Budkowski : L'approche d'Alonso me rappelle Schumacher

Marcin Budkowski est enthousiasmé par un Fernando Alonso qu'il découvre cette saison chez Alpine.

Budkowski : L'approche d'Alonso me rappelle Schumacher

Au fil de sa carrière en Formule 1 chez Prost, Ferrari, McLaren et Renault, Marcin Budkowski a travaillé avec un certain nombre de grands pilotes : Michael Schumacher, Kimi Räikkönen, Lewis Hamilton, Jenson Button… Actuellement directeur exécutif d'Alpine F1 Team, l'ingénieur franco-polonais travaille étroitement avec Esteban Ocon et Fernando Alonso, et il ne cache pas que ce dernier lui rappelle le Baron Rouge dans certains domaines.

Lire aussi :

"Il est extrêmement impressionnant", a déclaré Budkowski au Grand Prix de Hongrie. "Il est impressionnant dans son approche, qui est très, très professionnelle. Cela me rappelle un peu Michael, à vrai dire : quand j'étais chez Ferrari, il était une référence quant à son professionnalisme et son approche méticuleuse. Je vois une caractéristique similaire chez Fernando. Je n'avais jamais travaillé avec lui, j'avais entendu ça venant de nombreuses personnes qui avaient travaillé avec lui, mais ce n'est évidemment pas la même chose de l'entendre de quelqu'un d'autre que d'être assis dans la même pièce et de voir le travail qu'il fait avec ses ingénieurs."

Peu après cet entretien avec la presse, Alonso allait justement s'illustrer en résistant à Lewis Hamilton pendant une dizaine de tours sur le Hungaroring, une performance remarquable qui a joué un rôle crucial dans la victoire de son coéquipier Esteban Ocon. Le vétéran espagnol, pour sa part, a fini cinquième et a été promu au quatrième rang par la disqualification de Sebastian Vettel.

Fernando Alonso, Alpine A521, Lewis Hamilton, Mercedes W12

"L'autre chose qui m'épate, c'est son talent en course", ajoute Budkowski. "Et je pense que nous l'avons vu lors de la course sprint, nous l'avons vu à Bakou, il y a eu de très bonnes occasions de le voir. Ce qu'a fait Fernando à Silverstone, c'est qu'il a formé un train DRS derrière lui, car il n'avait pas peur de Stroll mais il avait peur de Gasly, et il a éliminé toute attaque possible de Gasly [en laissant Stroll avoir le DRS entre Gasly et lui]."

"Pour moi, c'est presque bluffant, car nous sommes sur le muret des stands, nous avons toutes les données, nous avons une visibilité totale sur la course. Il est dans la voiture, il pilote à fond et il a presque la même analyse de la course que nous sur le muret des stands, en étant loin d'avoir autant de données et de recul. Je crois que c'est ce qui m'impressionne le plus chez Fernando. J'imagine que ce sont 20 années d'expérience du pilotage en Formule 1, mais peu de pilotes en sont capables, même avec 20 ans d'expérience."

Reste à savoir pendant combien de temps Alonso va prolonger sa carrière dans l'élite, alors qu'il vient de fêter son 40e anniversaire et est sous contrat avec Alpine jusqu'au terme de la saison 2022. Le double Champion du monde fait jeu égal avec son coéquipier Esteban Ocon sur l'ensemble de la première moitié de saison, avec 39 points à l'un et 38 à l'autre, sans qu'un pilote ne prenne l'avantage en performance pure. Surtout, Alonso est convaincu d'être bien meilleur qu'à 23 ans, lorsqu'il s'apprêtait à remporter son premier titre mondial.

"Combien de temps ? C'est une question pour Fernando, il n'a pas l'air d'un vieux prêt à prendre sa retraite", affirme Budkowski. "Il a soif de victoire, il attend l'année prochaine avec impatience. Dès qu'il est à l'usine, il demande comment avance la voiture de l'an prochain. On voit qu'il prend du plaisir, il est heureux d'être de retour en Formule 1, mais évidemment il est ambitieux, tout comme notre ambition est de faire mieux que maintenant. C'est là-dessus que nous travaillons dur pour l'an prochain, et cela l'enthousiasme. Si nous lui donnons une voiture compétitive l'an prochain, je pense qu'il n'est pas près de partir, car il va en vouloir de plus en plus."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Ferrari n'a gagné que 0,1 seconde grâce au temps de soufferie en plus
Article précédent

Ferrari n'a gagné que 0,1 seconde grâce au temps de soufferie en plus

Article suivant

Red Bull ne pouvait se résoudre à sacrifier le développement 2021

Red Bull ne pouvait se résoudre à sacrifier le développement 2021
Charger les commentaires