Stoffel Vandoorne

Chronique Vandoorne - Une vitesse de pointe handicapante à Mexico

Dans sa chronique pour Motorsport.com, Stoffel Vandoorne revient sur son Grand Prix du Mexique, où le manque de vitesse de pointe a compromis les chances de McLaren.

Avant même d'arriver au Grand Prix du Mexique, je savais que ça n'allait pas être un week-end idéal, car nous avions décidé de prendre des pénalités moteur pour des raisons tactiques.

Nous venions juste de changer de moteur à Austin, mais le plan a toujours été d'installer une autre unité de puissance à Mexico, car nous pensions que notre compétitivité ne serait pas si bonne là-bas, et il était important de préparer les deux dernières courses au Brésil et à Abu Dhabi, que nous espérons meilleures pour nous.

Les choses n'ont ensuite pas débuté idéalement pour moi en essais libres. Nous avons fait deux tours d'installation et nous avons découvert un problème sur le moteur, donc je n'ai malheureusement pas pu faire plus de tours. Nous avons perdu toute la séance car le moteur devait à nouveau être changé pour retourner à l'ancienne spécification avec laquelle j'avais roulé à Austin.

La seconde séance d'essais libres, dans l'après-midi, a également été difficile pour moi, car nous avons à nouveau eu beaucoup de problèmes avec le moteur, et j'ai donc eu du mal à trouver un bon équilibre. Nous roulions aussi avec beaucoup de carburant car nous savions que nous n'allions pas faire les qualifications, et c'était plus important de préparer la voiture pour le dimanche.

Beaucoup de travail a été fait dans la nuit pour régler les problèmes avec le moteur et l'équilibre de la voiture, et nous avons fait un gros pas en avant. En EL3, je me suis immédiatement senti plus confiant avec la voiture, et le rythme était tout de suite là, dès le premier tour avec beaucoup de carburant. Globalement, j'étais bien plus satisfait.

Sachant que, en raison des pénalités, j'allais partir du fond de grille, nous avons fait un run avec le plein d'essence en Q1 car c'était le moment de la journée qui était le plus représentatif des conditions de course, donc nous avons pu faire les derniers ajustements que nous voulions pour le set-up du dimanche.

Sachant que Fernando Alonso était le seul à utiliser le package aéro évolué, avec le nouvel aileron avant, notre rythme sur les longs relais semblait plutôt prometteur.

En fait, en débutant le week-end nous pensions que ce serait dur, mais rétrospectivement, avec peu ou beaucoup d'essence, nous étions assez bons. Je dirais que notre voiture était assez bonne pour se situer autour du top 10 si nous avions eu un relais clair.

Pour la course, je suis parti 19e et j'ai fait un très bon premier tour. Je me suis retrouvé immédiatement 13e, en évitant les ennuis et en faisant quelques bons dépassements. Mais ensuite, au deuxième tour, une Sauber m'a dépassé très vite en ligne droite, et à partir de là, notre course était énormément compromise.

Nous étions beaucoup plus rapides sur un tour, mais il n'y avait aucune manière de doubler car je n'avais pas de vitesse de pointe.

Même en économisant de l'énergie et en utilisant le DRS, je ne pouvais pas être suffisamment proche pour attaquer. Quand Fernando est revenu, l'équipe a décidé d'échanger nos positions de manière à ce qu'il puisse tenter sa chance, mais même dans sa position, c'était impossible de dépasser la Sauber en piste.

Au final, la période de voiture de sécurité virtuelle a changé la tournure de la course, même si, malheureusement pour nous, nous étions dans le dernier virage quand c'est arrivé et l'appel est arrivé très, très tard pour entrer dans les stands. J'ai donc perdu énormément de secondes avec le changement de pneus et j'ai chuté de quelques positions au classement. C'est dommage, car je pense que les points étaient possibles.

Le second relais en pneus prime était très compétitif. Nous étions un peu plus rapides que la Williams de Felipe Massa, mais évidemment, nous ne pouvions pas nous rapprocher assez pour doubler.

Finalement, de nombreuses voitures se sont regroupées avec Kevin Magnussen, Fernando, Felipe et moi-même. Ce n'était pas une course idéale au niveau des circonstances, mais en matière de rythme, c'était positif.

Le prochain rendez-vous est au Brésil, et ce sera encore une nouvelle expérience pour moi. J'espère que nous aurons une meilleure opportunité de marquer des points. Je devrais avoir le nouveau package évolué, comme Fernando, donc j'espère que nous pourrons mettre les deux voitures dans une position compétitive. Je suis impatient d'y être.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Circuit Autodromo Hermanos Rodriguez
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren
Type d'article Chronique
Tags honda
Topic Stoffel Vandoorne