Bottas : Après mon erreur, je ne pouvais plus rien faire

Responsable du carambolage du premier virage, Valtteri Bottas a reconnu son erreur tout en expliquant qu'une fois commise, il n'y avait plus rien à faire pour éviter ce qui a suivi.

Auteur d'un mauvais départ depuis la deuxième place sur la grille dans des conditions pluvieuses, Valtteri Bottas a vite été avalé par le peloton avant de commettre une erreur au freinage du virage 1. Les roues bloquées, il a percuté l'arrière de la McLaren de Lando Norris, l'envoyant dans la Red Bull de Max Verstappen, pendant que lui-même, privé de tout contrôle, harponnait celle de Sergio Pérez.

Cet accident a entraîné l'abandon de trois des quatre pilotes impliqués, seul le Néerlandais étant en capacité de reprendre la course, avec une voiture très abîmée. Bottas a été jugé responsable de cette collision et pénalisé de cinq positions sur la grille de départ du GP de Belgique.

Le Finlandais a accepté la responsabilité de l'accident et expliqué qu'une fois son freinage manqué, il n'avait aucun moyen d'éviter ce qui a suivi. "C'est évidemment ma faute", a déclaré Bottas. "C'est moi qui arrivais de derrière, et c'est à moi de freiner suffisamment tôt.

"Mais j'ai mal évalué le point de freinage. Cela montre que ce n'est pas si facile dans ces conditions de freiner, mais j'aurais dû freiner plus tôt. Quand j'ai commencé à freiner, je me rapprochais, et puis j'ai bloqué les roues et j'ai heurté Lando et c'est ce qui a causé tout le bazar."

"Il était difficile de juger où freiner. Et quand je l'ai fait, j'ai rapidement remarqué que c'était trop tard et après ça, il n'y avait plus rien à faire. Calculer le point de freinage, essayer de savoir le niveau d'adhérence que vous avez, ce n'est pas facile."

Lire aussi :

Bottas, qui s'est excusé auprès de Norris et Pérez, a reconnu qu'il avait peut-être été perturbé par le dépassement du Britannique à l'intérieur. "Peut-être un peu. Vous perdez un peu la perception de l'endroit où vous vous trouvez par rapport au virage 1."

"Mais c'est la course, et j'aurais dû freiner plus tôt. C'est difficile avec les projections et le fait de ne pas savoir exactement le niveau d'adhérence, surtout quand vous êtes juste derrière quelqu'un, vous perdez pas mal d'adhérence."

Concernant le mauvais départ en lui-même, il a expliqué : "Nous avons certains types de cibles à atteindre pour le moment où lâcher l'embrayage avec les [pneus] inters, avec les slicks, avec les pluie. Pour les inters, j'ai atteint la cible, mais j'ai quand même eu du patinage. Dans le tour de formation, je n'avais pas de patinage. J'ai pu voir que j'ai perdu un peu de température dans les pneus lors du tour de formation. Ça pourrait être la cause, mais oui, on va regarder."

Quant à sa pénalité, il l'accepte tout en sachant que Spa offrira plus d'opportunités de dépassement que le Hungaroring. "Je l'accepte, évidemment ce n'est pas idéal, mais au moins lors de la prochaine course il sera possible de doubler donc ce n'est pas comme si le week-end était foutu. Cela va juste rendre les choses plus difficiles mais si c'est la décision, c'est comme ça."

partages
commentaires
Ocon pas "rouillé" en luttant pour son premier succès depuis 2015
Article précédent

Ocon pas "rouillé" en luttant pour son premier succès depuis 2015

Article suivant

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2021

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2021
Charger les commentaires