Brundle : "Des choses clochaient" chez Ferrari sous Arrivabene

partages
commentaires
Brundle :
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
10 janv. 2019 à 17:04

Après le limogeage de Maurizio Arrivabene, l'ex-pilote de Formule 1 et désormais commentateur Martin Brundle estime que "des choses clochaient" chez Ferrari l'an dernier.

Maurizio Arrivabene, Ferrari Team Principal
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Maurizio Arrivabene, directeur de Ferrari, et Mattia Binotto, directeur technique de Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari et Maurizio Arrivabene, directeur de la Scuderia Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari
Charles Leclerc, Ferrari
Charles Leclerc, Ferrari SF71H

En 2018, Sebastian Vettel et Ferrari ont de nouveau lutté pour le titre mais ont finalement dû s'incliner face à Lewis Hamilton et Mercedes après une série d'erreurs retentissantes.

Maurizio Arrivabene a pour sa part été limogé cette semaine, et a été remplacé dans la foulée par le directeur technique Mattia Binotto. Alors que se déroule en ce moment-même l'Autosport International Show, Martin Brundle a expliqué ne pas avoir habitude de donner d'avis trop "personnels", car "on ne peut pas savoir ce qui se passe si l'on n'est pas à l'intérieur d'une organisation".

Lire aussi :

"Mais j'ai vraiment étudié la chose, et vu des choses qui clochaient", ajoute l'Anglais. "Il n'y a qu'à voir des situations comme Hockenheim, où Vettel était sous pression car ils n'avaient pas fait les bonnes choses plus tôt dans la course. Et ensuite il a perdu le fil, il est sorti du championnat à partir de ce moment-là. Il n'y a qu'à voir d'autres choses comme l'aspiration à Monza [lorsque Vettel n'a pas pris le dessus sur Kimi Räikkönen parce que Ferrari en était resté à des positions fixées préalablement entre les deux pilotes]. Certaines choses n'ont pas été faites."

Arrivabene a été critiqué pour sa façon d'avoir géré les médias dans la seconde partie de 2018, en particulier après le décès du président de Ferrari, Sergio Marchionne.

Des responsabilités nouvelles pour Binotto

Brundle affirme par ailleurs que Binotto, qui travaillera sous la direction de John Elkann (président) et Louis Camilleri (PDG), va devoir s'adapter à ce type de défis dans ses nouvelles fonctions.

"Je pense vraiment que Mattia Binotto s'est forgé une très bonne réputation en développant l'équipe sur le plan technique, c'est clairement un meneur d'hommes", poursuit Brundle. "Mais bien sûr, à présent c'est lui le paratonnerre. Il doit être aux avant-postes, il doit parler à des gens méchant et horribles comme moi dans les médias F1. Il doit être dans le coup et expliquer pourquoi les choses se passent bien, ou pourquoi ce n'est pas le cas. C'est un travail et un défi différents."

La star en devenir Charles Leclerc a rejoint Ferrari à la place de Kimi Räikkönen, après avoir passé simplement une saison chez Sauber. Beaucoup le voient capable de remporter des courses dès sa première année au sein de l'équipe de Maranello, et mettre Vettel, pourtant quadruple Champion du monde, sous pression.

Lire aussi :

Si Leclerc peut rejoindre Vettel dans la lutte contre Mercedes et Hamilton dès le début, Brundle pense que Binotto rendra la vie plus simple à Ferrari.

"De ce que je sais de personnes tel que Ross Brawn et autres qui ont travaillé avec lui, c'est qu'il est très respecté", reprend Brundle. "Je pense qu'il va amener la voiture et le moteur là où ils doivent être, et le reste devrait être facile, si Vettel et Leclerc font bien leur boulot."

Article suivant
Charger les commentaires