Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Ce qui se cache derrière les problèmes d'aileron de Red Bull

Alors que la lutte pour le titre mondial s'intensifie entre Mercedes et Red Bull, l'écurie autrichienne a été victime de problèmes sur son aileron arrière aux Grands Prix des États-Unis et de Mexico.

Ce qui se cache derrière les problèmes d'aileron de Red Bull

Au Grand Prix des États-Unis, entre la troisième séance d'essais libres et les qualifications, Red Bull a découvert une petite fissure sur l'aileron arrière de Max Verstappen, ce qui a contraint les mécaniciens du taureau rouge à opérer en urgence. Deux semaines plus tard, au Grand Prix de Mexico, ces mêmes hommes ont de nouveau été aperçus en plein travail sur l'aileron arrière des deux monoplaces, encore fissurés après la dernière séance d'essais libres.

Ainsi, lors des qualifications à Austin et à Mexico, on a pu voir sur l'aileron arrière des Red Bull des morceaux de ruban adhésif, permettant à l'équipe de gagner un peu de temps avant qu'une solution durable ne soit mise en place dans la nuit précédant la course.

Si ces deux épisodes pourraient mettre en lumière un problème dans la conception de la RB16B, un regard détaillé sur la situation indique néanmoins que ces deux problèmes sont totalement distincts.

Les fissures d'Austin

Les détails de l'aileron arrière de Sergio Pérez au GP des États-Unis

Les détails de l'aileron arrière de Sergio Pérez au GP des États-Unis

La surface bosselée du circuit d'Austin a été, très probablement, responsable des fissures sur le plan principal de l'aileron arrière au GP des États-Unis. L'équipe a été dans l'obligation d'opérer puis, plus tard, de rafistoler l'aileron (flèches rouges). Cela met en évidence toutes les vérifications que les équipes doivent faire afin de garder une longueur d'avance sur les dégâts potentiels. Mais aussi, cela soulève la question de savoir jusqu'où les équipes repoussent les limites pour trouver de la performance tout en obtenant la longévité nécessaire dans le contexte du plafonnement budgétaire.

En fait, Red Bull n'a pas été la seule équipe à souffrir d'un tel problème aux États-Unis. Fernando Alonso a dû mettre un terme à sa course prématurément en raison de l'effondrement de son aileron arrière, victime d'une fatigue excessive.

Les détails de l'aileron arrière de Sergio Pérez au GP du Mexique

Les détails de l'aileron arrière de Sergio Pérez au GP du Mexique

Et celles de Mexico

Les problèmes du Mexique semblent avoir une origine différente puisque les réparations ne concernent pas la même zone : sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez, l'écurie autrichienne s'est occupée du bord du volet supérieur (flèche rouge) et de la partie découpée de la dérive (flèches bleues). Par ailleurs, il est intéressant de noter que si cette version de la dérive fait partie de l'arsenal aérodynamique de Red Bull depuis un certain temps, elle n'avait jamais été utilisée au Mexique avant cette année.

Le GP du Mexique met les monoplaces à l'épreuve, les écuries installant leur package aérodynamique le plus chargé sur un circuit très rapide. La charge maximum subie par l'aileron à Monaco, où une spécification similaire est utilisée, n'a rien à voir avec les charges du Mexique en raison des vitesses de pointe qui sont atteintes. En outre, ce qui subit l'aileron lorsque le DRS est activé est beaucoup plus brutal qu'à Monaco.

Red Bull en personne a confirmé que les problèmes d'Austin et de Mexico n'étaient pas liés. Au sujet des fissures les plus récentes, le directeur d'équipe Christian Horner a indiqué : "C'était une partie de l'aileron complètement différente. C'est quelque chose que nous n'avions jamais vu auparavant. Mais les gars ont fait un super travail pour apporter des modifications sur le tas et les ailerons ont rempli leur mission à la perfection lors de ce week-end."

Horner a également ajouté que lorsque le problème était apparu, au terme de la troisième séance d'essais libres, l'équipe avait dû retirer l'aileron arrière des deux monoplaces pour effectuer des réparations avant d'installer ses meilleurs éléments.

"Nous avons estimé qu'une réparation devait être faite sur l'aileron et donc, par précaution, nous avons effectué certaines modifications sur tous les ailerons restant dans notre pool", a-t-il expliqué. "Tous les ailerons ont été retirés de la voiture, évidemment, et ensuite les meilleurs assemblages ont été mis sur les deux voitures. De plus, nous avions perdu un aileron arrière plus tôt dans le week-end après l'accident de Checo [Pérez] en EL1."

Alors que la prochaine épreuve, au Brésil, peut présenter quelques défis pour les équipes, il est peu probable que les circonstances ayant déclenché les problèmes de Red Bull aux États-Unis et au Mexique refassent surface.

Lire aussi :

partages
commentaires
Les Verstappen gardent un œil sur les 24H du Mans
Article précédent

Les Verstappen gardent un œil sur les 24H du Mans

Article suivant

Leclerc : Les erreurs décideront de la troisième place

Leclerc : Les erreurs décideront de la troisième place
Charger les commentaires