Bottas a retrouvé la confiance avec son nouveau châssis

Valtteri Bottas est de retour aux avant-postes au Grand Prix de France, avec un nouveau châssis qu'il ne considère pas forcément comme le principal facteur à l'origine de ce regain de performance.

Bottas a retrouvé la confiance avec son nouveau châssis

Le meilleur temps en Essais Libres 1, puis la deuxième place cet après-midi à huit millièmes de Max Verstappen, et en pneus mediums de surcroît : Valtteri Bottas est de retour aux affaires au Circuit Paul Ricard, après un Grand Prix d'Azerbaïdjan catastrophique où il n'a pas marqué le moindre point.

Lire aussi :

Ce regain de performance intervient dans un contexte où les pilotes Mercedes viennent d'échanger leurs châssis, mais Bottas n'est pas en mesure d'affirmer que ce facteur a joué un rôle majeur. Cependant, l'essentiel est ailleurs. "C'est dur de dire si c'est le châssis ou les conditions de piste, mais la sensation est bien meilleure qu'il y a deux semaines, c'est sûr", se délecte le Finlandais. "Je suis confiant avec la voiture, je peux lui faire confiance et je pense que c'est la plus grande différence."

Le directeur d'équipe Toto Wolff, pour sa part, a tempéré sur Sky Sports F1 le rôle de ce changement de châssis malgré la piètre performance de Bakou : "C'est le châssis qui était excellent à Monaco, qui a qualifié Valtteri tout devant. Mais on ne sait jamais. On écoute les ingénieurs, et ils ont dit que tout avait été testé et qu'il ne devrait y avoir aucune différence. Mais si le pilote n'est pas d'accord, ça ne vaut vraiment pas le coup d'essayer de prouver quelque chose, il faut juste changer." Un propos quelque peu contradictoire avec ce qu'a dit l'Autrichien quelques secondes plus tôt : l'échange de châssis serait uniquement lié à des raisons de kilométrage.

Hamilton, quant à lui, est en retrait par rapport à son coéquipier, avec près de trois dixièmes de déficit lors des deux séances. Le Britannique ne manque pas de se plaindre des pneus, dans le contexte des pressions plus élevées imposées par Pirelli après les deux crevaisons survenues à haute vitesse à Bakou.

Lire aussi :

"C'est assez compliqué ce week-end, je pense, pour tout le monde", estime Hamilton. "Je ne sais pas si c'est la surface de la piste, la température ou ces pneus gonflés. Ils ont mis les pressions plus haut que jamais, elles font partie des plus hautes pressions. Je trouve ça difficile à dire. Nous glissons tous, c'est difficile pour tout le monde en piste, je pense."

Lewis Hamilton, Mercedes W12

Reste à savoir quel composé sera favorisé, que ce soit en qualifications ou en course. Que Bottas soit passé à un souffle du meilleur temps avec les mediums laisse imaginer qu'il n'y a pas une énorme différence avec les tendres en matière de performance pure, une analyse que partage le Finlandais. Ce dernier espère donc prendre le départ avec les gommes à bandes jaunes.

Hamilton, désabusé, précise : "Ils donnaient tous une très mauvaise sensation, mais je pense que le dur est probablement celui qui donne la meilleure, car il avait l'air relativement durable compte tenu des températures ici [une trentaine de degrés l'après-midi, ndlr], donc plus c'est tendre, pire ça paraît. J'imagine que le dur est celui que la plupart auront hâte de chausser, mais je ne suis pas vraiment sûr de quel pneu est le plus rapide. Je crois que le pneu tendre a l'air de s'user à la moitié du tour, et le pneu medium est un peu plus résistant, mais il ne donne pas une énorme adhérence. Donc on verra."

Enfin, qui prendra l'ascendant entre Mercedes et Red Bull ? "Je pense que ça va être serré", estime Bottas. "Nous nous attendions à ce qu'ils soient compétitifs. Pour l'instant, il semble que cela doive se jouer entre Red Bull et nous." Rappelons que les Flèches d'Argent étaient en tête de toutes les séances du week-end lors des deux dernières éditions du Grand Prix de France, Verstappen ayant mis fin à cette série ce vendredi.

partages
commentaires
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Article précédent

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Article suivant

Pérez : "Pas aussi mauvais que ça n'en a l'air"

Pérez : "Pas aussi mauvais que ça n'en a l'air"
Charger les commentaires