Modifier les qualifications risque d'amoindrir la "valeur" des victoires

partages
commentaires
Modifier les qualifications risque d'amoindrir la
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
3 oct. 2018 à 15:25

Le directeur sportif de McLaren, Gil de Ferran, n'est pas favorable à une révision du format des qualifications de Formule 1 qui réduirait la "valeur" d'une victoire en Grand Prix.

Les patrons de F1 ont envisagé de bouleverser l'organisation des week-ends de course et ont même discuté de la possibilité d'organiser une course de qualification avant l'épreuve principale. De Ferran, Champion de Champ Car et vainqueur des 500 d'Indianapolis, se dit être un "traditionaliste" qui craint que le prestige d'une victoire en Grand Prix ne soit affecté par de tels changements.

"Les qualifications sont faites pour déterminer qui est le plus rapide. C'est le moment du week-end où vous n'avez pas à vous soucier des freins, vous n'avez pas à vous soucier du carburant, vous n'avez pas à vous soucier d'économiser vos pneus ou autre chose. Vous attaquez comme un fou et faites le meilleur temps possible. J'ai toujours trouvé ça intéressant, même en tant que jeune fan."

Lire aussi :

"Donc, je suis un traditionaliste dans le sens où j'aime que les qualifications déterminent le gars le plus rapide et j'aime que la course soit quelque chose de distinct. Je pense qu'il est important de ne pas banaliser les courses. Gagner un Grand Prix signifie beaucoup. Si vous pouvez dire que vous êtes un vainqueur de Grand Prix, je pense que cela a beaucoup de poids et je pense que nous devons préserver cette valeur."

La F1 envisage une modification des qualifications pour la saison prochaine, mais il ne s'agirait que d'un changement mineur par rapport au format actuel, en y ajoutant une partie supplémentaire. De Ferran explique pour sa part qu'il est un grand fan des qualifications en trois parties introduites pour la première fois en F1 en 2007.

"Je pense à tout ce que j'ai pu voir au fil des années, un éventail assez large comprenant les qualifications du vendredi et du samedi, un nombre limité de tours, un seul tour, un train de pneus par week-end [...]. [Le format actuel] est toujours mon type de qualifications préféré."

"La chose la plus importante dans les qualifications, du moins pour moi, quand je regarde, c'est que je veux savoir que le gars le plus rapide est en pole position. En tant que pilote, je tirais beaucoup de fierté des qualifications, j'ai toujours voulu être le plus rapide."

"Je pense que ce format est le meilleur pour déterminer cela, donc quand vous êtes en pole position, cela a un sens et une valeur et j'aime bien ça. Tous les formats que j'ai vus au fil des ans, il y avait du positif et du négatif, mais tout compte fait, quand je regarde ce format, c'est mon préféré."

Tous les formats de qualifications en F1

Diapo
Liste

1950-1995 : deux séances

1950-1995 : deux séances
1/17

Photo de: LAT Images

Il était commun, dans l'entre-deux-guerres, de voir les places sur la grille décidées par tirage au sort. Mais en 1950, à la naissance du Championnat du monde de Formule 1, la pole position (terme venant des courses hippiques) était attribuée selon les meilleurs temps établis lors des séances précédant la course.

1950-1995 : deux séances

1950-1995 : deux séances
2/17

Photo de: Sutton Motorsport Images

Même si des variations ont pu exister, de 1950 à 1995 les qualifications ont eu lieu sur deux séances : une le vendredi et une le samedi, sans aucune restriction d'essence. Il y eut même parfois des pré-qualifications afin de réduire le nombre de participants aux épreuves. La pole était quoi qu'il en soit attribuée au pilote ayant effectué le temps le plus rapide des deux sessions.

1950-1960 : l'exception de l'Indy 500

1950-1960 : l'exception de l'Indy 500
3/17

Photo de: IndyCar Series

Les 500 Miles d'Indianapolis ayant fait partie du Championnat du monde de Formule 1 entre 1950 et 1960, il faut les évoquer même si le règlement technique en vigueur était totalement différent de celui qui avait cours sur les autres épreuves du calendrier. Pour faire simple, tous les pilotes devaient faire quatre tours et c'est la moyenne de ces boucles qui était retenue (ce dernier point n'a pas changé). Ensuite, sur la grille, l'ordre était le suivant : les pilotes qualifiés le premier jour, puis ceux le deuxième, puis ceux le troisième. Le quatrième jour voyait le Bump Day, journée qui permettait des pilotes ne s'étant pas qualifiés précédemment de chasser de la grille de départ les derniers qualifiés.

1996-2002 : une séance et 12 tours

1996-2002 : une séance et 12 tours
4/17

Photo de: Sutton Motorsport Images

Le format avec deux séances avait l'inconvénient d'être très peu spectaculaire, surtout si les conditions météo s'en mêlaient le samedi. Alors en 1996, le règlement change : les pilotes n'ont plus qu'une seule séance d'une heure et un maximum de 12 tours chronométrés pour signer la pole.

1996-2002 : une séance et 12 tours

1996-2002 : une séance et 12 tours
5/17

Photo de: LAT Images

Cependant, cette méthode avait un défaut : avec un temps de piste relativement important pour effectuer 12 tours, les écuries, voulant profiter des meilleures conditions de piste, attendaient parfois très longtemps pour se lancer dans l'exercice, dans l'attente que d'autres nettoient la trajectoire. Il sera abandonné fin 2002.

2003 : un seul tour

2003 : un seul tour
6/17

Photo de: LAT Images

En 2003, une solution radicale est adoptée : chaque pilote va disposer d'un seul tour lancé et chronométré pour décider de l'ordre de départ ! Cette solution assurait donc l'action en piste et de la couverture pour les petites écuries.

2003 : un seul tour

2003 : un seul tour
7/17

Photo de: LAT Images

Une première séance avait lieu le vendredi, en un tour, pour décider de l'ordre de la séance du samedi, qui allait elle permettre de constituer la grille. Petite subtilité : la séance du samedi devait être faite avec la quantité d'essence prévue pour la course. Ce système créait forcément un désavantage soit pour les premiers partants, soit pour les derniers, en fonction des conditions de piste et climatiques.

2004 : un seul tour (mais les deux séances le samedi)

2004 : un seul tour (mais les deux séances le samedi)
8/17

Photo de: Honda GP

Le changement paraît mince mais en réalité, il a ouvert une boîte de Pandore. En effet, à partir de 2004, le système est modifié et les deux séances se tiennent le samedi. L'ordre de la première dépend du classement du GP précédent.

2004 : un seul tour (mais les deux séances le samedi)

2004 : un seul tour (mais les deux séances le samedi)
9/17

Photo de: Sutton Motorsport Images

Mais les sessions sont si rapprochées que des manipulations peuvent désormais avoir lieu en fonction des prévisions météo. Ainsi, Michael Schumacher reconnaîtra avoir volontairement commis une faute lors de la première séance du GP de Grande-Bretagne pour avoir une meilleure position de départ lors de la seconde, où les derniers partants allaient vraisemblablement être pénalisés par les conditions météo.

2005 : deux temps additionnés

2005 : deux temps additionnés
10/17

Photo de: Steve Etherington / LAT Images

En conséquence, de nouvelles modifications furent décidées. Les deux séances sur un tour étaient maintenues mais la première le samedi après-midi, avec peu d'essence, et la seconde le dimanche matin, avec le carburant pour la course. L'addition de deux temps donnait donc l'ordre de la grille.

2005 : un seul tour mais une seule séance

2005 : un seul tour mais une seule séance
11/17

Photo de: Steve Etherington / LAT Images

Au bout de six courses, le format des temps additionnés est abandonné car il n'apporte rien au spectacle le samedi après-midi. Désormais, pour les 13 derniers GP de 2005, une seule séance est organisée, avec des pilotes s'élançant selon un ordre défini par la position d'arrivée de la course précédente.

2006-2007 : par élimination, version 1

2006-2007 : par élimination, version 1
12/17

Photo de: Sutton Motorsport Images

Pour 2006, les qualifications redeviennent un exercice sur plusieurs tours. Le système mis en place divise la séance en trois parties, avec une élimination progressive de plusieurs pilotes à la fin des deux premières (Q1 et Q2) pour en laisser dix se disputer la pole dans la Q3. Le système fonctionne rapidement auprès des acteurs et spectateurs de la discipline.

2006-2007 : par élimination, version 1

2006-2007 : par élimination, version 1
13/17

Photo de: Sutton Motorsport Images

Cependant, il demeure complexe à certains égards : en effet, en Q3, les pilotes doivent s'élancer avec la quantité d'essence pour la course mais un système de crédit d'essence est mis en place pour encourager les voitures à faire plusieurs tours. Dans les faits, les pilotes passaient surtout le début de la Q3 à brûler de l'essence pour en récupérer en vue de la course.

2008-2009 : par élimination, version 2

2008-2009 : par élimination, version 2
14/17

Photo de: Sutton Motorsport Images

En 2008, le système est légèrement modifié. Désormais, les écuries ne pourront pas ajouter d'essence après la Q3, mettant de fait fin à la période de "brûlage d'essence".

2010-2015 puis 2016-aujourd'hui : par élimination, version 3

2010-2015 puis 2016-aujourd'hui : par élimination, version 3
15/17

Photo de: Sutton Motorsport Images

En 2010, la F1 interdit les ravitaillements en essence. Les pilotes peuvent donc désormais réaliser les qualifications avec peu d'essence, toujours sur le même mode avec Q1, Q2 puis Q3.

2016 : des éliminations toutes les 90 secondes

2016 : des éliminations toutes les 90 secondes
16/17

Photo de: Ferrari

Pour redonner un coup de fouet à l'exercice des qualifications, la F1 décide de modifier le format par élimination tout en gardant sa structure. Désormais, les pilotes disposent en Q1, Q2 et Q3 d'une fenêtre de cinq minutes pour effectuer un temps après laquelle le pilote le plus lent est éliminé toutes les 90 secondes.

2016 : des éliminations toutes les 90 secondes

2016 : des éliminations toutes les 90 secondes
17/17

Photo de: Mercedes AMG

En théorie, le système paraît prometteur. Mais en pratique c'est un désastre : non seulement le suspense n'existe pas mais en Q1 et en Q2, les pilotes les plus rapides signent vite un temps avant de rentrer, ne laissant que peu de voitures en piste (car la plupart sont éliminées) à la fin de chaque partie. Après Melbourne, une seconde chance lui sera donné à Bahreïn mais il sera finalement abandonné pour revenir au système qui a cours depuis 2010 dès le GP de Chine 2016.

Prochain article Formule 1
Grosjean : Le GP d'Allemagne a été "le tournant" de ma saison

Article précédent

Grosjean : Le GP d'Allemagne a été "le tournant" de ma saison

Article suivant

Mercedes "pas préoccupé" par les hésitations du moteur de Hamilton

Mercedes "pas préoccupé" par les hésitations du moteur de Hamilton
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Actualités