Brawn justifie les demi-points : il fallait une "récompense"

Ross Brawn estime que l'attribution des demi-points au terme du Grand Prix de Belgique a permis de récompenser la "bravoure" des pilotes en qualifications.

Brawn justifie les demi-points : il fallait une "récompense"

S'exprimant pour la première fois au lendemain d'un Grand Prix de Belgique polémique, Ross Brawn a insisté sur la gestion des événements par la FIA. Le patron sportif de la Formule 1 admet que la demi-attribution des points après seulement trois tours effectués derrière la voiture de sécurité, à cause des intempéries, n'est pas la meilleure des solutions mais il la soutient toutefois.

Appliquée en vertu du règlement en place, cette décision a pourtant divisé les pilotes dimanche soir, nombre d'entre eux estimant qu'elle n'était pas logique compte tenu de l'absence de course réelle. Brawn, lui, défend l'idée selon laquelle il fallait d'une manière ou d'une autre "récompenser" le résultat des qualifications disputées la veille, citant directement l'exemple de George Russell, deuxième de cette épreuve pas comme les autres.

"Ce n'est pas l'idéal, mais si l'on ne peut pas récompenser quelqu'un pour la course, récompensons-le pour sa bravoure en qualifications", justifie le Britannique sur le site officiel de la Formule 1. "En l'absence de course complète, un tour comme celui qu'a fait George Russell devrait être récompensé. Comme je l'ai dit, ce n'est pas idéal, mais nous en sommes là. La météo n'était tout simplement pas avec nous dimanche."

La FIA a fait du mieux qu'elle pouvait dans des circonstances très difficiles. 

Ross Brawn

Cette météo exécrable a duré la quasi-totalité du week-end et a été un véritable casse-tête à gérer pour la direction de course. Le fait de ne pas lancer la course sous la pluie dimanche, déjà largement soutenu par les pilotes et les écuries, l'est également par Ross Brawn qui estime que la FIA a "essayé tout ce qu'elle pouvait".

"Je me sens mal pour les fans, qui sont venus par milliers et ont bravé les conditions constamment pluvieuses dans les tribunes pour soutenir leurs héros", insiste-t-il. "Ils ont montré un immense dévouement et n'oublieront jamais ce week-end. Malheureusement, la météo était contre nous ; elle a été implacable. La FIA a essayé tout ce qu'elle pouvait, envoyant les voitures en piste à deux reprises derrière la voiture de sécurité pour évaluer les conditions. Le problème n'était pas tant l'intensité de la pluie mais plus sa constance qui a conduit à une très mauvaise visibilité."

"Il est plutôt rare de voir un week-end avec une météo aussi intense, si régulièrement. Tous les efforts ont été faits pour que lancer la course normalement et en toute sécurité. Il y a une fenêtre dans laquelle on peut faire rentrer la voiture de sécurité, mais ce n'était pas possible. Au bout du compte, la sécurité passe avant tout. Et ce n'était pas suffisamment sûr pour continuer la course. La FIA a donc fait du mieux qu'elle pouvait dans des circonstances très difficiles, que nous n'avions pas rencontrées depuis des décennies."

Lire aussi :

partages
commentaires
Stats Belgique 2021 - Le GP le plus court de l'Histoire

Article précédent

Stats Belgique 2021 - Le GP le plus court de l'Histoire

Article suivant

Le dernier champ de bataille de la F1 et ses opportunités illimitées

Le dernier champ de bataille de la F1 et ses opportunités illimitées
Charger les commentaires