Les équipes veulent que la F1 "les protège d'elles-mêmes"

partages
commentaires
Les équipes veulent que la F1
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
22 mai 2017 à 11:00

PDG de la Formule 1, Chase Carey explique que les top teams ont demandé à Liberty Media de les "protéger d'eux-mêmes" ainsi que des dépenses excessives. Une prise de conscience face à une crainte d'auto-destruction ?

Chase Carey, PDG Formula One Group
Chase Carey, DPG Formula One
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, mènent le peloton au départ
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H en tête au départ tandis que Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H et Max Verstappen, Red Bull Racing RB13 s'accrochent
Départ : Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, et le reste du peloton dans les premiers virages alors que Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, sont pris dans un accrochage
Départ : Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, et le reste du peloton dans les premiers virages alors que Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, sont pris dans un accrochage
Felipe Massa, Williams FW40, Fernando Alonso, McLaren MCL32, Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10, Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10 au départ
Pascal Wehrlein, Sauber C36, Lance Stroll, Williams FW40
Pascal Wehrlein, Sauber C36
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17, Fernando Alonso, McLaren MCL32, Pascal Wehrlein, Sauber C36, Lance Stroll, Williams FW40
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17, Fernando Alonso, McLaren MCL32, Pascal Wehrlein, Sauber C36, Lance Stroll, Williams FW40
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Fernando Alonso, McLaren MCL32, Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10

Le PDG de la F1 déclare que les grands acteurs du sport dépensent trop car ils doivent concurrencer leurs rivaux, et que la seule manière de ralentir cette escalade est d'ajuster les règles pour réduire les coûts et stopper les frais qui ne sont pas nécessaires.

Chase Carey et le directeur sportif Ross Brawn voient le règlement moteur de l'après 2020 comme une clé pour réduire les dépenses. Lors d'une réunion récente avec la FIA, les quatre motoristes (Mercedes-Benz, Ferrari, Renault, Honda) ainsi que que des représentants d'Alfa Romeo et Volkswagen/Audi, un accord sur un format de base a été trouvé.

"Nous sommes sortis d'une réunion il y a quelques semaines au sujet des moteurs pour établir la manière dont nous aimerions les rendre plus simples, moins chers et plus bruyants", souligne Carey. "Cette dernière génération [de moteurs] est devenue plus chère et complexe, ce qui a permis à Mercedes de construire un meilleur moteur que tous les autres pendant un moment. Nous voulons que la technologie et l'ingénierie fassent partie de la F1, mais ça ne devrait pas être une partie déterminante de la discipline. Il devrait y avoir un avantage, mais nous voulons avant tout que les pilotes soient les stars."

"Ce que certaines équipes dépensent dans la discipline aujourd'hui est incroyable, et ils admettent que c'est une quantité d'argent incroyable. Dans une certaine mesure, ils disent : 'Nous devons être protégés de nous-mêmes'. Il y a une poignée d'équipes qui dépensent une quantité d'argent extraordinaire, qu'ils ne dépensent pas vraiment pour créer quelque chose qui améliore l'expérience du consommateur. Ce qu'ils font, c'est qu'ils dépensent parce que deux autres dépensent aussi, donc ils doivent le faire pour être dans la compétition avec eux. Nous voulons que ce soit plus sain pour toutes les équipes, nous aimerions être un business sain pour eux. Si nous pouvons gérer les dépenses, les moteurs en feront partie."

Davantage de simplicité

Carey insiste sur l'importance de la technologie, qui joue un rôle trop grand à ses yeux actuellement, bien qu'il comprenne que cela a toujours fait partie de l'ADN de la Formule 1.

"Sur la piste, nous ferons tout notre possible pour nous assurer d'améliorer les choses, de rendre la compétition belle, de rendre l'action passionnante, d'améliorer les dépassements et d'autres choses. Ne soyons pas trop compliqués, afin que les fans puissent suivre. Une des choses que nous continuons à leur dire, c'est qu'au final, nous le faisons pour les fans, nous ne le faisons pas pour les équipes."

"Nous voulons avant tout un sport plus simple, un sport de divertissement, donc il faut rendre le spectacle beau, et ensuite permettre aux fans de s'y lier. La partie Recherche & Développement est importante, encore une fois, nous ne voulons pas perdre l'aspect ingénierie, mais ça ne devrait pas dominer le reste. Niki Lauda continue à me dire que nous devons laisser les pilotes piloter."

Pour les propriétaires de la Formule 1, l'un des enjeux majeurs concerne le système de redistribution des revenus aux équipes. Celui-ci, très souvent contesté, est régi par les Accords Concorde qui expireront en 2020. Pour Chase Carey, réduire les dépenses des équipes aidera à justifier une baisse de ces revenus qui leurs sont distribués.

"Les coûts et les revenus sont tous liés", précise-t-il. "Il faut s'en occuper un par un, mais on veut commencer par mettre l'accent sur la globalité. Ce sont donc les coûts, les revenus, les règlements, les moteurs, et c'est pour cela que nous voulons mettre l'accent sur le fait que, pour tout le monde, détenir une équipe soit une bien meilleure proposition de business. Il y a certainement des bénéfices pour des équipes en matière de marketing, de marque, et d'autres bénéfices qui en ressortent, mais nous pensons que c'est bien pour tout le monde, y compris nous, de rendre bien plus sain le fait de détenir une équipe. Nous abordons ça de manière plus globale."

Carey ne doute pas du fait que les équipes partageront ce constat, tout en ayant bien à l'esprit que trouver des accords et entrer dans les spécificités n'aura rien de simple.

"Il existe un vrai sentiment positif parmi les équipes", assure-t-il. "Je suis certain que les choses seront différentes quand nous rentrerons dans les spécificités quant à la manière d'exécuter ça. Et c'est notre travail, de trouver un terrain d'entente dans les domaines spécifiques. Mais je pense que les équipes sont enthousiastes pour l'avenir, enthousiastes pour essayer d'avoir une vision à long terme pour la discipline, et enthousiastes à l'idée de régler les problèmes."

Prochain article Formule 1
Pirelli prévoit des pneus F1 plus tendres pour 2018

Previous article

Pirelli prévoit des pneus F1 plus tendres pour 2018

Next article

Grosjean : Impossible de doubler sans gros risques à Monaco

Grosjean : Impossible de doubler sans gros risques à Monaco

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités