Sainz demande à Ferrari des progrès dans les stands

Carlos Sainz veut voir du mieux au niveau des arrêts au stand chez Ferrari, après un nouveau pépin à Austin.

Sainz demande à Ferrari des progrès dans les stands

Carlos Sainz est frustré. Le pilote Ferrari jouait le top 5 face à la McLaren de Daniel Ricciardo au Grand Prix des États-Unis, mais a passé toute la course coincé derrière le bolide orange. Les arrêts au stand représentaient la meilleure opportunité de prendre l'avantage, mais les deux hommes sont rentrés en même temps au onzième tour. Sainz et la Scuderia ont tenté l'undercut pour leur second changement de pneus, au 29e passage, mais celui-ci s'est éternisé : 5,6 secondes. Ricciardo a aisément conservé l'avantage, et Sainz a franchi la ligne d'arrivée au septième rang, à sept secondes de l'Australien, succombant aux assauts de Valtteri Bottas en fin d'épreuve.

"Ce qui nous a coûté, c'est le mauvais arrêt au stand", déclarait l'Espagnol sans détour à DAZN à l'issue de l'épreuve. "Nous n'avons pas pu réaliser un undercut qui était pratiquement gagné avec un arrêt correct. Cela fait deux ou trois mauvais arrêts d'affilée, mais c'est comme ça."

L'objectif est donc de travailler ce domaine que Sainz considère comme un point faible, lui qui avait déjà connu un arrêt de 8,1 secondes en Turquie. "Nous devons continuer d'étudier ça et de progresser en équipe, car nous ne sommes pas satisfaits de cette situation", a-t-il insisté à froid, lors de son point presse. "Cela fait quelques arrêts au stand où nous avons des difficultés. De mon côté, je crois que c'est le deuxième d'affilée et le troisième de toute la saison, cela fait vraiment beaucoup de points que nous laissons sur la table à cause de ces petits problèmes."

"Je pense que j'aurais assez facilement fait l'undercut à Ricciardo, mais c'est comme ça. Nous devons continuer à travailler en équipe pour améliorer ça. Il y a des points qui ne sont peut-être pas si importants cette année, mais si nous voulons nous battre pour le titre à l'avenir, c'est le genre de chose pour lequel nous devons devenir excellents et nous avons encore des lacunes."

Il a d'ailleurs été décidé de ne pas faire rentrer Charles Leclerc au stand pour chausser des pneus neufs et signer le meilleur tour en course en fin d'épreuve, alors que le Monégasque occupait la quatrième place avec sept secondes de retard sur Sergio Pérez et 27 secondes d'avance sur Daniel Ricciardo. "Un arrêt au stand est toujours un risque supplémentaire, nous étions donc relativement satisfaits là où nous étions", a confié Leclerc, quatrième à l'arrivée. "Pendant une bonne partie du troisième relais, nous n'étions pas si loin de Pérez. Nous aurions pu le faire dans les trois ou quatre derniers tours, mais l'équipe a décidé de ne prendre aucun risque supplémentaire."

Lire aussi :

partages
commentaires
Fangio et Alfa Romeo : le début d'un mythe, la fin d'un autre
Article précédent

Fangio et Alfa Romeo : le début d'un mythe, la fin d'un autre

Article suivant

McLaren : Ferrari "clairement plus rapide" depuis l'évolution moteur

McLaren : Ferrari "clairement plus rapide" depuis l'évolution moteur
Charger les commentaires