Felipe Massa
Dossier

Felipe Massa

Chronique Massa - Changer les règles en cours de saison n'est pas idéal

Felipe Massa a connu un nouveau week-end difficile en Allemagne, avant la trêve estivale et dans l'attente d'une meilleure deuxième partie de saison. Il livre ses sentiments dans sa dernière chronique pour Motorsport.com.

Chronique Massa - Changer les règles en cours de saison n'est pas idéal
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams F1 Team
Felipe Massa, Williams
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 et Felipe Massa, Williams FW38 en lutte
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams dans le parc fermé
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38

Le Grand Prix d’Allemagne n’a pas apporté le week-end que j’espérais. Quitter Hockenheim avec un abandon n’est pas ce que j’avais prévu à la veille de la course, et c’était particulièrement décevant après les bons résultats que Williams Martini Racing avait signés en qualifications.

Samedi, les choses semblaient bonnes car en Q3, il n’y avait qu’un dixième de seconde qui nous séparait des Force India. Il semblait donc y avoir une très bonne opportunité de marquer des points qui auraient été importants pour le championnat.

Mais la course a été frustrante. Après le départ, je roulais vers le virage 6 et, quand j’ai freiné, tout allait bien. Mais alors que j’étais prêt à remettre les gaz à la sortie de l’épingle, j’ai senti un choc à l’arrière.

C’était Jolyon Palmer, qui avait heurté mon pneu arrière droit, et à partir de ce moment j’ai immédiatement senti quelque chose d’étrange car la voiture ne fonctionnait pas comme elle le devait.

Après quelques tours, j’étais déjà en délicatesse avec mes pneus et je ne pouvais pas conserver le rythme de course que je voulais. J’ai plongé dans les stands en espérant que le choc avec la Renault avait endommagé les pneus, mais quand j’ai commencé à rouler avec des gommes neuves, l’adhérence a duré aussi peu de temps qu’avec le premier train, alors je me suis retrouvé dans la même situation difficile.

Alors que je tournais deux à trois secondes plus lentement que ce que je devais faire, ça n’avait plus vraiment de sens de rester en piste. L’équipe a donc décidé de m’appeler pour abandonner, ce qui était une décision que je partageais.

Les investigations sont encore en cours pour trouver ce qui s’est passé, mais je n’ai aucun doute quant au fait qu’après le contact avec Palmer, quelque chose a cessé de fonctionner sur la voiture.

C’était une terrible malchance, car contrairement à Silverstone, où nous avions eu du mal en raison des conditions météo, à Hockenheim nous avions de bien meilleures attentes et nous pensions pouvoir terminer devant les Force India.

Le calendrier le plus long

Avec 21 courses cette année, soit le plus long calendrier de l’Histoire de la Formule 1, la plupart des gens du paddock ont vu la trêve estivale arriver avec le besoin de recharger les batteries.

Mais si je pouvais choisir entre avoir ce nombre de courses ou faire davantage d’essais, je crois que je préférerais toujours aller sur le circuit pour un Grand Prix. J’imagine que mon opinion est partagée par de nombreux pilotes.

Nous aimons la compétition, et la course est le moment où l’on sent vraiment toute cette adrénaline. Les essais peuvent être utiles, mais émotionnellement ce n’est pas la même chose.

Ceci étant dit, quatre courses en un mois, c’est beaucoup, particulièrement quand on n’obtient pas les résultats souhaités.

Dans mon cas, la pause du mois d’août arrive au bon moment pour m’aider à recharger les batteries et réfléchir à une deuxième moitié de championnat plus positive.

J’ai connu un très bon début de saison, mais le mois de juillet ne m’a pas porté chance. Lors de trois des quatre dernières courses, j’ai souffert de problèmes techniques, et ma position au championnat a été affectée.

Au niveau de l’équipe, nous avons l’objectif de terminer à la quatrième place du Championnat constructeurs, et je crois que nous avons tout en main pour y parvenir. Nous devons simplement continuer à travailler comme nous le faisons, et je suis certain que nous pourrons retrouver les résultats solides que nous obtenions en début de saison.

Changements de règles

Avant le week-end de Hockenheim, la F1 a pris d’importantes décisions en matière de règlement. Et, comme cela arrive souvent dans ce sport, il y avait les pour et les contre par rapport à ce qui s’est passé.

La suppression des restrictions des communications radio entre les pilotes et les équipes a aidé à améliorer les choses pour les fans. Nous sommes de nouveau en mesure de parler librement, et ceux qui regardent la F1 peuvent suivre ce qui se passe avec une plus grande transparence, car il n’y a plus de limite quant à ce dont nous pouvons parler.

Avant que ce changement n’intervienne, il y a souvent eu des situations de course très intéressantes pendant lesquelles les pilotes ne pouvaient pas parler librement, et ça a rendu les choses difficiles à comprendre.

Mais je suis toujours sceptique quand les règles changent en milieu de saison. Dans mon cas, ce qui a été décidé avant le Grand Prix d’Allemagne n’a pas fait de grosse différence.

J’étais habitué au silence dans la radio avant Hockenheim, et j’ai commencé à parler sans problème le week-end dernier. Mais il y a aussi eu des pénalités infligées à des pilotes lors des deux courses avant l’Allemagne, alors certains doutes subsistent.

Ma vision, c’est que ce n’est pas idéal de changer les règles d’un Grand Prix à l’autre, à moins que ça ne soit pour un motif de sécurité.

Place aux Jeux Olympiques

Après avoir quitté le Grand Prix d’Allemagne, j’ai voyagé jusqu’au Brésil, où les Jeux Olympiques vont débuter dans quelques jours.

Ce sera un événement incroyable, et je ne manquerai pas l’opportunité de prendre la mesure de cet instant mondial. Cette pause dans le Championnat du monde de Formule 1 va me permettre de profiter de la ville de Rio, et j’essaierai d’apporter mon soutien aux athlètes brésiliens.

Profitez de cet été, et je vous revois tous en Belgique.

partages
commentaires
Bilan technique Allemagne - La "version B" de la Toro Rosso
Article précédent

Bilan technique Allemagne - La "version B" de la Toro Rosso

Article suivant

Mazepin vise la F1 : "C'est crucial d'y être préparé"

Mazepin vise la F1 : "C'est crucial d'y être préparé"
Charger les commentaires