Caterham se veut optimiste malgré une journée difficile

La quatrième journée des essais de Bahreïn s'est moins bien déroulée que les trois précédentes pour Caterham

La quatrième journée des essais de Bahreïn s'est moins bien déroulée que les trois précédentes pour Caterham. De mercredi à vendredi, les verts ont bouclé pas moins de 232 tours de piste, mais à cause d'un problème électrique, la CT05 est restée bloquée au garage pendant une bonne partie de la journée.

Ainsi, Ericsson et Kobayashi, qui se partageaient le volant, n'ont réalisé que quatre et dix-sept tours respectivement, et le bilan est donc moins satisfaisant. Le débutant suédois relativise toutefois la situation, satisfait d'avoir engrangé un kilométrage suffisant, hier, pour satisfaire aux exigences de la super-licence.

"C'est clair que ce n'est pas idéal que je n'aie pas pu rouler davantage aujourd'hui, mais dans l'ensemble, je suis content de la façon dont les premiers essais de Bahreïn se sont terminés", confie le natif de Kumla. "J'ai fait presque 100 tours hier et c'était vraiment important : cela m'a donné le temps de piste pour m'habituer aux systèmes et commencer à travailler sur les pneus comme il faut. Nous avons désormais quelques jours pour nous préparer pour les derniers essais et j'ai hâte de remonter dans la voiture".

Même son de cloche du côté de son coéquipier japonais : "L'équipe a travaillé très dur pour réparer le problème électrique qui a écourté le temps de piste de mon coéquipier ce matin, et c'était bien de prendre la piste lors de la dernière heure. Évidemment, nous ne pouvions pas faire grand-chose avec le temps qui restait, mais nous avons essayé quelques trucs que nous allons étudier ce soir, et nous serons de retour pour les derniers essais, la semaine prochaine, où nous essaierons d'améliorer notre niveau de performance avant de partir en Australie".

Outre le souci électrique, ce sont aussi les drapeaux rouges qui ont entravé la progression de Caterham en ce samedi, comme l'explique Jody Egginton, directeur technique adjoint : "Les multiples drapeaux rouges au fil de la journée nous ont fait mal, à nous ainsi qu'aux autres équipes, mais nous avons parcouru plus de tours que toute autre équipe motorisée par Renault et avons fait des progrès considérables sur notre compréhension de comment faire fonctionner le package 2014. Nous avons aussi obtenu un kilométrage significatif qui nous a apporté beaucoup de données utiles sur la voiture, sur le moteur et sur les pneus 2014".

"En ce qui concerne le rythme, le temps de Kamui lors du deuxième jour était la première fois où nous avons vraiment commencé à attaquer en termes de performance, et nous savons qu'il reste beaucoup à venir avec le moteur et la voiture en général, donc nous avons plein de raisons d'être positifs à l'abord des derniers essais de Bahreïn", conclut Egginton.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités