Carlos Sainz explique comment il évite les accidents

Carlos Sainz Jr fait partie des cinq débutants en Formule 1 cette saison aux côtés de son coéquipier Max Verstappen ainsi que de Felipe NasrRoberto Merhi et Will Stevens.

Champion de Formule Renault 3.5 en titre, Sainz convainc cette saison en se montrant non seulement performant, mais aussi fiable : il n'a été responsable d'aucun de ses abandons en course cette saison. Il faut dire que l'approche de l'Espagnol est très réfléchie, comme il l'a expliqué au site de Red Bull.

"Cela dépend de la course, cela dépend de ce pour quoi on se bat, et cela dépend de la situation," commente-t-il. "Si c'est un dépassement crucial à la fin d'une course ou au début, je préfère être un peu plus excité parce que ça fait tenter des choses plus risquées parce que les dépassements sont plus importants."

"Mais parfois, dans les premiers virages d'une course, c'est bien d'être un peu plus détendu parce que c'est facile de trop s'exciter et de commettre des erreurs."

Un état d'esprit calme pour éviter les crashs

Malgré tout, il est inévitable pour un pilote de connaître un accident, un jour ou l'autre. En cas d'accrochage, on voit tantôt les deux concurrents impliqués se rejeter la faute l'un sur l'autre, tantôt l'un d'entre eux admettre sa responsabilité. Mais la culpabilité est-elle vraiment présente?

"Le genre de culpabilité que l'on ressent, c'est envers soi-même, pas envers l'autre pilote," relativise Sainz. "On se dit, 'J'aurais dû faire ça mieux', ou 'J'aurais dû faire ça à un autre moment', ou 'J'aurais dû faire ça plus proprement'. D'un autre côté, si on ne fait pas ce dépassement, il y a une opportunité que l'on ne saisit pas, et on ne peut pas finir une course en disant 'peut-être que j'aurais dû faire ça'."

"Parfois, quand on est rookie, on prend les choses un peu trop calmement, et on a ces sentiments, mais on fait son apprentissage, donc ce n'est pas grave. En Formule Renault 3.5, quand j'étais le gars expérimenté qui voulait gagner, je ne laissais pas ces choses-là arriver d'habitude. Mais en F1, il faut prendre du recul et penser à ces choses-là plus en détail, et peut-être laisser filer des opportunités pour les récupérer à l'avenir."

En cas d'accident, a-t-on une arrière pensée au moment de passer dans un virage où l'on s'est déjà crashé par le passé? Selon Sainz, ce n'est pas vraiment le cas.

"C'est une opportunité importante d'analyser ce qui s'est passé, de voir ce qu'on a mal fait, pourquoi c'est arrivé, et une fois qu'on a trouvé la raison pour laquelle c'est arrivé, on fait en sorte que ça n'arrive plus," analyse-t-il calmement.

"Puis, quand on passe dans ce virage, on le prend peut-être un peu plus calmement lors des deux premiers tours, parce qu'on a ce mauvais souvenir. Mais la troisième fois, on est aussi rapide qu'avant et on n'a plus l'accident à l'esprit," conclut le pilote Toro Rosso.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Carlos Sainz Jr.
Type d'article Actualités
Tags accidents, approche, crashs, mental