Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Bottas : Le point du meilleur tour pourrait pousser aux stands

partages
commentaires
Bottas : Le point du meilleur tour pourrait pousser aux stands
Par :
Co-auteur: Scott Mitchell
16 mars 2019 à 17:30

Valtteri Bottas croit qu'un pilote disposant d'un solide avantage sur son poursuivant pourra être tenté de passer par les stands dans le but de se donner des chances de gagner l'ultime point mis en jeu pour le tour le plus rapide en course.

Charles Leclerc, Ferrari SF90
Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10, devant Sebastian Vettel, Ferrari SF90
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Robert Kubica, Williams Racing
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19

La F1 a introduit pour cette saison 2019 un point additionnel pour l'auteur du meilleur tour en course à condition que celui-ci se trouve dans le top 10 à l'arrivée. Il s'agit de la première fois que la F1 voit une telle récompense depuis un cycle de dix ans ayant débuté en 1950 et pris fin en 1959.

Selon Valtteri Bottas, l'attractivité d'un dernier point est suffisante pour voir certains pilotes tenter des choses différentes, comme l'observation d'un arrêt aux stands supplémentaire sans perdre de position, afin de se parer de pneus neufs.

Le Finlandais est celui qui a signé le plus de meilleurs tours en course lors de la saison 2018, comptabilisant sept réalisations. "L'an dernier, ça aurait été bien d'avoir cela", commente-t-il. "J'aurais obtenu des points en plus pour la troisième place au championnat. Mais une fois que l'on connait les règles, cela peut engendrer des différences dans la manière dont les courses se déroulent. Par exemple, si l'on fait un arrêt aux stands 'gratuit' en fin de course, on peut le tenter et se lancer dans des tours risqués. Maintenant, si l'on se bat pour la victoire en course ou le podium, cela pourrait être une chose secondaire sur laquelle se concentrer."

Lire aussi :

L'accueil de cette nouvelle règle a été relativement mixte chez les pilotes. Certains d'entre eux pensent, comme Bottas, que cela pourrait ajouter une nouvelle dimension aux derniers instants des GP.

Charles Leclerc pense ainsi qu'il tenterait d'obtenir le tour le plus rapide en course s'il n'y avait pas de risque de perte de sa position. "Si c'est comme l'an dernier [pour les dépassements, ndlr], j'ai du mal à penser que nous abandonnerons une position en piste pour enregistrer le meilleur temps", estime le pilote Ferrari. "S'il n'y a rien à perdre, alors je crois que j'essaierai."

Seulement pour les top teams ?

Robert Kubica, qui revient avec Williams cette année en F1, a plaisanté lors de la conférence de presse d'avant Grand Prix sur les difficultés de son équipe, estimant que cette règle "ne concerne malheureusement pas" son auto. Il a cependant admis que la course à un dernier point mis en jeu pourrait "débloquer des scénarios étranges", créant un effet domino.

D'autres pilotes se sont montrés plus réservés sur les changements que pourrait générer l'introduction de cette mesure, comme Kimi Räikkönen, qui a simplement commenté que "cela ne ferait pas de différence".

Quant à Romain Grosjean, il estime qu'une équipe de tête pourrait "prendre un pari" pour essayer de prendre des points supplémentaires dans la lutte pour le championnat du monde, tout en détaillant que cela ne concernerait "que les top teams" du fait que "normalement, les trois top teams se détachent et disposent de toute façon d'un arrêt gratuit".

Mercedes, Ferrari et Red Bull ont signé 92 des 101 tours les plus rapides depuis le début de l'ère des motorisations V6 turbo hybrides. Haas a été la seule équipe en dehors du top 3 à en inscrire en 2018, mais Kevin Magnussen avait rallié l'arrivée du GP de Singapour en 13e position, et n'aurait ainsi pas été éligible à l'attribution du point mis en jeu.

Article suivant
Duels en qualifications : le point après Melbourne

Article précédent

Duels en qualifications : le point après Melbourne

Article suivant

Pour Grosjean, c'est Ferrari qui a stagné et Mercedes qui a progressé

Pour Grosjean, c'est Ferrari qui a stagné et Mercedes qui a progressé
Charger les commentaires