Carlos Reutemann dans un état stable

L'ancien pilote de Formule 1, Carlos Reutemann, est toujours hospitalisé en soins intensifs après plusieurs épisodes d'hémorragie interne, mais son état est décrit comme stable.

Carlos Reutemann dans un état stable

Vendredi dernier, Carlos Reutemann avait été transféré de l'hôpital de Santa Fe vers un autre établissement à Rosario, après des complications ayant fait suite à une hémorragie digestive. Admis en soins intensifs à l'hôpital Sanatorio Parque, le vice-Champion du monde 1981 était dans un état stable lundi avant de souffrir d'une nouvelle hémorragie le lendemain, à la suite de laquelle les médecins ont décidé de pratiquer une endoscopie de l'intestin grêle.

Ce mercredi, l'établissement dans lequel il est pris en charge a fait le point sur l'état de santé de l'Argentin, âgé de 79 ans. Le corps médical évoque une amélioration, précisant qu'il est "hospitalisé en soins intensifs, lucide, en communication avec son environnement, sans autre défaillance organique". Les médecins ajoutent qu'il n'y a "aucun signe d'hémorragie digestive depuis l'hémostase par endoscopie pratiquée hier".

Entre 1972 et 1982, Carlos Reutemann a participé à 146 Grands Prix de Formule 1 sous les couleurs de Brabham, Ferrari, Williams et Lotus. Il a décroché 12 victoires, six pole positions et 46 podiums. Troisième du championnat en 1975, 1978 et 1980, il était passé à un point du titre mondial en 1981 après avoir mené l'essentiel de la saison, finalement doublé par Nelson Piquet.

Après avoir quitté la catégorie reine puis participé à deux manches du Championnat du monde des Rallyes, il s'est tourné vers la politique dans son pays natal, où il est sénateur depuis 2003. Il a également été gouverneur à deux reprises de l'état de Santa Fe et a également été pressenti pour être candidat à l'élection présidentielle en 2003, avant de renoncer.

Avec Federico Faturos  

partages
commentaires
Le "flapping" de Red Bull et la question des ailerons flexibles en F1
Article précédent

Le "flapping" de Red Bull et la question des ailerons flexibles en F1

Article suivant

Autriche 2002, la consigne de trop entre Schumacher et Barrichello

Autriche 2002, la consigne de trop entre Schumacher et Barrichello
Charger les commentaires