Bottas : "On ne m'a pas demandé de ralentir"

Valtteri Bottas a indiqué qu'il n'avait pas reçu l'ordre de lever le pied pour laisser Lewis Hamilton s'emparer du meilleur temps aux qualifications du Grand Prix de Turquie, le Finlandais était donc libre de se battre pour la pole position.

Bottas : "On ne m'a pas demandé de ralentir"

En raison du recul de dix places infligé à Lewis Hamilton pour avoir monté une quatrième unité de puissance, la pole position du Grand Prix de Turquie a été donnée à son coéquipier Valtteri Bottas, deuxième des qualifications. S'il a coupé la ligne avec un dixième de retard sur le septuple Champion du monde à la fin de la Q3, le Finlandais était pourtant en avance de cinq millièmes dans le deuxième secteur dans son ultime tour rapide, avant de manquer la corde au virage 12.

D'aucuns pourraient penser que cette faute était une manière d'offrir la pole position à Hamilton, et donc de lui garantir le meilleur emplacement sur la grille de départ. Mais Bottas a affirmé qu'il était bel et bien libre d'aller chercher le meilleur temps en Q3 et que cette erreur au virage 12 était tout à fait involontaire.

"On ne m'a pas demandé de ralentir et je visais clairement [la pole position]", a-t-il indiqué à ce sujet en conférence de presse. "Dans le dernier secteur, j'ai commencé à avoir des difficultés avec le train avant, donc j'ai eu du sous-virage dans les virages 12 et 14 [les deux dernières courbes à gauche, ndlr]. Je pouvais sentir que je perdais un peu de temps, j'ai sûrement trop abîmé les pneus en début de tour."

À la recherche de la victoire depuis le Grand Prix de Russie 2020 et auteur de 27 petits tours en tête cette saison, Bottas a la chance ce dimanche de conjurer le mauvais sort et de faire retentir de nouveau Maamme, l'hymne national de la Finlande, dans le paddock. Outre la pénalité de Hamilton, le numéro 77 bénéficie d'une monoplace bien plus compétitive que la Red Bull RB16B de Max Verstappen, deuxième sur la grille. Ainsi, le Finlandais aborde la course avec une certaine confiance. 

"Bien sûr, il y a toujours un risque [au départ] mais, en toute honnêteté, je pense que nous avons une très bonne voiture", a-t-il indiqué au micro de Sky Sports. "Tant que je ne commets pas d'erreur, je devrais être capable de garder [Verstappen] derrière moi. Évidemment, la stratégie va toujours jouer un rôle mais, pour le moment, je me sens à l'aise dans la voiture et je pense que le rythme est bon."

Les dernières prévisions météo font état d'une légère averse dimanche, à l'aube, ce qui devrait laver la piste et la rendre à nouveau verte. Mais qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige, la Mercedes W12 reste compétitive !

"Je pense que nous verrons ça demain mais aujourd'hui, nous avons au moins pu tester les deux conditions et aussi les transitions météo. La voiture se comporte bien à la fois sur le sec et sous la pluie, donc c'est bien. Il n'y a pas de surprise sous la pluie donc, comme je l'ai dit tout à l'heure, la confiance est là et je n'ai qu'à faire le job demain", a-t-il conclu.

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Russell s'en veut après une erreur qui a coûté le top 10 à Williams
Article précédent

Russell s'en veut après une erreur qui a coûté le top 10 à Williams

Article suivant

Alonso échappe à la pénalité au GP de Turquie

Alonso échappe à la pénalité au GP de Turquie
Charger les commentaires