Brown critique le "précédent" créé par la pénalité de Norris

La pénalité de Lando Norris au Red Bull Ring a fait l'objet de nombreuses critiques, et certaines d'entre elles viennent logiquement de l'écurie McLaren.

Brown critique le "précédent" créé par la pénalité de Norris

Lando Norris a écopé de cinq secondes de pénalité au Grand Prix d'Autriche pour avoir tassé Sergio Pérez dans les graviers à la sortie du virage 4, alors que le pilote Red Bull tentait de lui faire l'extérieur pour la deuxième place. C'est logique sur le papier, le règlement imposant de laisser la largeur d'une voiture à son rival s'il est à côté, mais cette manœuvre et la sanction qui en a découlé font l'objet de nombreux débats dans le monde du sport automobile. En effet, certains estiment que Norris était dans son droit en ne laissant pas la place à son rival car il avait la trajectoire intérieure. C'est le cas de Zak Brown, PDG de McLaren Racing.

Lire aussi :

"J'ai trouvé que c'était n'importe quoi", déplore Brown dans un entretien avec Motorsport.tv. "Je crois que depuis que je suis en sport auto, soit environ 35 ans désormais, quand on va tenter un dépassement par l'extérieur, surtout dans un premier tour, ça a toujours été 'que celui qui dépasse fasse attention'. Pendant 50 ans, il y a eu de belles batailles roues contre roues. Mais on prend le risque de manquer de place à la sortie du virage [si l'on dépasse à l'extérieur]."

"J'ai trouvé que c'était une bataille géniale, ferme, dure. Et je pense que parfois, il faut laisser les pilotes faire la course. Nous devons nous assurer qu'ils fassent des choses qui ne sont pas dangereuses et qu'ils pilotent en respectant les limites. Mais vu tous ceux avec qui j'ai parlé, je ne crois pas qu'il y ait un seul pilote au monde qui n'ait pas pensé que c'était juste une bonne bataille propre. Et si l'on tente un dépassement par l'extérieur, on prend ce risque."

S'il exagère en affirmant que de telles pénalités n'existaient pas il y a cinq ans, Brown souligne leur absence par le passé et affirme qu'il n'y avait aucun besoin d'imposer des règles sur les batailles en piste.

"Le sport auto existe depuis longtemps, et ces pénalités ne sont apparues que récemment", poursuit-il. "D'après mes souvenirs de quand je suivais la F1 et toutes sortes de sports mécaniques en grandissant, les courses étaient super, elles étaient dures, il y avait des incidents. Mais vous savez, ces pénalités de cinq secondes parce qu'on n'a pas laissé assez de place à quelqu'un, elles n'existaient pas il y a cinq, dix ou quinze ans, et les courses étaient très bien. Je ne sais donc pas trop pourquoi il a fallu réguler à l'excès l'activité en piste."

"Certainement, si quelqu'un fait quelque chose de dangereux [c'est justifié], mais je ne considérais certainement pas cette manœuvre comme dangereuse du tout. C'était juste une bonne bataille."

Brown craint ainsi que la règle actuelle ne facilite trop les dépassements par l'extérieur en empêchant le pilote à l'intérieur de se défendre : "Maintenant, on a établi un précédent : tout ce qu'il faut faire, c'est se hisser au niveau de quelqu'un, qui doit alors s'écarter. Et je pense qu'il va devenir très difficile de faire la course de cette manière."

partages
commentaires
Ferrari se dote d'un simulateur flambant neuf
Article précédent

Ferrari se dote d'un simulateur flambant neuf

Article suivant

F1 2021 : premier aperçu de Braking Point

F1 2021 : premier aperçu de Braking Point
Charger les commentaires