Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
18 Heures
:
41 Minutes
:
03 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
14 jours

Burti : Arrivabene "pas un bon leader" ; Todt aurait su recentrer Vettel

partages
commentaires
Burti : Arrivabene "pas un bon leader" ; Todt aurait su recentrer Vettel
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro
7 janv. 2019 à 07:55

L'ancien pilote de tests Ferrari Luciano Burti estime que l'équipe italienne n'en a pas fait suffisamment pour tenter de libérer Sebastian Vettel de la pression qui pesait sur ses épaules en 2018.

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen échangent leurs casques
Le poleman Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, et le troisième, Sebastian Vettel
Sebastian Vettel, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H sur la grille
Sebastian Vettel, Ferrari parcourt la piste à pied avec Laurent Mekies, Ferrari et Riccardo Adami, ingénieur de course de Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari et Kimi Raikkonen, Ferrari en conférence de presse
Maurizio Arrivabene, team principal Ferrari

La course au titre mondial de Vettel a pris une tournure compliquée pour l'Allemand avec une série d'erreurs dont il a été directement responsable, comme sa fameuse sortie de piste depuis les commandes du Grand Prix d'Allemagne.

Dans une interview accordée à Motorsport.com, Burti, désormais commentateur F1 pour la chaîne de télévision brésilienne Globo, a suggéré que l'ancien directeur d'équipe Jean Todt aurait aidé Vettel à éviter plus d'erreurs en seconde moitié de saison.

"C'était vraiment une erreur minuscule et il a été malchanceux quant au fait que cela se produise au mauvais endroit et au mauvais moment, et cela a eu une grande conséquence", estime-t-il pour Motorsport.com, en revenant sur le GP d'Allemagne. "À partir de là, je pense vraiment que quelqu'un comme Jean Todt lui aurait donné un bon retour. Je pense que Vettel s'est peut-être senti seul pour rattraper son erreur".

Lire aussi :

"Pas normal de voir un quadruple Champion du monde faire autant d'erreurs"

C'est donc mentalement que Vettel est devenu fébrile, estime Burti. "Une fois que l'on a ce genre de pression, si l'on se dit en tant que pilote de course : 'Je ne peux pas faire d'erreur au prochain tour ou au prochain virage', c'est comme ça que l'on fait une erreur. Une fois qu'on y pense, c'est fini. Je pense que c'est ce qui lui est arrivé. En dépit du fait qu'il soit un grand champion, il est trop humain et ça ne fait pas de bien de ressentir ce genre de sentiment."

Dans ce genre de moments, c'est au management de l'équipe de tenter de trouver l'encadrement juste pour permettre à son pilote de reprendre le dessus, estime Burti, qui pense que les erreurs consécutives de Vettel traduisent non seulement la précipitation de l'Allemand, mais aussi des lacunes de gestion de l'équipe Ferrari.

"Il était seul et quelqu'un comme Jean [Todt] aurait fait la différence pour le remettre en piste, car il n'est pas normal de voir un quadruple Champion du monde commettre autant d'erreurs, et des erreurs parfois idiotes."

Lire aussi :

Arrivabene ? "Pas un bon leader"

Burti, qui a piloté en tant que titulaire pour Jaguar et Prost GP, a par ailleurs été pilote de tests entre 2002 et 2004 pour Ferrari sous l'ère Todt. Le Brésilien suggère que le leadership actuel de Ferrari n'est pas aussi efficace sous Maurizio Arrivabene.

"Peut-être que Ferrari a perdu un peu du leadership que Jean apportait", juge-t-il. "J'ai travaillé avec Stefano Domenicali et c'était vraiment un gars bien. Je ne sais pas comment était l'équipe quand il en était le directeur [de 2008 à 2014] mais après son départ, Ferrari n'a jamais eu le même rythme. J'en sais un peu au sujet d'Arrivabene de l'époque où j'étais là, car il était avec Phillip Morris, et il n'était pas, de mon point de vue, un bon leader car il n'était pas sympathique et était toujours très distant de nous et je n'ai jamais réussi à comprendre pourquoi."

Lire aussi :

Article suivant
Magnussen : "Grosjean est plus rapide que Button, aucun doute !"

Article précédent

Magnussen : "Grosjean est plus rapide que Button, aucun doute !"

Article suivant

Brawn : Impatience mais réalisme pour réformer la F1

Brawn : Impatience mais réalisme pour réformer la F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel Boutique , Luciano Burti
Équipes Ferrari Races Boutique
Auteur Scott Mitchell