Leclerc serait prêt à "sacrifier 2021 pour être compétitif en 2022"

Malgré le regain de forme connu par Ferrari cette saison, Charles Leclerc veut que la Scuderia se tourne vers 2022.

Leclerc serait prêt à "sacrifier 2021 pour être compétitif en 2022"

Les performances de Ferrari en cette saison 2021 de Formule 1 sont sans commune mesure avec celles d'une campagne 2020 où la Scuderia avait souffert d'un fort manque de puissance moteur. Les bolides au cheval cabré ont même déjà marqué quasiment autant de points que l'an passé, avec 122 contre 131, grâce à 14 arrivées dans le top 8 sur 18 possibles – seul Red Bull en compte davantage (16/18).

Lire aussi :

Non seulement l'unité de puissance a fait un bond en avant, mais la SF21 dispose également d'un bon équilibre, souligne Charles Leclerc, qui s'est qualifié cinq fois dans le top 4 cette saison, dont deux pole positions – bien que ce soit parfois plus compliqué en course, en raison d'une usure des pneus qui n'est pas toujours maîtrisée.

"Le point fort, je pense, est notre équilibre", analyse Leclerc dans le podcast Beyond The Grid. "En général, je pense que nous faisons du très bon travail afin de régler la voiture comme il faut juste pour avoir un bon équilibre. Et cela nous aide à de nombreuses occasions. Je pense que c'est aussi l'une des raisons pour lesquelles nous sommes si rapides en qualifications."

"Mais en même temps, nous avons du mal à savoir comment régler la voiture pour qu'elle soit à son meilleur niveau en course. Nous l'avons vu au Paul Ricard, où ça a été une grande déception, une grande surprise, évidemment, d'avoir de telles difficultés en course [les deux Ferrari hors du top 10, ndlr]. Mais nous avons montré que nous pouvions retourner la situation. Puis la semaine dernière en Autriche, nous avions un très bon rythme, mais un peu moins en qualifications."

Charles Leclerc, Ferrari

"Nous avons donc ce compromis qui est difficile à établir, nous n'avons pas encore trouvé le bon équilibre. Mais nous travaillons là-dessus, et nous travaillons bien. J'espère donc que nous pourrons trouver le bon équilibre." Le pilote Ferrari ajoute : "C'est frustrant, car une course se passe d'une manière et une autre d'une autre manière. On n'a jamais le meilleur des deux mondes. Mais c'est la vie, j'imagine."

Ferrari est dans une bataille acharnée avec McLaren pour la troisième place du classement général, l'écurie britannique ayant l'avantage pour 19 points alors qu'approche la mi-saison, tandis que Leclerc est sixième chez les pilotes avec 30 longueurs de retard sur Valtteri Bottas et deux unités d'avance sur son coéquipier Carlos Sainz. Dans le contexte de l'arrivée d'une nouvelle réglementation technique l'an prochain, le Monégasque est prêt à tout pour revenir aux avant-postes : "Si vous me donniez un contrat permettant de sacrifier 2021 pour être compétitif en 2022, je signerais volontiers. Mais personne n'a cette garantie, malheureusement."

Leclerc incite malgré tout son écurie à se concentrer sur la saison prochaine. "Je pense que c'est clair pour tout le monde. 2022 sera une énorme opportunité pour tout le monde. Ces voitures vont rester de nombreuses années après ça. Cette année, d'accord, nous nous battons encore avec McLaren pour la troisième place chez les constructeurs, mais au final, nous savons que notre objectif est de nous battre pour la première place très, très vite. Par conséquent, je veux bien abandonner la troisième place des constructeurs en 2021 pour me battre pour la première en 2022", conclut-il.

partages
commentaires
Comment Schumacher a façonné l'équipement moderne des pilotes
Article précédent

Comment Schumacher a façonné l'équipement moderne des pilotes

Article suivant

Russell : Le règlement 2022 est "une tout autre histoire"

Russell : Le règlement 2022 est "une tout autre histoire"
Charger les commentaires