Bridgestone minimise les problèmes de dégradation des slicks

Au cours des derniers essais privés du mois de décembre, certaines équipes se sont plaintes de la dégradation rapide des pneumatiques, surtout à l'arrière

Au cours des derniers essais privés du mois de décembre, certaines équipes se sont plaintes de la dégradation rapide des pneumatiques, surtout à l'arrière.

Le passage aux pneus lisses n'ayant pas entraîné une hausse des dimensions des gommes, la surface de contact avec le sol a plus augmenté à l'avant qu'à l'arrière, impliquant une hausse du survirage, c'est-à-dire que la voiture a tendance à vouloir partir en tête-à-queue en virage. L'usure des pneumatiques s'est donc accrue elle aussi.

Mais en dépit de ces problèmes, le fournisseur des pneumatiques Bridgestone est persuadé que les équipes sauront s'adapter à la situation en jouant sur les réglages des voitures, et cela avant que la saison ne démarre.

"Pour les équipes, ce sont encore leurs premiers jours de travail sur la compréhension des pneus slicks et des règlements aérodynamiques. Nous devrions donc nous attendre à ce qu'il y ait des progrès dans tous les domaines influant sur l'utilisation des pneus," a confié à autosport.com Jun Matsuzaki, ingénieur en chef chez Bridgestone.

"Le tracé du circuit de Jerez est exigeant avec les pneus arrière. De plus, il y fait plus froid en décembre que ce que nous aurons durant la saison. Il y avait donc du 'graining' sur les pneus arrière et cela a provoqué une dégradation plus importante que ce que nous devrions observer avec des températures plus élevées."

"La dimension des pneus est un facteur, mais la composition et la fabrication des gommes jouent également un rôle important. La confection des pneus arrière a été améliorée pour le passage aux slicks afin de maintenir l'équilibre entre les pneus avant et arrière," explique le japonais.

"L'équilibre de l'adhérence créée par les pneus tend toujours un peu vers le survirage mais c'est quelque chose qui sera compensé par les réglages des voitures car les équipes apprennent à exploiter au mieux les pneumatiques."

Matsuzaki estime par ailleurs que surveiller les gommes pour adapter les réglages ou le style de pilotage jouera un rôle prépondérant dans la recherche de la compétitivité, peut-être même plus qu'en 2008.

"La gestion des pneus était cruciale en 2008 et le sera également en 2009. Dans ce travail de gestion, les facteurs ont changé avec les nouvelles règles, donc il sera intéressant de suivre l'évolution des équipes et des pilotes dans leur compréhension des pneus durant l'année."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités