Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
10 jours

Brawn - La F1 ne peut pas être une course de "camionnettes de laitiers"

partages
commentaires
Brawn - La F1 ne peut pas être une course de "camionnettes de laitiers"
Par :
12 févr. 2017 à 12:55

Ross Brawn, le manager sportif de la Formule 1, a indiqué qu’il souhaitait travailler avec les constructeurs pour dessiner l’avenir de la motorisation en discipline reine, sans toutefois faire une croix sur le V6 turbo hybride.

Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid devant Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12, Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Unité de puissance
Logo Ferrari
Logo Mercedes AMG F1
Le logo Renault
Composantes de l'unité de puissance
Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 mène
Logo Mercedes AMG F1
Un logo Ferrari
Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène
L'unité de puissance Mercedes-Benz PU106B de la Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid en tête
Unité de puissance Honda F1 pour la saison 2015
Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid devant Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12, Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Le logo Renault Sport F1
L'unité de puissance de la Mercedes AMG F1 W06

Parmi les chantiers au programme du Britannique, qui a pris ses fonctions suite au rachat de la F1 par Liberty Media, figure celui de l’après-2020, qui marquera la fin de l'ère du V6 turbo hybride.

Adoptée au début des années 2010 sous l'impulsion des constructeurs présents pour succéder au V8 atmosphérique, avec la volonté de s'orienter vers des groupes propulseurs plus proches de ceux de l’industrie automobile, cette technologie n’a cessé, depuis son introduction en 2014, de diviser.

D'un côté, les moteurs sont critiqués pour leur bruit plus faible par rapport à 2013 et leur prix bien plus prohibitif (et qui met en difficulté les plus petites structures) et de l'autre côté, ils sont salués pour leur efficience, leurs performances (bien qu'elles soient limitées par le règlement technique) mais aussi l'aspect technologique indéniablement novateur et, à bien des égards, avant-gardiste.

Pour Ross Brawn, interrogé par ESPN, aller plus loin dans la philosophie de corrélation entre les voitures de route et les Formule 1 n’est pas vraiment une option : "Je pense que nous sommes un peu à la croisée des chemins. Les voitures se développent plus rapidement en ce moment que ce que n’importe qui d’entre nous peut se souvenir. Nous avons des hybrides, du 100% électrique, nous avons des piles à combustible et nous avons des voitures autonomes, qui se conduisent toutes seules."

"[Les voitures autonomes] ce n’est clairement pas ce que nous voulons en Formule 1, donc sommes-nous en train d’atteindre un point où ces deux choses commencent à bifurquer ? Si nous disons que la Formule 1 doit s’aligner sur les voitures de route, alors logiquement nous arriverons à une voiture électrique qui se pilote toute seule et personne ne veut cela en Formule 1."

Les V6 turbo hybrides, des moteurs "fabuleux"

Toutefois, il ne jette pas à la poubelle les unités de puissance actuelles et ne pense pas que la solution se trouve dans un retour en arrière vers des moteurs V8.

"Nous sommes allés à mi-chemin avec l’hybride, et ce sont des moteurs fabuleux en termes de technologie, mais je veux discuter avec les constructeurs et avoir leur opinion sur ce que sera le moteur de course du futur. Ils doivent tous reconnaître que si nous continuons de nous aligner, nous allons finir avec une voiture électrique et je ne pense pas que c’est ce que la Formule 1 doit être."

"Mais je n’ai pas la solution. Je ne dis pas que nous devrions revenir à ce que nous avions car il serait dommage de revenir à la situation d'il y a cinq ans parce que ces moteurs sont d’incroyables pièces technologiques, et je pense que c’est une autre chose que nous n’avons pas bien vendue, ce qu’ils ont accompli."

"Mais je ne vois pas comment nous pourrions continuer sur ce chemin, donc je veux une réunion avec les constructeurs pour comprendre quels sont leurs objectifs, parce qu’ils investissent énormément en Formule 1, et voir quelle est la voie à suivre pour les moteurs du futur. C’est un autre élément clé."

Respecter l'investissement des motoristes

Justement, l’investissement des motoristes peut aussi être vu tout à la fois comme la condition sine qua non de l’attrait du championnat et de sa compétitivité, mais aussi comme la cause de la mise en place d’une technologie avec laquelle ils souhaitent concourir et dans laquelle ils veulent investir massivement.

"Je pense que la recherche et le développement sont véritablement une des justifications pour lesquelles certains des constructeurs sont là et nous respectons cela ; nous devons trouver une solution quelque part."

"Mais je ne crois pas que l’un d’entre eux puisse sincèrement dire que nous devrions continuer de suivre la technologie des voitures de route, parce que nous savons où ça va finir. Nous savons que ça ne peut pas être ce vers quoi la F1 veut aller, avec des camionnettes de laitier qui font la course."

"Le bruit fait partie de l’émotion et c’est un des retours les plus constants que nous avons, que le bruit et la passion ont disparu, donc que pouvons-nous faire pour les regagner ? Peut-être que nous ne le pouvons pas, peut-être qu’avec le chemin que nous avons emprunté, nous devrons faire avec et trouver des solutions."

"Je pense que c’est un débat très important sur la période à venir, mais il faut respecter la somme que les constructeurs ont investi en Formule 1 et les moteurs. C’est un immense investissement et pas le genre de chose sur laquelle on peut faire une croix."

Article suivant
Haas espère "gagner une place ou deux" en 2017

Article précédent

Haas espère "gagner une place ou deux" en 2017

Article suivant

Le contrat d'Ayrton Senna avec Lotus passé au crible

Le contrat d'Ayrton Senna avec Lotus passé au crible
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Fabien Gaillard