Brawn confirme l'obligation d'aligner des rookies en EL1

Ross Brawn, directeur de la F1, a confirmé que le championnat était en passe de rendre obligatoire la présence de rookies lors des Essais Libres 1 dès la saison 2022.

Brawn confirme l'obligation d'aligner des rookies en EL1

Depuis plusieurs saisons, les équipes de F1 ont l'opportunité de faire rouler leurs pilotes essayeurs lors des Essais Libres 1 d'un Grand Prix. Williams et Alfa Romeo saisissent régulièrement cette opportunité, mais leurs adversaires n'en font pas autant. Pour remédier à ce problème, la F1 a songé à rendre obligatoire la présence d'un rookie en EL1 dès 2022.

Toutefois, plusieurs détails doivent encore être finalisés, dont le nombre de Grands Prix où les rookies devront rouler. Il faudra également faire coïncider cette règle avec les Qualifications Sprint, car lors de ces événements, seules les EL1 permettent aux pilotes titulaires de régler leur monoplace avant les qualifications.

"Le vendredi, chaque équipe devra aligner un rookie en EL1, et nous avons une définition toute particulière de rookie", a indiqué Ross Brawn, directeur de la F1. "Attendons de voir quelle sera cette définition. Je pense que dès l'année prochaine, chaque équipe devra faire participer un jeune pilote à un certain nombre d'évènements."

Interrogé sur le manque d'opportunités pour les pilotes en formules de promotion, Brawn a ajouté : "Regardez qui est venu [en F1], il y a eu George [Russell], Charles [Leclerc], Max [Verstappen], et d'autres pilotes. Donc il existe des opportunités. C'est bien d'essayer de les aider, mais je ne pense pas qu'il y ait une pénurie de jeunes pilotes en F1."

Callum Ilott aux EL1 du GP du Portugal 2021

Callum Ilott aux EL1 du GP du Portugal 2021.

Plusieurs équipes ne disposent pas d'un programme pour les jeunes pilotes, ou du moins un programme actif. McLaren en fait partie, et la structure britannique devra donc organiser plusieurs entretiens d'embauche avant le début de la saison 2022.

"Nous avons soutenu l'idée de mettre en place des séances obligatoires lors des essais d'après-saison, ou même lors des essais libres [d'un Grand Prix], pour permettre aux rookies de participer à des séances officielles", a expliqué Andreas Seidl, directeur de l'équipe de Woking, à Motorsport.com.

"De nos jours, il est vraiment difficile pour les rookies de passer du temps en piste à cause du nombre limité d'essais. Donc nous sommes très heureux avec [ces règles] et nous voulons aussi en faire davantage. C'est au centre de nos discussions avec les autres équipes, la FIA et la F1 pour les années à venir. Nous sommes en train de voir à qui nous pourrions donner la chance d'être dans notre voiture lors de ces séances d'essais. Cela suit son cours."

Lire aussi :

Il y a pourtant un profond désavantage pour une équipe lorsqu'un pilote inexpérimenté remplace un titulaire en EL1, car cela la prive d'un retour technique avancé qui représente un tiers du roulage accordé avant les qualifications et la mise en place du parc fermé. Mais Seidl ne voit pas de problème à sacrifier une séance le vendredi.

"[Je suis] absolument heureux avec ça. Et mettre cela en place de manière progressive a du sens. Nous parlons de deux ou trois séances pour l'année prochaine, donc c'est un bon point de départ. Mais je pense que nous serons aussi satisfaits de voir ce chiffre augmenter lors des années à venir. C'est bien que cela soit obligatoire, car d'un point de vue sportif, tout le monde sera sur un pied d'égalité. C'est pour cette raison que nous avons soutenu ce projet."

Aston Martin est une autre équipe à ne pas posséder d'académie. Nico Hülkenberg occupe actuellement le rôle de réserviste mais avec ses 179 Grands Prix disputés en catégorie reine, son statut de rookie est périmé depuis de nombreuses années.

"Bien sûr, ceux qui ont un programme jeunes pilotes auront un avantage", a commenté Otmar Szafnauer, directeur d'Aston Martin, face à Motorsport.com. "Et nous préférons que nos pilotes [titulaires] passent le plus de temps possible dans la voiture, parce que nous n'avons pas [de programme junior]. Cependant, nous devons voir cela dans son ensemble et alimenter le championnat avec des jeunes talents. Plus le temps passe, moins nous avons de tests, comment vont-ils acquérir l'expérience dont ils ont besoin ?".

partages
commentaires
Verstappen-Hamilton : la FIA ne modifiera pas les vibreurs de Monza

Article précédent

Verstappen-Hamilton : la FIA ne modifiera pas les vibreurs de Monza

Article suivant

La F1 publie une vidéo 360° inédite du crash Hamilton-Verstappen

La F1 publie une vidéo 360° inédite du crash Hamilton-Verstappen
Charger les commentaires