Les arrêts au stand inquiétaient déjà Bottas avant Monaco

Valtteri Bottas ne cache pas avoir mis un peu de temps à digérer sa déception de Monaco, mais il entend désormais redresser la situation lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan, après un début de saison raté.

Les arrêts au stand inquiétaient déjà Bottas avant Monaco

Ce jeudi midi, Valtteri Bottas était absent de la traditionnelle conférence de presse FIA à Bakou. Et pour cause, le pilote Mercedes est bloqué dans un aéroport en Finlande après un souci d'avion. Théoriquement, tout devrait rentrer dans l'ordre et lui permettre de rejoindre la capitale azérie d'ici la fin de la journée.

Le Finlandais est enclin à repartir du bon pied à l'occasion de ce Grand Prix d'Azerbaïdjan, après un début de saison difficile et, surtout, une énorme déconvenue endurée à Monaco il y a dix jours. Deuxième et à la lutte pour la victoire, il avait tout perdu lors d'un arrêt au stand qui avait tourné à la catastrophe, sa roue avant droite restant coincée au point de n'être ensuite retirée qu'à l'usine de Brackley !

Lire aussi :

Bottas ne cache pas avoir eu du mal à digérer ce mauvais coup. "Personnellement, ça m'a pris deux jours, je dois dire, car ce n'est pas le meilleur début de saison et ce genre de problème fait mal", admet-il. "Mais je ne m'inquiète pas, je vais m'en sortir et j'ai hâte de courir à nouveau. […] Il y a eu une analyse détaillée, bien sûr, pour savoir ce qui s'est passé, pourquoi ça s'est passé, comment on peut éviter que ça se reproduise à l'avenir. Il s'agit vraiment d'apprendre du problème et de le corriger. Je crois que l'équipe le comprend désormais totalement, et nous avons apporté des corrections pour, je l'espère, ne plus revivre ça."

Pour quelques centimètres...

Le week-end monégasque de Mercedes a été particulièrement compliqué et l'écurie n'a ramené que sept points avec un Lewis Hamilton loin de pouvoir se battre ne serait-ce que pour le podium. Les jours qui ont suivi ont donc consisté en un travail acharné pour tenter de remettre les choses en ordre, et surtout de travailler sur les points faibles identifiés. Celui des arrêts au stand préoccupait déjà Bottas bien avant l'incident survenu en Principauté.

"Nous analysons tout de manière vraiment ouverte, et vraiment pas en pointant qui que ce soit du doigt", explique-t-il. "Nous analysons les choses honnêtement en admettant les faiblesses, en l'occurrence l'arrêt au stand, qui était déjà une source d'inquiétude pour moi il y a quelques semaines, et je l'avais indiqué à l'équipe. Donc ça ne vient pas de nulle part, nous savions que nos arrêts au stand n'étaient pas parfaits, ainsi que d'autres domaines comme la mise en température des pneus en qualifications. Je savais, en arrivant à Monaco, que ce serait un problème, et c'est l'une des choses que j'ai le plus mises en avant avant le week-end. Nous avons tout analysé dans le détail et nous savons que nous aurions probablement pu mieux faire au niveau de l'équipe."

Parmi les facteurs ayant contribué au problème d'arrêt au stand à Monaco, Toto Wolff a évoqué dans la presse allemande le positionnement du pilote, élément qui a "surpris" Bottas mais qui n'a pas spécialement animé les débats en interne par la suite. Le pilote Mercedes en minimise d'ailleurs l'incidence même s'il admet avoir "vu la vidéo" et tiré la conclusion suivante : "L'endroit où je me suis arrêté était assez précis, donc j'ai été assez surpris".

"C'était un débriefing tout à fait normal de mon côté", assure-t-il. "Je veux bien sûr voir tous les rapports concernant l'endroit où je me suis arrêté, et je crois que c'était à deux ou trois centimètres de l'axe central. Habituellement, si l'on a cette précision, c'est plutôt bon. Vous savez, on peut facilement varier de dix à quinze centimètres, donc j'ai pensé que j'étais assez précis. Mais c'était un débriefing normal, franchement, et nous avons évidemment discuté la semaine suivante avec mes ingénieurs, à tout analyser, et à l'usine tout le monde était à fond pour tout comprendre. Il n'y a rien d'inhabituel pour nous, c'était juste un plus gros revers que certains autres week-ends au niveau du résultat, mais sinon la procédure était normale."

partages
commentaires
Russell évoque "l'amour vache" de Wolff après l'accident d'Imola
Article précédent

Russell évoque "l'amour vache" de Wolff après l'accident d'Imola

Article suivant

Verstappen fait l'impasse sur les reconnaissances de piste depuis 2017

Verstappen fait l'impasse sur les reconnaissances de piste depuis 2017
Charger les commentaires