Charles Leclerc : "Il y a des signes prometteurs"

Charles Leclerc poursuit à Bahreïn sa découverte de la Ferrari SF21. Prudent, il note toutefois des indicateurs rassurants à son volant, et se réjouit d'avoir retrouvé une ambiance travailleuse et motivée au sein de la Scuderia.

Charles Leclerc : "Il y a des signes prometteurs"

Voir aussi :

Charles, quelles sont vos premières impressions au volant de la Ferrari ?

Eh bien, les impressions étaient bonnes. Hier nous avons passé tout le programme en revue le matin, et les conditions étaient très, très compliquées. Il faisait très chaud, il y avait beaucoup de vent, donc c'est très difficile de faire une comparaison avec l'an dernier pour le moment, et tout dépend aussi à quel point les autres ont progressé par rapport à nous. Mais oui, il y a des signes prometteurs, même si nous ne pouvons pas le savoir avant la première séance de qualifications.

Est-ce que Ferrari a réglé ses problèmes avec le train arrière ?

Il y a eu du travail dans ce domaine, et les premières données que nous voyons en piste sont en corrélation avec celles que nous avions à Maranello avant ces essais, donc c'est déjà positif. Encore une fois, donner un feedback ou un feeling de la voiture maintenant, dans ces conditions, est très difficile, mais voir que nous avons mené un certain travail et que les données sont bien corrélées avec celles de Maranello est déjà un bon signe.

Pouvez-vous ressentir un pas en avant avec le nouveau moteur ?

Tout va bien. Mais encore une fois, c'est très difficile de faire des commentaires maintenant. Personne n'attaque à la limite, surtout dans ces conditions. Alors pour le moment, ce n'est que le début. Mais tout se passe bien et, comme je l'ai dit, ça correspond à ce que nous attendions.

Il y avait une ambiance étrange début 2020, quand nous avons pris conscience de la réalité des choses...

Charles Leclerc

Quelle est l'ambiance chez Ferrari après une année difficile ?

Tout d'abord, il y avait une ambiance étrange début 2020, quand nous avons pris conscience de la réalité des choses, et que ça allait être bien pire que ce que nous pensions. Il y a eu une période qui n'était pas géniale, mais la mentalité a très rapidement changé et il y avait une énorme motivation pour essayer de remonter la pente. Je pense que ça n'a pas changé cette année, même avec Carlos, qui apporte son expérience d'une autre équipe aussi. C'est très intéressant et il nous ouvre aussi de nouveaux mondes à explorer. J'imagine que la mentalité de l'équipe est toujours la même, aussi motivée que l'an dernier, avec une réelle volonté de faire mieux et de voir les jours meilleurs arriver bientôt.

Vous sentez-vous comme un leader dans l'équipe cette année ?

En fin de compte, j'ai passé plus de temps chez Ferrari que Carlos, donc j'en ai plus d'expérience. Je ne pense pas qu'il y ait un leader clair, et je crois que Mattia [Binotto] l'a clairement dit. Mais c'est bien. Je suis en F1 pour me battre contre les meilleurs, et je pense que Carlos est extrêmement talentueux. Nous repousserons nos limites l'un et l'autre afin d'être à chaque fois plus performant en piste. Mais comme l'équipe l'a mentionné, il n'y a pas clairement de numéro un ou de numéro deux.

partages
commentaires
Bahreïn, J2 - Ricciardo devance Alonso, Hamilton dans le gravier

Article précédent

Bahreïn, J2 - Ricciardo devance Alonso, Hamilton dans le gravier

Article suivant

Toute l'équipe AlphaTauri a été vaccinée à Bahreïn

Toute l'équipe AlphaTauri a été vaccinée à Bahreïn
Charger les commentaires