Mercedes : Le départ raté de Bottas "ne vient pas de la voiture"

partages
commentaires
Mercedes : Le départ raté de Bottas "ne vient pas de la voiture"
Par :
15 mai 2019 à 11:35

Mercedes s'est plongé dans l'analyse des données du Grand Prix d'Espagne, et tire les premières conclusions du départ difficile de Valtteri Bottas à Barcelone. La théorie du manque d'adhérence à l'emplacement de la pole position est largement privilégiée.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10 devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10 alors que Sebastian Vettel, Ferrari SF90 bloque une roue au départ
Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10, et Max Verstappen, Red Bull Racing RB15
La voiture de Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10, sur la grille de départ
Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10, Sebastian Vettel, Ferrari SF90, et le reste du peloton au départ
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10, Sebastian Vettel, Ferrari SF90,Max Verstappen, Red Bull Racing RB15, Charles Leclerc, Ferrari SF90, et le reste du peloton

Quelques jours après le Grand Prix d'Espagne, Mercedes a analysé le départ de Valtteri Bottas, qui s'est plaint d'un problème d'embrayage au moment de l'extinction des feux. Parti en pole position, le Finlandais avait immédiatement perdu son avantage sur son coéquipier Lewis Hamilton, ce dernier s'emparant de la tête au premier virage avant d'aller s'imposer.

Dans les rangs de l'écurie de Brackley, aucune anomalie technique n'a toutefois été décelée, et on penche davantage pour la théorie du manque général d'adhérence pour expliquer les difficultés de Bottas à s'extraire de son emplacement sur la grille. "Nous croyons que c'est juste un manque de grip du côté de la pole position", révèle Ron Meadows, directeur sportif de Mercedes, dans la traditionnelle vidéo post-Grand Prix de l'écurie. "Si l'on regarde les courses annexes, le plus souvent c'est celui en deuxième position, voire troisième ou quatrième qui a pris un meilleur départ que le poleman." 

Lire aussi :

Directeur de l'ingénierie piste, Andrew Shovlin confirme lui aussi que "c'est l'un des éléments" qui ont nui au départ de Bottas à Barcelone. "Il y a un peu de patinage, puis les roues glissent, l'embrayage s'échappe et il y a un peu d'interaction entre tout cela. Nous allons récolter tous les éléments et bien analyser cela cette semaine pour comprendre. Pour le moment, nous pensons que le premier problème vient du grip, et pas de la voiture." 

À l'arrivée du Grand Prix d'Espagne, Valtteri Bottas avait fait immédiatement allusion au "comportement étrange" de son embrayage, avant de donner davantage de détails un peu plus tard.

"Nous pouvons vraiment voir les vibrations sur l'embrayage et le comportement anormal, qui m'a coûté des mètres déterminants jusqu'au premier virage", souligne le Finlandais. "Je l'ai senti ne serait-ce qu'avec la force g, ça allait et venait, et toute la voiture vibrait. Nous pouvons déjà le voir sur les données, car ma main et la voiture vibraient. Il y avait énormément de frottement, ça mordait puis ça relâchait, donc j'ai perdu quelques mètres à cause de ça. La suite du départ a été plutôt bonne."

Article suivant
Magnussen devant, Mazepin finit la matinée dans les graviers

Article précédent

Magnussen devant, Mazepin finit la matinée dans les graviers

Article suivant

Mercedes a "encore de bonnes idées" pour développer la W10

Mercedes a "encore de bonnes idées" pour développer la W10
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Espagne
Catégorie Course
Pilotes Valtteri Bottas Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Basile Davoine
Soyez le premier à recevoir toute l'actu