Caterham à vendre - Tony Fernandes déchante sur les coûts de la F1

Tony Fernandes avait prévenu en début d’année : son maintien de la propriété de l’équipe Caterham ne l’intéresse dans un futur proche que si le team passe un cap significatif ou si de bons résultats en course viennent apporter une valeur à celui-ci

Tony Fernandes avait prévenu en début d’année : son maintien de la propriété de l’équipe Caterham ne l’intéresse dans un futur proche que si le team passe un cap significatif ou si de bons résultats en course viennent apporter une valeur à celui-ci.

Avec des finances difficiles à maintenir déjà l’an dernier, une facture salée de Renault pour la fourniture des moteurs et un apport financier conséquent de Marcus Ericsson d’un côté, et un pilotage gratuit de la part de Kamui Kobayashi de l'autre, le team parvient déjà difficilement à garder la tête hors de l’eau.

Le dernier coup dur a été porté par Marussia

, à Monaco, avec les points inscrits par Jules Bianchi. Une situation qui force maintenant Caterham à inscrire plusieurs points pour espérer ne pas fermer la marche au championnat.

Selon Bloomberg, Tony Fernandes aurait désormais mis le team en vente et ferait circuler des informations auprès de potentiels investisseurs au Moyen-Orient. Le montant demandé par l’homme d’affaires ayant déjà réalisé une affaire peu convaincante avec le club de football des Queens Park Rangers serait de 350 millions de livres sterling (420 millions d’euro).

Caterham, qui n’a pas marqué le moindre point en F1 depuis son arrivée dans le sport sous le nom de Team Lotus, ne dispose d’aucun poids politique suffisant pour influencer la définition de nouvelles règles techniques et sportives, à l’heure où nombre de décisions pour le sport sont prises par les 6 équipes du Groupe Stratégique (Red Bull, Ferrari, Mercedes, McLaren, Lotus et Williams).

« On m’avait promis un sport dans lequel les coûts allaient diminuer d’année en année, mais ils ont augmenté chaque année et je ne crois pas que cela soit durable sur le long terme », explique ainsi Fernandes. « L’écart entre les équipes du haut et du bas n’est pas aussi abrupt en Premier League qu’en Formule 1, et quand on va au foot, on ne sait jamais qui va gagner ». Gageons qu’il existe de meilleures façons d’intéresser un potentiel investisseur ayant 420 millions à dépenser !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kamui Kobayashi , Marcus Ericsson , Jules Bianchi
Équipes McLaren , Mercedes , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités