Bottas a crevé en essayant "d'effacer Alonso"

Mercedes a expliqué que la crevaison de Valtteri Bottas au Qatar était intervenue à quelques tours de la fin de son relais, au moment où il tentait de s'assurer qu'il ressortirait devant Fernando Alonso.

La crevaison de Valtteri Bottas au Grand Prix du Qatar a été la première d'une série de quatre, qui ont touché également Lando Norris et les pilotes Williams, George Russell et Nicholas Latifi. Celle du Finlandais est toutefois intervenue plus tôt en course, dans le 33e tour, au terme du second relais le plus long de l'épreuve en pneus mediums.

Ce problème, que le Finlandais n'a pas vu venir alors que ses temps étaient encore compétitifs, est intervenu dans un moment clé de l'épreuve puisqu'après des premiers tours compliqués, il avait suffisamment étendu ce relais pour espérer atteindre le podium. Mais c'est en voulant s'assurer qu'il ressortirait devant tout pilote potentiellement gênant après son second arrêt que la défaillance pneumatique est arrivée, comme l'a expliqué Andrew Shovlin, responsable de l'ingénierie de piste de Mercedes.

"Eh bien, concrètement, nous essayions d'effacer [Fernando] Alonso", a-t-il expliqué dans l'habituelle vidéo de débriefing de l'épreuve de Mercedes. "Il était en pneus durs relativement frais dans notre fenêtre [d'arrêt au] stand. Valtteri était plus rapide, il gagnait quelques dixièmes par tour et si nous étions restés trois ou quatre tours de plus, nous aurions pu construire cette fenêtre par rapport à Alonso, faire rentrer Valtteri au stand pour des pneus durs neufs et ressortir devant. C'était le plan."

Concernant le moment de la crevaison en elle-même, les premiers signes sont apparus peu après qu'il soit trop tard pour s'arrêter : "Comme vous l'avez vu, nous avons eu cette crevaison. Le timing de celle-ci était vraiment malheureux. Valtteri l'a ressentie à peu près au même moment où nous l'avons vue sur les données, et c'était trop tard pour lui pour entrer dans la voie des stands. Donc, il avait tout le tour à faire."

"Mais non seulement cela nous a coûté du temps de course, mais aussi de la performance, car lorsque vous n'avez pas la roue qui maintient la voiture en place, l'aileron traîne sur la piste et s'abîme, ainsi que le fond plat et une grande partie des éléments aérodynamiques qui s'y trouvent, juste à cause du contact avec le sol. En fin de compte, nous avons eu un gros impact sur la performance de la voiture."

"Ainsi, au cours des quelques tours suivants, nous avons compris quel niveau de performance nous avions perdu. Nous avons également obtenu une vue d'ensemble de la course et il devenait évident que nous n'allions pas ramener Valtteri dans les points. Les dégâts étaient trop importants pour qu'il puisse se battre contre qui que ce soit et c'est pourquoi nous avons décidé de retirer la voiture."

Cette crevaison a coûté cher à Mercedes qui n'a non seulement rien pu faire pour empêcher Max Verstappen d'inscrire le meilleur tour en course mais a surtout vu Red Bull Racing revenir à seulement cinq points au classement constructeurs.

Lire aussi :
partages
commentaires
Piastri déplore des critiques "injustifiées" envers Zhou
Article précédent

Piastri déplore des critiques "injustifiées" envers Zhou

Article suivant

Hamilton : "Il faut être très méfiant" face à Verstappen

Hamilton : "Il faut être très méfiant" face à Verstappen
Charger les commentaires