Formule 1
02 avr.
-
05 avr.
Événement terminé
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
111 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
118 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
167 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
181 jours

Brown s'inquiète : deux à quatre écuries pourraient disparaître

partages
commentaires
Brown s'inquiète : deux à quatre écuries pourraient disparaître
Par :
6 avr. 2020 à 07:05

Dans la foulée d'autres patrons d'écurie, Zak Brown tire le signal d'alarme quant à la crise inévitable que va traverser la Formule 1.

En raison de la pandémie mondiale de COVID-19, les sports mécaniques sont à l'arrêt et nul ne sait si et quand la saison 2020 pourra débuter. Très vite, les acteurs de la catégorie reine ont pris de premières décisions fortes, comme le report de la future réglementation, mais elles ne suffiront pas et un gros travail d'anticipation et de refonte doit être mené pour envisager l'avenir avec le plus de sérénité possible.

Lire aussi :

C'est ce que réclame à son tour le PDG de McLaren Racing, car si la Formule 1 paraît armée sur le papier pour affronter cette crise, elle ne pourra pas y parvenir en laissant trop d'équipes sur le bord de la route. Pour Zak Brown, deux défections seraient déjà de trop, et ce chiffre risquerait même de monter jusqu'à quatre si les bonnes mesures ne sont pas mises en place. 

"C'est potentiellement dévastateur pour les équipes, et si [ça l'est] pour suffisamment d'équipes – pas forcément plus de deux –, alors c'est très menaçant pour la F1 dans son ensemble", prévient-il dans une interview accordée à la BBC. "Pourrais-je imaginer, avec ce qui se passe actuellement dans le monde et si nous n'abordons pas cette situation de front, deux équipes disparaître ? Oui. En fait, je pourrais voir quatre équipes disparaître si ce n'est pas géré comme il faut." 

Le risque de voir des écuries plonger à cause de la crise est réel mais a toujours existé en Formule 1. Néanmoins, ce qui préoccupe énormément aujourd'hui, c'est le contexte très défavorable qui menace de perdurer et dans lequel personne ne sera intéressé pour tenter de sauver une structure en péril.

"Et ensuite, étant donné le temps qu'il faut pour mettre sur pied une écurie de F1, et compte tenu de la crise économique et sanitaire que nous traversons, penser qu'il y aurait de nombreuses personnes en attente pour prendre la relève de ces équipes comme ce fut le cas historiquement…", développe Zak Brown. "De ce point de vue, je ne pense pas que le timing puisse être pire. Je pense donc que la F1 est dans un état très fragile en ce moment."

Article suivant
C'était un 6 avril : l'invraisemblable imbroglio d'Interlagos

Article précédent

C'était un 6 avril : l'invraisemblable imbroglio d'Interlagos

Article suivant

Coronavirus : Ron Dennis lance une opération d'aide

Coronavirus : Ron Dennis lance une opération d'aide
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique
Auteur Basile Davoine