Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
75 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
88 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
110 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
131 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
145 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
159 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
187 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
194 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
208 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
215 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
243 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
250 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
264 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
278 jours

Carey : L'intérêt des sponsors pour la F1 en "nette progression"

partages
commentaires
Carey : L'intérêt des sponsors pour la F1 en "nette progression"
Par :
10 déc. 2019 à 08:01

Le PDG de la Formule 1, Chase Carey, a avoué qu'il était plus difficile que prévu d'obtenir de gros contrats de sponsoring, mais il assure que l'intérêt de partenaires potentiels est en "nette progression".

Lorsque Liberty Media a repris les droits commerciaux de la F1 début 2017, son management a promis qu'il y aurait de nombreux nouveaux contrats de sponsoring liés à la discipline, rappelant que ce n'était pas le cas par le passé, contrairement à ce que l'on voit dans les sports américains, auxquels sont affiliées de nombreuses entreprises.

Cependant, aucun contrat n'a été ajouté aux partenaires déjà présents sous l'ère Bernie Ecclestone, parmi lesquels Heineken, DHL, Pirelli, Emirates et Rolex, bien que des rumeurs suggèrent qu'un accord majeur pourrait être annoncé pour la saison prochaine. Chase Carey avoue que la F1 a fait face à un défi pour construire un département marketing, qui n'existait pas sous l'ère Ecclestone.

Lire aussi :

"Notre placard était plus ou moins vide, car nous n'avions pas vraiment de groupe de sponsors", a répondu Carey à Motorsport.com. "Nous n'avions créé aucun outil. Nous n'avions pas créé de possibilité de raconter l'histoire de la F1, et de faire quelque chose de palpitant. Nous avons une dynamique aujourd'hui. La fréquentation est en hausse, les audiences sont en hausse, on a une bonne histoire et notre sport a pris une nouvelle dimension."

"Et je pense qu'il faut raconter cette histoire et développer des outils. Les sponsors veulent des partenariats qui sont taillés pour eux. Dans le passé, les affiches sur les murs fonctionnaient très bien, ça ne fonctionne plus aujourd'hui. Nous avons dû développer un ensemble d'initiatives, que ce soient des initiatives numériques, des diffusions régionales, des publicités virtuelles, des festivals pour les fans, afin de créer des opportunités ciblées et sur-mesure."

"L'intérêt des sponsors est en nette progression, nous n'avons jamais été aussi occupés. J'ai une liste de trois pages de sponsors avec lesquels nous sommes en discussions. Mais jusqu'à ce que les sponsors soient signés, les contrats ne sont pas faits. Je dirais que l'on est devenus progressivement meilleurs, au fil du temps. Bien que ça ait été plus lent et plus difficile que ce que j'avais prévu il y a deux ans, je pense que c'est normal car nous sommes vraiment partis de nulle part."

Lire aussi :

Mais l'Américain reste convaincu que la F1 est une plateforme intéressante pour de nouveaux partenaires : "Je pense que c'est un sport qui vend bien, un sport unique avec des fans passionnés, et il se différencie des autres sports grâce à son mariage avec la technologie, à sa nature et à son aspect mondial. Et à un moment dans le temps où les événements dans le monde sont de plus en plus commercialisés et fragmentés, ceux qui se démarquent ont une valeur. Je pense donc que l'intérêt et l'implication que l'on note sont en nette progression."

Carey insiste sur le fait que c'est une époque difficile pour tous ceux qui cherchent du sponsoring ou des revenus publicitaires : "Je pense globalement que pour presque tout le monde dans le marché de la publicité qui ne soit pas Facebook ou Google, que vous soyez de la télévision, de la presse écrite, de la radio ou d'autres acteurs numériques, le sponsoring est plus difficile que ça ne l'était il y a quelques années."

Article suivant
Verstappen a bouclé la meilleure saison de sa carrière

Article précédent

Verstappen a bouclé la meilleure saison de sa carrière

Article suivant

Hülkenberg a eu le cœur brisé en regardant le GP du Brésil 2012

Hülkenberg a eu le cœur brisé en regardant le GP du Brésil 2012
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper