Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
C
GP de l'Eifel
11 oct.
Course dans
22 jours
23 oct.
Prochain événement dans
33 jours
31 oct.
Prochain événement dans
41 jours
13 nov.
Prochain événement dans
54 jours
04 déc.
Prochain événement dans
75 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
83 jours

Pourquoi le départ volé de Bottas n'a pas été sanctionné

partages
commentaires
Pourquoi le départ volé de Bottas n'a pas été sanctionné
Par :

La FIA a rappelé le processus mis en place pour juger si un départ a été volé ou non, justifiant l'absence de sanction à l'encontre de Valtteri Bottas à Budapest.

Les commissaires du Grand Prix de Hongrie n'ont pas chômé dimanche, avec plusieurs cas de figure qui ont nécessité leur attention. Pourtant, l'incident qui a sans doute le plus fait parler n'a pas fait l'objet d'une enquête de leur part.

Au moment du départ, Valtteri Bottas a bougé avant l'extinction des feux  s'est arrêté, puis a pris son envol. À la vue des images, nombreux sont ceux qui s'attendaient à une pénalité pour le Finlandais, mais celle-ci n'est jamais tombée. Directeur de course de la FIA, Michael Masi a rappelé que le capteur de détection faisait foi et que celui-ci présentait une marge de tolérance, ce qui a sauvé le pilote Mercedes de la même façon que Sebastian Vettel avait été épargné au Japon l'an dernier.

"Il y a deux aspects", explique Michael Masi. "Le moyen de déterminer qu'il y a un faux départ est clairement énoncé dans la réglementation sportive, et c'est le même processus depuis plusieurs années, à savoir que le transpondeur installé sur chaque voiture sert de mécanisme pour juger. Il y a un capteur dans la piste aussi. Il y a une tolérance, comme nous l'avons vu au Japon l'année dernière, et c'est le facteur déterminant. Il n'y avait donc pas à enquêter. Nous avons immédiatement parlé avec les chronométreurs, ils ont examiné toutes les données, et ça s'est arrêté là."

Lire aussi :

Bottas a échappé à une sanction, mais ce n'est pas le cas d'autres pilotes, et plus particulièrement de Kevin Magnussen et Romain Grosjean chez Haas. Tous les deux, à la fête en début de course grâce à l'audacieux choix pneumatique réalisé à l'issue du tour de formation, ont écopé d'une pénalité de dix secondes. L'instruction donnée par l'équipe pour qu'ils rentrent au stand avant le départ était contraire au règlement.

"Il y a eu une directive technique en 2017 pour clarifier ce que peuvent être les communications entre l'équipe et les pilotes pendant le tour de formation : elle est liée à l'Article 27.1 du Règlement Sportif, précisant que le pilote doit piloter la voiture seul et sans aide", souligne Michael Masi. "Une partie de la convocation est liée au fait que les pilotes ont été appelés par leurs ingénieurs afin de changer de pneus pendant le tour de formation, ce qui n'est pas permis en vertu de cette directive technique. La seule communication autorisée pendant le tour de formation concerne des questions de sécurité, donc s'il y a un souci imminent de sécurité."

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2020

Article précédent

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2020

Article suivant

Ocon : Un "week-end à oublier" mais "c'est loin d'être terminé"

Ocon : Un "week-end à oublier" mais "c'est loin d'être terminé"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Hongrie
Lieu Hungaroring
Pilotes Valtteri Bottas
Équipes Mercedes
Auteur Basile Davoine