L'abandon de Leclerc ne serait pas lié à son accident

Mattia Binotto estime que le problème mécanique ayant empêché Charles Leclerc de participer au Grand Prix de Monaco pourrait être totalement étranger à son accident en qualifications.

L'abandon de Leclerc ne serait pas lié à son accident

Charles Leclerc s'est emparé de la pole position du Grand Prix de Monaco dans des circonstances inhabituelles, en provoquant la sortie du drapeau rouge à la suite d'un accident à la chicane de la Piscine. L'accident avait endommagé l'ensemble du côté droit de la Ferrari SF21, laissant Leclerc et son équipe dans le doute quant à la santé de sa boîte de vitesses.

Deux contrôles ont pourtant révélé que la boîte était intacte, permettant à Leclerc d'échapper à une pénalité de cinq places sur la grille de départ. Or, dans son tour de mise en grille, Leclerc a connu un problème avec sa transmission et a regagné les stands à petite vitesse. En l'espace de quelques minutes, le Cheval Cabré a compris que le week-end de son pilote s'arrêtait net.

Il est fort probable que l'abandon de Leclerc soit directement lié à son accident de la veille mais Mattia Binotto n'est pas de cet avis. Le directeur de la Scuderia a avancé que le côté gauche était incriminé, et le pilote monégasque a tapé sur le côté droit...

"Nous devons bien comprendre ce qui s'est passé", a déclaré Binotto sur Sky. "La défaillance se situe sur l'arbre de transmission, dans le moyeu, sur le côté gauche. Ce n'est donc pas un problème de boîte de vitesses. La boîte a été inspectée deux fois et je pense qu'elle était OK pour la course. Le problème vient de l'autre côté. Donc il se peut que ce ne soit pas du tout lié à l'accident. Il faut analyser cela soigneusement, nous n'avons pas de réponse pour le moment."

Binotto a également indiqué que la zone de l'arbre de transmission n'avait pas été contrôlée avant le départ du Grand Prix "parce qu'elle n'était pas endommagée". On a vu Leclerc très atteint par cet abandon avant même le départ de la course. Dans le paddock, le régional de l'étape a précisé que ce nouveau couac à domicile, le quatrième en quatre ans, était particulièrement dur à encaisser compte tenu de sa pole position réalisée la veille.

Lire aussi :

"C'est très dur à avaler", a-t-il lâché au micro de Ziggo Sport. "Nous avons été très rapides tout au long du week-end, l'équipe a fait du super travail en me donnant une excellente voiture pour me battre pour la victoire. Malheureusement, nous n'avons pas pu prendre le départ à cause d'un problème qui ne vient pas de la boîte de vitesses. Évidemment, si nous avions vu des dégâts sur certaines pièces, nous n'aurions pas pris le risque de courir en espérant que tout soit OK. Nous avons vérifié toutes les pièces, et elles étaient toutes en bon état."

Cependant, malgré son évidente déception, Leclerc a tenu à assister à la cérémonie du podium en compagnie des mécaniciens Ferrari, qui se sont rassemblés sur le circuit pour acclamer Carlos Sainz, deuxième de l'épreuve. Selon Binotto, l'attitude du Monégasque est la preuve du bon état d'esprit des hommes et femmes de Maranello.

"Le fait de voir Charles célébrer [le podium] de Carlos montre le bon esprit d'équipe et à quel point nous sommes unis dans notre projet. Nos bases pour l'avenir sont solides. [Leclerc] est certainement déçu parce qu'il savait qu'il aurait pu faire une bonne course aujourd'hui, et je pense que nous avions le rythme pour au moins nous battre avec Max [Verstappen]. Mais c'est la vie, et je pense qu'il a déjà très bien réagi en essayant de célébrer et en restant proche de l'équipe."

partages
commentaires
Gasly avait peur de "finir dans le port" face à Vettel
Article précédent

Gasly avait peur de "finir dans le port" face à Vettel

Article suivant

Face à un Hamilton désabusé, Wolff justifie sa stratégie

Face à un Hamilton désabusé, Wolff justifie sa stratégie
Charger les commentaires