Sergio Pérez. Troisième à la régulière, deuxième après la disqualification de Daniel Ricciardo, le jeune danois partageait finalement son premier podium en F1 avec son coéquipier, bénéficiaire lui aussi de l’exclusion du pilote Red Bull bien après la course.

Un podium qui fait « pschitt »

Un double podium, 33 points et le leadership du championnat après le premier Grand Prix, McLaren n’en demandait pas tant. L’embellie aura été de courte durée, et très vite la MP4-29 a affiché ses limites. Trois courses de rang sans le moindre point (Bahreïn, Chine et Espagne), un Magnussen rattrapé par le « syndrome du rookie », dixit Éric Boullier, et un Button sous le feu des critiques poliment adressées par Ron Dennis pour que le Champion du Monde 2009 s’investisse davantage. Justifiées ou non, celles-cu auront au moins eu le mérite de transcender un Button de retour au meilleur de sa forme à Silvestone, avec une quatrième place.

Sixième du championnat, McLaren est encore dans le bon wagon pour menacer Force India, devant pour un petit point, sans encore dire adieu à une quatrième place qui se profile à 38 longueurs tout de même.

Techniquement, le team britannique est persuadé d’être sur la bonne voie, Boullier affichant notamment un très grand optimisme au sujet de la corrélation entre les résultats en soufflerie et à l’usine, et ce qui est testé en piste. Dans les faits, la MP4-29 est une monoplace encore trop irrégulière et difficile à cerner en matière de rythme pur. Certes, elle bénéficie du bloc Mercedes, mais il apparaît clair que la relation avec le constructeur allemand est très limitée en raison de l’arrivée programmée de Honda.

Dès le début de saison, Ron Dennis affirmait que l’objectif était d’aller cueillir au moins une victoire d’ici la fin de la saison. Rien n’est impossible, mais le développement devra être conséquent pour y parvenir.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sergio Pérez , Daniel Ricciardo , Martin Whitmarsh , Kevin Magnussen
Équipes McLaren , Mercedes , Force India
Type d'article Actualités