"Bluff" dans les stands - La FIA va avertir les équipes

Les équipes de Formule 1 vont être averties par la FIA que toute répétition d’une préparation factice d’arrêt au stand comme celle de Mercedes lors Grand Prix de Grande-Bretagne ne sera plus tolérée, peut révéler Motorsport.com.

L’équipe Mercedes était engagée dans une lutte serrée avec Williams pour la tête de la course quand elle a tenté d’inciter son adversaire à effectuer un arrêt plus tôt qu’initialement prévu.

Les mécaniciens de Mercedes se sont rendus sur l’allée des stands au 14e tour dans le but d’inciter Williams a rentrer pour monter des pneus neufs. Le plan n’a cependant pas fonctionné, toutes les voitures restant en piste.

Le Directeur de la compétition de Mercedes, Toto Wolff, n’a pas caché après coup que c’était une feinte visant à perturber l’équipe rivale.

Nous savons que Williams a davantage de difficultés à faire durer ses pneus plus longtemps sur la fin et nous savions que simuler un arrêt avancé pourrait leur faire se dire: sommes-nous en mesure de faire pareil? Cela pouvait les pousser dans ce sens,” a-t-il raconté.

C’était comme un jeu, qui n’a pas fonctionné. Ma femme [Susie Wolff, pilote d’essais de Williams] m’a envoyé un message sur WhatsApp me disant : vous pensiez bien nous avoir, ha ha ha.”

Infraction ou pas?

Il a été globalement admis ces dernières années que de tels arrêts factices n’étaient pas autorisés car, pour des raisons de sécurité, le règlement autorise le personnel d’une équipe à être dans l’allée des stands uniquement pour faire son travail.

L’Article 23.11 du Règlement Sportif de la F1 stipule: “Le personnel des équipes n’est autorisé à être dans l’allée des stands qu’immédiatement avant de devoir travailler sur une voiture et doit s’en retirer sitôt ce travail terminé.”

La difficulté avec le règlement, et qui est la raison pour laquelle Mercedes n’a pas été considérée comme l’ayant enfreint sur le coup, est qu’il est impossible de savoir si les équipes ont procédé de façon délibérée à un arrêt factice ou s’il y a eu un changement de stratégie après que l’ordre eut été donné aux mécaniciens de sortir du stand.

Ne pas trop en dire...

La difficulté pour prouver la “mauvaise intention” est la raison pour laquelle Mercedes n’a pas fait l’objet d’une enquête à Silverstone, la FIA ayant eu trop tard la certitude qu’il s’agissait d’un “faux” arrêt au stand.

Sur le coup, ce qu’a fait Mercedes était correct puisque nul ne savait qu’ils n’allaient pas s’arrêter,” a déclaré un porte-parole de la FIA à Motorsport.com“En réalité, nous ne le savons toujours pas.”

Cependant, compte tenu du fait qu’ils sont supposés avoir dit eux-mêmes que c’était un arrêt factice, ils pourraient en avoir trop dit.”

La mise en garde de la FIA

Après avoir été alertée des actions de Mercedes, la FIA a désormais l’intention de s’assurer que les équipes sachent bien que ce type de comportement est interdit.

Le corps dirigeant a révélé qu’il appliquerait une tolérance zéro sur ce sujet, et fera savoir aux équipes, lors d’une réunion qui se tiendra avant le Grand Prix de Hongrie, que toute répétition de ce cas sera considérée à l’avenir comme une infraction au règlement.

En cas de situation identique, les équipes devront prouver à la FIA, pour échapper à une sanction, qu’elles ont eu une raison valable d’agir de cette façon. Ceci comprendra la mise en évidence par les communications radio que le pilote avait bien l’impression de devoir s’arrêter.

Se rendre comme ça sur la pitlane, sans aucune raison valable, n’est pas autorisé, mais la difficulté sera de prouver qu’il y a eu une infraction au règlement,” a ajouté le porte-parole de la FIA.

Nous n’avons pas l’intention de laisser la moindre chance aux équipes et nous nous adresserons à elles en Hongrie sur le sujet, pour les informer que nous voudrons voir (et entendre) l’évidence selon laquelle elles avaient réellement l’intention de rentrer au stand.”

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Grande-Bretagne
Circuit Silverstone
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités