Formule 1
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
34 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
62 jours

La Formule 1 a recours au chômage partiel

partages
commentaires
La Formule 1 a recours au chômage partiel
Par :
7 avr. 2020 à 07:29

Tandis que c'est déjà le cas dans certaines équipes, la F1 a elle-même mis en place le chômage partiel et des baisses de salaire pour affronter la crise.

La Formule 1 suit la tendance inévitable de nombreuses entreprises et a pris des mesures de chômage partiel afin de protéger ses emplois en cette période de crise sanitaire et économique provoquée par la pandémie de COVID-19. L'entreprise en charge de l'organisation de la catégorie reine s'apprête à affronter des difficultés financières résultant du report des premiers Grands Prix de la saison et de l'incertitude grandissante autour de la possibilité de courir en 2020. À ce jour, impossible de dire si ou quand débutera le championnat.

Financièrement, la Formule 1 court le risque se retrouver dans une position délicate puisque l'annulation de certaines épreuves engendre un manque à gagner direct. Même si sa structure et son organisation atypiques lui procurent des bases solides qui, selon les analystes financiers, lui permettraient de traverser une saison blanche, tout est mis en œuvre pour limiter les conséquences éventuelles.

Lire aussi :

Malgré l'absence de compétition au moins jusqu'à la mi-juin, la F1 doit comme toute entreprise continuer à payer ses frais de fonctionnement. En plus des mesures de chômage partiel pour certains de ses employés, une baisse de salaire de 20% a été acceptée par les cadres dirigeants. Cette part devrait être plus importante encore dans le cas de Chase Carey, PDG de la Formule 1, qui abaisserait volontairement ses émoluments.

Depuis le rachat par Liberty Media début 2017, la Formule 1 a beaucoup recruté et a vu ses effectifs considérablement augmenter. Aujourd'hui, ce sont plus de 400 personnes qui travaillent pour l'entreprise dans ses bureaux de Londres ou de Biggin Hill, où sont basées ses opérations TV.

Avant la Formule 1, trois écuries basées au Royaume-Uni ont déjà annoncé des mesures similaires avec recours au chômage partiel et baisse des plus gros salaires. C'est ainsi le cas chez McLaren, Williams et Racing Point.

Article suivant
Le plafond budgétaire vivement débattu pendant plusieurs heures

Article précédent

Le plafond budgétaire vivement débattu pendant plusieurs heures

Article suivant

Le circuit de Portimão homologué pour la F1

Le circuit de Portimão homologué pour la F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine