Formule 1
02 avr.
-
05 avr.
Événement terminé
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
116 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
123 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
172 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
186 jours

Les cinq plus gros écarts à l'arrivée dans l'Histoire de la F1

partages
commentaires
Les cinq plus gros écarts à l'arrivée dans l'Histoire de la F1
Par :
Co-auteur: Emmanuel Touzot
4 mai 2020 à 14:33

Le 4 mai 1969, Jackie Stewart remportait le Grand Prix d'Espagne sur le redoutable circuit de Montjuic, signant au passage un record qui tient toujours plus de 50 ans après.

Le Grand Prix d'Espagne 1969, disputé sur le circuit de Montjuic, reste aujourd'hui le théâtre du plus gros écart enregistré entre un vainqueur et son poursuivant, avec deux tours entre Jackie Stewart et Bruce McLaren. La performance de l'Écossais, qui a franchi la ligne d'arrivée avec près de quatre minutes d'avance, n'a jamais été battue. Retour sur les cinq plus gros écarts enregistrés en F1.

  1. Grand Prix d'Italie 1954

Juan Manuel Fangio, Mercedes W196

Le Grand Prix d'Italie 1954 était l'avant-dernière manche de la saison et Juan Manuel Fangio avait déjà assuré son deuxième titre de Champion du monde. L'Argentin est parti de la pole position au volant de sa Mercedes W196, pour seulement deux dixièmes de seconde devant Alberto Ascari et sa Ferrari 625. La course fut disputée aux avant-postes et menée successivement par Karl Kling, Stirling Moss, Ascari et Fangio, mais ce dernier a finalement devancé Mike Hawthorn d'un tour, un écart qui n'était pas inhabituel à cette époque.

Résultats complets : https://results.motorsportstats.com/results/1954-italian-grand-prix

  1. Grand Prix de Monaco 1967

Denny Hulme, Brabham BT20

Lors du Grand Prix de Monaco 1967, Jack Brabham a placé sa Brabham BT-19 en pole position avec sept dixièmes d'avance sur la Ferrari de Lorenzo Bandini. Les espoirs de victoire de l'Australie ont été réduits à néant par des problèmes de moteur, et c'est son équipier Denny Hulme qui a montré un rythme suffisant pour aller chercher la victoire. Hulme, qui s'élançait quatrième, avait pris la tête de la course au 15e tour en dépassant Jackie Stewart et s'est envolé pour finir avec un tour d'avance, soit plus de trois minutes, sur Graham Hill. Cette course reste tristement célèbre pour avoir été celle lors de laquelle Bandini s'est tué.

Résultats complets : https://results.motorsportstats.com/results/1967-monaco-grand-prix

  1. Grand Prix de France 1962

Dan Gurney, Porsche 804

En 1962, le Grand Prix de France s'est tenu à Rouen, où une bataille pour le titre se profilait entre Graham Hill, Phil Hill et Bruce McLaren. Mais c'est un pilote n'ayant encore marqué aucun point cette année-là qui a devancé tout le monde : Dan Gurney. L'Américain avait qualifié sa Porsche en sixième position avec un retard de 1"7 sur la pole position réalisée par Jim Clark.

Jusqu'au 41e tour, Graham Hill a mené la majorité du début de course, mais il a été contraint de mettre pied à terre après des problèmes d'injection et d'accélérateur, laissant la tête à Gurney. Aucun des autres pilotes encore en course n'a pu lutter contre Gurney, qui a terminé avec un tour d'avance sur la Cooper-Climax de Tony Maggs. C'était la première des quatre victoires de l’Américain, mais aussi la plus autoritaire.

Résultats complets : https://results.motorsportstats.com/results/1962-french-grand-prix

  1. Grand Prix d'Australie 1995

Damon Hill, Williams FW17

Le Grand Prix d'Australie 1995 à Adélaïde était la dernière manche de la saison, et le Championnat était déjà tombé dans l'escarcelle de Michael Schumacher. Mais le Grand Prix n'a pas été ennuyeux pour autant. Damon Hill a signé la pole position devant son équipier chez Williams, David Coutlhard, pour seulement 0"123. 

C'est Coulthard qui a pris la tête et mené les premiers tours avant d'avoir un accident dans la voie des stands alors qu'il allait réaliser son premier arrêt au stand au 19e tour. Michael Schumacher a pris le relais aux commandes du Grand Prix, avant un accrochage au 23e tour avec Jean Alesi qui a propulsé Hill en tête. La course a finalement été très agitée dans le peloton avec seulement huit voitures à l'arrivée, mais Hill n'a pas été inquiété et a gagné avec deux tours d'avance, soit près de trois minutes, sur la Ligier d'Olivier Panis.

Résultats complets : https://results.motorsportstats.com/results/1995-australian-grand-prix-2

  1. Grand Prix d'Espagne 1969

Jackie Stewart, Matra Cosworth MS80

L'événement disputé à Montjuic était la deuxième manche du Championnat du monde 1969 de Formule 1, et Jackie Stewart avait déjà remporté la première en Afrique du Sud au volant de sa Matra-Ford. Sa performance en qualifications pour le Grand Prix d'Espagne n'avait pas été idéale puisqu'il s'élançait quatrième, loin de la pole position signée par Jochen Rindt sur sa Lotus.

Stewart a même perdu deux places dans la première boucle, mais s'est lancé au septième tour dans une remontée jusqu'à la tête du Grand Prix, qu'il a subtilisée à Chris Amon au 56e passage lorsque le moteur du Néo-Zélandais a rendu l'âme. Stewart n'a jamais regardé dans ses rétros et s'est envolé en tête, prenant deux tours à Bruce McLaren, deuxième. Son avance à l'arrivée frôlait les quatre minutes.

Résultats complets : https://results.motorsportstats.com/results/1969-spanish-grand-prix

Les 10 plus gros écarts dans l'Histoire de la F1

Pos Année Course Écart Vainqueur Voiture Deuxième Voiture
1 1969 Espagne

2 tours

[3'59"6]

 Jackie Stewart Matra MS80  Bruce McLaren McLaren M7C
2 1995 Australie

2 tours

[2'55"713]

 Damon Hill Williams FW17B  Olivier Panis Ligier JS41
3 1962 France

1 tour

[4'31"1]

 Dan Gurney Porsche 804  Tony Maggs Cooper T60
4 1967 Monaco

1 tour

[3'12"6]

 Denny Hulme Brabham BT20  Graham Hill Lotus 33
5 1954 Italie

1 tour

[3'01"2]

 Juan Manuel Fangio Mercedes W196  Mike Hawthorn Ferrari 625
6 1952 Grande Bretagne

1 tour

[2'48"]

 Alberto Ascari Ferrari 500  Piero Taruffi Ferrari 500
7 1950 Monaco

1 tour

[2'46"5]

 Juan Manuel Fangio Alfa Romeo 158  Alberto Ascari Ferrari 125
8 1953 Argentine

1 tour

[2'42"6]

 Alberto Ascari Ferrari 500  Luigi Villoresi Ferrari 500
9 1985 Saint Marin

1 tour

[2'41"183]

 Elio de Angelis Lotus 97T  Thierry Boutsen Arrows A8
10 1969 Grande Bretagne

1 tour

[2'36"1]

 Jackie Stewart Matra MS80  Jacky Ickx Brabham BT26A

Article suivant
Racing Point espère que le plafond budgétaire nivellera la F1

Article précédent

Racing Point espère que le plafond budgétaire nivellera la F1

Article suivant

Plafond budgétaire : la F1 proche d'un accord

Plafond budgétaire : la F1 proche d'un accord
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jan Sergeant