Renault ne reverra pas l'argent que lui doit Caterham

Les dettes de l'ancienne écurie Caterham, qui concerneraient 300 créanciers dont Renault, ne seront probablement jamais épongées.

Plus de trois ans après sa disparition de la grille F1, l'équipe Caterham fait encore parler d'elle puisque la liquidation des actifs et le règlement des dettes constituent des procédures toujours en cours. Néanmoins, à en croire les informations révélées par le Daily Express, la plupart des créanciers de l'écurie ne reverront jamais leur argent.

Arrivée en 2010 dans la catégorie reine, d'abord sous le nom Lotus Racing, puis Team Lotus, avant de devenir Caterham pour la saison 2012, l'équipe était le fruit du projet de Tony Fernandes. Ce dernier l'avait vendue courant 2014 à un consortium d'investisseurs venus de Suisse et du Moyen-Orient.

Cette vente n'avait pas permis de sauver la structure, qui avait terminé tant bien que mal la saison, notamment grâce à une opération de financement participatif ayant facilité sa présence au départ du dernier Grand Prix du championnat à Abu Dhabi. En dépit d'une dérogation accordée pour utiliser des monoplaces 2014 la saison suivante, Caterham avait finalement mis la clé sous la porte pour disparaître du paysage de la F1.

En mars 2015, les actifs de l'équipe ont été vendus aux enchères, tandis que le cabinet Smith & Williamson s'occupe depuis des procédures de liquidation et de clôture du dossier. Ce cabinet a admis, toujours d'après le Daily Express, que les "créanciers sans garanties n'ont pas été payés, et que la perspective pour eux de toucher des dividendes est également peu probable".

Autrement dit, les 300 créditeurs à qui Caterham doit de l'argent n'en verront certainement jamais la couleur, alors que le total de la dette s'élève à plus de 26 millions d'euros. Parmi ces créditeurs, on trouve notamment d'anciens employés de l'écurie.

Motoriste de l'équipe entre 2011 et 2014, Renault serait le plus gros perdant dans cette histoire, puisque Caterham aurait une ardoise de sept millions d'euros avec le Losange. Total, Dell et McLaren appartiennent également à la longue liste des fournisseurs concernés. Seule la banque malaisienne EXIM aurait pu récupérer les 6,3 millions d'euros qu'elle avait prêtés à Caterham, grâce à la vente de l'usine.

Au cours des cinq saisons passées en Formule 1, Caterham n'était pas parvenu à inscrire le moindre point.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Caterham F1
Type d'article Actualités
Tags caterham